UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 septembre 2016

25 septembre. Saint Firmin, Ier évêque d'Amiens, martyr. IIe siècle.

- Saint Firmin, Ier évêque d'Amiens, martyr. IIe.

Pape : Saint Eleuthère. Empereur romain : Marc-Aurèle.

" Firmin quitte sa patrie : il court, missionnaire intrépide, annoncer la bonne nouvelle dans les villes et les campagnes de notre France ; Et à sa voix éloquente et convaincue, des milliers de voix répondent : Nous croyons au Christ !"


Saint Firmin. Vies de saints. XVe.

Firmin naquit à Pampelune dans la seconde moitié du premier siècle. Son père, nommé Firme, était, par le rang et la naissance, le premier des sénateurs de la cité ; sa mère s'appelait Eugénie : tous deux étaient, quoique païens, remarquables entre tous leurs concitoyens par l'honnêteté de leur vie et la douceur de leur caractère. Ils avaient trois enfants, deux fils et une fille ; Firrnin, l'aîné des trois, était destiné à opérer ici-bas de grandes choses et à fonder l'Eglise d'Amiens, dont il est la première et la plus grande gloire.

Sous le règne de l'empereur Claude, en l'an 48, quelques années après l'ascension de Notre-Seigneur, le bienheureux Pierre, prince des Apôtres, qui avait reçu la charge de paitre les brebis et les agneaux, avait envoyé dans les Gaules l'évêque Saturnien, son disciple, qui établit son siége à Toulouse. Aidé de ses deux disciples Honeste et Papoul, il eut le bonheur de convertir un grand nombre des habitants de cette vaste cité. Quand il commença à y voir la foi un peu répandue, il chargea saint Honeste d'aller prêcher en Espagne le culte du vrai Dieu. Celui-ci s'empressa de franchir les Pyrénées et arriva dans Pampelune, où il annonça l'Evangile.

Le sénateur Firme et sa famille l'ayant entendu, furent surpris de ce langage nouveau pour eux. Touchés de la grâce, ils demandèrent au saint missionnaire quelle religion il voulait leur faire embrasser, ou quel Dieu il voulait leur faire adorer à la place de leurs idoles. Le saint prêtre, après les avoir instruits, se hâta de retourner à Toulouse, et d'informer son maître des heureuses dispositions dans lesquelles il avait laissé à Pampelune le sénateur Firme et sa famille. A cette nouvelle, saint Saturnin quitta Toulouse et se dirigea promptement, avec Honeste, vers la ville de Pampelune. Leurs prédications, accompagnées de miracles éclatants qui venaient confirmer leurs paroles, amenèrent le peuple entier à se convertir ; près de quarante mille personnes vinrent demander le baptême au saint évêque de Toulouse. Saint Firmin fut baptisé par Honeste, et ses parents par saint Saturnin, qui confia à son compagnon le soin de continuer son oeuvre à Pampelune.

Firme devint aussi un ardent propagateur de la foi ; il s'efforça, par de douces exhortations, de soumettre au joug du Seigneur tous ceux sur lesquels il avait quelque autorité. Par la suite des temps, toujours catholique de foi et d'action, il confia à saint Honeste le jeune Firmin, qui était déjà son fils par le baptême, afin qu'il l'instruisît des belles-lettres et de la Foi ; voulant que le prêtre au zèle duquel lui et les siens devaient la grâce du Christianisme, fût le renaître chargé de former le coeur et l'esprit de ce qu'il avait de plus cher au monde, le premier-né de ses enfants. Le choix du maître présageait en quelque sorte les hautes destinées de cet enfant de bénédiction.


Statue de saint Firmin. Porche de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens.

Sous la direction d'un tel guide, le jeune Chrétien ne pouvait qu'avancer à grands pas dans le chemin de la perfection. Firmin fit de rapides progrès dans les sciences et dans la vertu. De jour en jour sa conduite devenait plus exemplaire, en même temps qu'augmentait son amour pour la divine profession qu'il voulait embrasser ; comme le reste de sa vie le montra d'une manière éclatante, il recueillait précieusement les enseignements qu'il puisait à une source si pure, et il était un modèle de bonnes œuvres.

A l'âge d'environ dix-sept ans, il était déjà instruit dans les lettres et dans la doctrine catholique. il allait avec assiduité à l'église chanter, à chaque heure, les louanges de Dieu et de ses saints. Dans un âge aussi peu avancé, il se donnait tout entier à l'étude et à la prière. Il aimait à rester longtemps dans le lieu saint et y allait souvent prier. Insatiable dans l'accomplissement des divins préceptes de la religion, il ne cessait de les méditer. Enfin, tout dans sa conduite respirait un tel parfum de sainteté que saint Honeste, qui commençait à vieillir, ne fut pas longtemps à apprécier les heureuses dispositions de son élève. Son coeur paternel se réjouit de toutes les espérances qu'elles lui faisaient concevoir, et, désireux de le faire encore plus avancer sur les degrés de la vertu, non-seulement il commença bientôt à se faite accompagner par Firmin dans ses courses apostoliques, mais il le fit même ensuite prêcher à sa place dans les faubourgs et dans les villages.

Le jeune Chrétien faisait ainsi l'apprentissage de l'apostolat. Il s'essayait à ce grand combat qu'il devait livrer un jour à l'idolâtrie, dans sa glorieuse conquête évangélique de la Picardie. C'était pour lui une joie de remplir ces saintes fonctions ; il s'en acquittait avec tout le zèle dont il était capable, et, malgré sa jeunesse, avec une pieuse et admirable gravité affermissant les faibles et excitant encore à de meilleures choses ceux qui étaient affermis dans leur foi. Il savait, quand ii le fallait, confondre les incrédules par ses raisonnements ; et en même temps sa parole, douce autant que persuasive, amenait à Jésus-Christ ceux qui étaient encore dans les ténèbres du paganisme.

Sept ans s'étaient écoulés ; Firmin avait continué d'avancer ainsi dans la science de la religion et sur les degrés de la sagesse. Il était parvenu au faîte de la vertu. Il continuait à aider son pieux maître dans son laborieux ministère et allait même prêcher l’Évangile dans les lieux que la distance et la vieillesse empêchaient Honeste de visiter souvent, quand, à l'âge de vingt-quatre ans, il fut jugé digne d'être élevé au sacerdoce.

Alors saint Saturnin n'était plus ; ses vertus apostoliques lui avaient mérité la palme du martyre. Irrités du silence des oracles rendus muets par la présence de l'évêque Chrétien, les habitants de Toulouse l'avaient attaché à un taureau furieux, qui l'avait mis en pièces dans les rues de sa ville épiscopale. Ce fut donc saint Honorat, son successeur qui conféra à 5aint Firmin l'onction sacerdotale.

La prêtrise ne fut pour notre Saint qu'un nouvel aiguillon qui vint exciter davantage son zèle pour la gloire de Dieu et le salut des âmes. Son vénérable maître continuait de le faire prêcher à sa place ; il s'acquittait de ce devoir avec une piété et une constance admirables et était fort goûté par le peuple, qui était très-religieux. Aussi, saint Honeste, voyant avec bonheur la sainteté éminente de son élève, prévit sans doute qu'il était destiné à devenu l'un des premiers ouvriers de la vigne du père de famille, et il envoya de nouveau son disciple, devenu son collaborateur à saint Honorat, pour qu'il lui imposât les mains et le sacrât évêque.
Quand Firmin fut arrivé, auprès de l'évêque de Toulouse, celui-ci reconnut qu'il avait été prédestiné à l'épiscopat et choisi par le Seigneur, pour annoncer aux nations la parole de vie et la grâce du salut.

Il lui donna donc la consécration épiscopale pour qu'il allât prêcher le vrai Dieu dans l'Occident. " Réjouissez-vous, mon fils !", lui dit-il publiquement, " parce que vous avez mérité d'être pour le Seigneur un vase d'élection. Allez donc dans toute l'étendue des nations ; vous avez reçu de Dieu la grâce et la fonction de l'apostolat. Ne craignez rien, car le Seigneur est avec vous : mais sachez qu'en toutes choses il vous faudra beaucoup souffrir pour son nom, afin d'arriver à la couronne de gloire ".

Combien le cœur de Firmin dut palpiter de joie eu écoutant ces belles et ces saintes paroles. Désormais sa mission est assignée ; il va quitter le pays qui l'a vu naitre, il abandonnera ses biens et ses parents pour aller fonder une Église bien loin de sa patrie, et faire régner Jésus-Christ sur une terre où le démon régnait en souverain absolu. Pendant le cours de cet apostolat il lui faudra beaucoup souffrir pour le nom du Seigneur ; loin de le décourager, cette pensée l'excite et l'enflamme. Il ne redoute pas les souffrances ; au contraire, il les désire ; car pour celui qui n'a pas combattu il n'est pas de victoire. Et puis ces luttes, saint Honorat vient de le lui dire, il ne les soutiendra contre l'enfer que pour arriver à la couronne de gloire.

Après avoir reçu la plénitude du sacerdoce, Firmin dit adieu à l'évêque de Toulouse et à ses prêtres, et s'en retourna avec joie vers saint Honeste, son maitre et on peut dire son père nourricier. Il lui apprit ce qui lui était arrivé pendant sOn voyage et lui répéta les paroles que saint Honorat lui avait adressées; lui disant comment et do quelle manière il l'avait chargé d'annoncer le nom du Seigneur dans l'étendue des nations; ce qui présageait une prochaine séparation du maître et du disciple, du père et du fils.

Saint Firmin séjourna quelque temps à Pampelune, avant d'accomplir la mission que lui avait donnée saint Honorat pour les contrées de l'Occident. Ce séjour, quoique peu prolongé, peut autoriser jusqu'à un certain point la tradition navarraise qui considère saint Firmin comme le premier évêque de Pampelune. Maïs, à proprement parler, il ne fut jamais qu'évêque régionnaire, et le diocèse d'Amiens lui-même ne pourrait point le considérer comme son premier pontife, s'il n'avait point versé son sang dans les murs de cette ville et reçu, par là même, une sorte de consécration spéciale que devait acclamer le culte de la postérité.

En méditant les Livres saints, Firmin était surtout frappé de ces passages :
" Allez, enseignez toutes les nations et baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit."
" Ne vous inquiétez pas de savoir comment vous parlerez, car ce ne sera point vous qui parlerez, mais l'Esprit de Dieu qui parlera par votre bouche."
" Qu'ils sont beaux les pieds de ceux qui annoncent la paix et le salut !"

Il résolut de suivre ces conseils de la perfection chrétienne, et, à l'âge de trente et un ans, il abandonna sa patrie, son père, son frère, sa soeur et tous ses proches pour venir prêcher la foi dans les Gaules.


Saint Firmin. Vies de saints. XVe.

Firmin, après avoir franchi les Pyrénées, commença son apostolat par cette vaste partie de notre France actuelle, connue alors sous le nom d'Aquitaine, qui se subdivisait en première Aquitaine, seconde Aquitaine et Novempopulanie. La partie de la seconde Aquitaine qui porta depuis le nom de Guyenne, fut le premier théâtre de ses exploits. Notre saint, arrivé à Aginum (Agen), où le paganisme était alors très-florissant, raffermit le peuple dans la foi que saint Martial de Limoges y avait prêchée quelques années auparavant. Il y rencontra un prêtre chrétien, nommé Eustache ou Eustage, qui évangélisait ce pays. Notre Saint s'arrêta quelque temps avec lui, pour l'aider dans son ministère apostolique, prêchant le peuple, lui annonçant le vrai Dieu et l'instruisant dans la foi catholique.

D'Agen le Saint se dirigea vers la première Aquitaine ; il parvint chez les Arvernes, passant près de la capitale de ce pays, il convertit au christianisme la plus grande partie des habitants de la contrée, ce qui nous porterait à supposer, avec les Bollandistes, qu'il fit un assez long séjour dans les environs d'Augustonemetum, aujourd'hui Clermont-Ferrand. Les Arvernes à cette époque avaient déjà reçu des semences de foi ; saint Austremoine, premier évêque de Clermont, annonça l’Évangile dans cette cité dés le Ier siècle.

L'apostolat de saint Firmin dans ce pays fut signalé par la conversion de deux personnages qui y occupaient, parait-il, une position assez distinguée. Le saint Évêque fit la rencontre de deux ardents sectateurs des idoles, nommés Arcade et Romule ; il ne dédaigna pas d'engager avec eux une controverse sur la fausseté de leurs dieux, et, après de longues discussions, il finit par les convertir. Ils rendirent les armes, embrassèrent notre religion et détestèrent la leur, rangeant par ce moyen beaucoup de gens sous les enseignes de la Croix.

Ainsi, déjà chaque pas de Firmin était une défaite pour l'idolâtrie. Depuis le moment où il avait franchi les montagnes qui séparent la France, sa seconde patrie, de la Navarre, l'erreur reculait et semblait fuir devant lui ; comme si les puissances infernales eussent craint d'entrer en lutte avec ce redoutable adversaire, certaines d'avance d'être vaincues. La conversion d'Arcacle et de Romule contribua beaucoup à celle d'un grand nombre de leurs compatriotes.

Après ces dernières conquêtes, notre Saint, abandonnant l'Aquitaine et se dirigeant vers l'Ouest, s'en alla chez les Andes, depuis l'Anjou, continuer son fructueux apostolat. Il s'arrêta à Juliomagas, capitale de la contrée (Angers). L'évêque de cette ville, que plusieurs manuscrits et d'anciens Bréviaires d'Amiens nomment Auxilius, heureux d'avoir un tel coopérateur pour travailler à la vigne du Seigneur, voulut qu'il l'aidât à annoncer l’Évangile à ses ouailles encore païennes. Notre Saint resta donc quinze mois dans ce pays, prêchant, baptisant, confirmant. Dieu continua de répandre ses bénédictions sur ses travaux, et quand, voulant porter plus loin le flambeau de la foi et affronter pour Jésus-Christ de plus grands périls, Firmin se sépara d'Auxilius et reprit sa course apostolique, il avait amené à Dieu la plupart des habitants de l'Anjou.

Au milieu de toutes ces conquêtes, Firmin n'avait pas encore " beaucoup souffert " pour le nom du Seigneur. Cependant il les désirait avec ardeur ces souffrances qui, suivant la prédiction de son saint consécrateur, devaient le faire parvenir à la couronne de gloire. Apprenant donc que Valère gouverneur de la cité des Bellovaques, dans les Gaules, persécutait violemment les Chrétiens et qu'un grand nombre d'entre eux y étaient tourmentés de divers supplices, à cause de leur religion, il résolut de se diriger vers cette ville, dans l'espoir d'éprouver sa part de la persécution.

Quittant donc le pays des Andes, l'évêque missionnaire se dirigea vers le Nord-Est. Notre Saint arriva dans cette partie de la Gaule Lyonnaise, appelée depuis la Neustrie ou la Normandie, qui formait, avant la révolution le diocèse de Lisieux. Les environs de Pont-Auderner, en particulier, furent le théâtre de ses exploits apostoliques, et la tradition locale dit que saint Firmin à été arrêté par les païens, non loin de cette dernière ville.


Entrée de saint Firmin à Amiens.
Bas-relief de la cathédrale Notre-Dame d'Amiens.

Délivré de la captivité, où la tradition nous apprend qu'il fut un instant plongé, le Saint, dont elle n'avait fait qu'exciter le zèle, marchant en droite ligne vers le Nord, traversa la Seine et arriva chez les Calètes (le pays de Caux), au lieu où existe maintenant le village de Somesnil (dans le canton d'Ourville, arrondissement d'Yvetot, dans la verte vallée que traverse la petite rivière de la Durdent ; pays qui, â cette époque reculée, était déjà le siège d'une civilisation assez avancée. C'était non loin des bords de cette rivière que, quelques années auparavant saint Denis, de Paris, avait probablement baptisé les premiers Chrétiens et que saint Mellon de Rouen devait venir, près de cieux siècles plus tard, annoncer aussi les paroles de la vie éternelle. Nous ignorons la durée du temps employé par notre Saint à évangéliser les Calètes et de celui qu'il passa sut' les bords de la Durdent.

Enfin, toujours avide de souffrir pour le Dieu qu'il prêchait et ému par le récit des persécutions de Beauvais, il quitta ces rives enchanteresses, que sa présence avait sanctifiées, et disant adieu à cette contrée, il franchit les limites dc la Gaule Lyonnaise et de la seconde Belgique, pénétra dans le pays des Bellovaques au commencement du second siècle, et fut bientôt dans leur capitale. Il y venait non-seulement pour convertir un peuple idolâtre, mais aussi par consoler et raffermir dans la foi ceux qui avaient déjà embrassé le christianisme. Dès qu'il y fut entré, il commença son apostolat. Son ardente charité embrassa avec ardeur le soin de ces pauvres ouailles abandonnées et environnées d'ennemis. Il les encourageait, les fortifiait, et se portait partout ou une âme pouvait avoir besoin de loi ; et, ne prenait de repos ni jour ni nuit, sans cesse il annonçait l’Évangile. Il s'employait tout entier à raffermir les fidèles, au milieu des embûches de la persécution, et à arracher de nouvelles âmes au culte des fidèles.

Il était impossible que le bruit des prédications de notre Saint et des conversions qu'il opérait ne parvint pas aux oreilles des autorités romaines. En effet, le gouverneur Valère apprit bientôt qu'un nouveau Lucien était survenu tout à coup, pour consoler et fortifier ses enfants désolés. C'était en vain qu'on avait fait périr le compagnon de saint Denis et ses deux disciples, un autre évêque venait encore prêcher sa doctrine et cette secte Chrétienne, qu'on pensait à jamais détruite, menaçait de remplir toute la ville. De semblables nouvelles ne pouvaient trouver Valère insensible : il ordonna d'arrêter Firmin et le fit amener devant lui. Le Saint confessa généreusement Jésus-Christ ; sa récompense ne se fit pas attendre : il fut violemment battu de verges, chargé de chaînes et jeté en prison, dans un fort voisin de la ville. Firmin, dans son cachot, eut longtemps à souffrir de la tains et de la malpropreté. Le Dieu des Martyrs, pour l'amour duquel il endurait ces tourments avec patience, ne l'abandonna point, et un Ange consolateur vint du haut des cieux visiter le Saint prisonnier, qui, même dans les fers, ne cessait d'annoncer l’Évangile à tous ceux qui pouvaient l'approcher et leur devenait de jour en jour plus cher.

Une seconde fois, le missionnaire semblait sur le point de couronner sa belle vie par le martyre ; mais Dieu, qui veillait sur lui, ne lui permit pas de quitter si tôt un champ de bataille où il avait encore d'autres victoires à remporter. Pendant ce temps, Valère mourut malheureusement, tué, dit-on, dans une sédition populaire, et Sergius lui succéda. Ce nouveau préfet ne changea point le système adopté par son prédécesseur ; il ne fit pas ouvrir les postes du cachot de Firmin, et l'on ne pouvait prévoir l'issue de sa captivité, quand tout à coup Sergius fut frappé de mort, d'une manière qui pouvait paraître un châtiment d'en haut. Alors les Chrétiens, volant à la prison, s'empressèrent de rendre la liberté à l'Evêque captif, qui put reprendre l'exercice de son laborieux apostolat.

La persécution n'avait pas refroidi le zèle du Saint ; son courage, au contraire, avait grandi dans les fers, et, s'il était possible, il sortait de son cachot encore plus dévoué au salut de tous. Dès qu'il en eut franchi le seuil, il recommença ss prédications, confirmant par des miracles la foi des Chrétiens et en convertissant chaque jour de nouveaux. Il fit bâtir à Beauvais une église qu'il dédia à saint Étienne, le premier des Martyrs. Elle fut, dit-on, construite au lieu même où notre Saint avait été emprisonné. La persécution, apaisée un moment par la mort du gouverneur Sergius, reprit une nouvelle force. Comme de nouveaux ennemis cherchaient encore le saint Apôtre pour le mettre à mort, les Chrétiens le forcèrent à s'enfuir par nue Voie souterraine ; mais il ne cessa pas pour cela d'annoncer la foi aux Bellovaques et, allant par les bourgs et les villages, toujours il évangélisait.

Pendant le fructueux apostolat dont nous venons de retracer les principales circonstances, Firmin n'avait pas encore eu ce bonheur si désiré, de verser tout son sang pour la foi qu'il prêchait. Il avait bien vu l'immortelle couronne suspendue au-dessus do sa tête, mais toujours elle s'en était éloignée. Il y avait plus au Nord des nations qui avaient besoin d'ètre évangélisées, et il pouvait espérer y trouver enfin la palme du martyre. Il n'hésita pas à aller aussi leur faire entendre la bonne nouvelle. " Allons plus loin, se dit-il, vers les Ambiani, chez les Morins, ces derniers des hommes, dont la cruauté fera couler mon sang."

Quittant donc les Bellovaques, où son passage devait laisser un impérissable souvenir, notre Saint se dirigea vers Samarobriva Ambianorum (aujourd'hui Amiens) où il devait, après de nouvelles conquêtes évangéliques, recueillir à la fin cette palme du martyre si ardemment souhaitée.

C'était dans les premières années du second siècle. Trajan, surnommé le Très-Bon, régnait sur l'Empire. Sébastien et Longalus étaient gouverneurs de la Gaule-Belgique. Jeune encore par l'âge, mais déjà bien vieux par ses œuvres, l'illustre Apôtre est entré dans la ville qui doit être sou siège épiscopal, et l'évêché d'Amiens est fondé. Dix-sept siècles se sont écoulés depuis ce jour à jamais mémorable et l’œuvre de saint Firmin subsiste encore. L'Empire romain, alors à l'apogée de sa gloire, a disparu l'antique monarchie française, moins ancienne cependant que l'évêché de Firmin, s'est abîmée dans le gouffre de 1793 ; les royaumes et les républiques se sont succédés sur notre sol, et l'évêché d'Amiens est toujours debout ; telle l’Église, immuable sur cette terre où tout passe, seule ne passe pas, parce qu'elle n'est pas de ce monde.

Ce fut donc le dix du mois d'octobre que saint Firmin entra dans la ville d'Amiens qu'il devait engendrer Jésus-Christ ; c'est ainsi, dit un ancien Bréviaire, qu'il parvint jusqu'à elle, eu prêchant l'Evangile depuis son départ de Pampelune, pour y recevoir la palme du martyre. Il y pénétra, dit la tradition, par la porte de Beauvais, c'est-à-dire par la porte de Longue Maisière, située à la place Périgord, et y fut reçu avec grande joie par Faustinien, l'un des premiers sénateurs de la cité. Le saint Évêque reçut Faustinien au nombre des catéchumènes, après avoir baptisé toute sa famille, de laquelle devait sortir, environ deux siècles plus tard, un enfant qui reçut au baptême le nom de Firmin, en mémoire de l'Apôtre de sa ville natale, fut l'un de ses successeurs et partage maintenant sa gloire dans les cieux. Une ancienne tradition veut qu'en entrant dans cette cité, Firmin se soit arrêté au lieu où est maintenant la place Saint-Martin, et que là, dominant en quoique sorte la ville gauloise de Samarobrive, qui s'étendait à ses pieds ; ayant en vue, à sa gauche, le Château-Fort dans lequel il devait terminer sa vie par le glaive, et le bois sacré de la rue des Orfèvres, non loin de la prison où, bien des années plus tard, saint Quentin, le second apôtre d'Amiens, devait être renfermé ; et bravant le temple de Jupiter, que l'on peut croire avoir existé à l'endroit où s'élève maintenant la basilique de Notre-Dame, il ait annoncé pour la première fois le Dieu des Chrétiens aux Ambiani étonnés.

Dès que Firmin fut entré dans la cité Amiénoise, il y commença ses prédications. Loin de vouloir se reposer des fatigues de son laborieux apostolat, il en chercha de nouvelles en s'empressant d'enseigner à tous ses habitants la doctrine salutaire du christianisme. Sans avoir un seul instant la pensée de se dérober, par le silence et l'inaction, à une nouvelle persécution, il annonça hautement l’Évangile ; montrant, toujours et partout, ce courage intrépide et ce zèle infatigable dont il avait déjà donné tant de preuves.

Les Amiénois vinrent en foule écouter cet étranger qui prêchait une si étonnante doctrine. La grâce divine ne tarda pas à touches leurs coeur, et bientôt un grand nombre de conversions vinrent récompenser les travaux apostoliques du saint missionnaire. Non-seulement une grande partie du peuple demanda le baptême, mais les premiers de la cité voulurent aussi embrasser la loi de Firmin. Les Actes de sa vie nous ont conservé les noms du sénateur Ausence Hilaire avec toute sa maison ; d'Atilie, d'une illustre famille romaine, veuve d'Agrippin, avec ses enfants, ses serviteurs et ses servantes, qui reçurent le baptême le même jour, des mains du grand Évêque, et, ajoutent ses Actes, " près de trois mille personnes de l'un et l'autre sexe furent baptisées en trois jours consécutifs ".

A peu près à la même époque, le sénateur Faustinien, que saint Firmin avait reçu au nombre des catéchumènes dès son arrivée à Amiens, fut admis à recevoir le baptême, à la grande joie des Chrétiens, Firmin appuya ses prédications par de nombreux miracles. Castus, fils d'un notable habitant d'Amiens nommé André, avait eu un œil crevé, le saint Évêque le guérit et lui rendit la lumière. Deux hommes habitant les environs de la porte Clypéenne étaient malades de la lèpre ; il les guérit. Des personnes atteintes de la fièvre ou d'antres maladies venaient le trouver ; il invoquait sur eux le nom dii Père, du Fils et du Saint-Esprit, et la santé leur reversait.

Par ses prières il chassait les démons, faisait marcher les paralytiques, rendait la vue aux aveugles, la parole aux muets. Enfin, ajoutent ses Actes, le Seigneur opéra par lui une quantité innombrable d'autres prodiges. " Ceux qui croiront, dit Notre-Seigneur Jésus-Christ, chasseront les démons en mon nom, parleront de nouvelles langues, manieront les serpents ; s'ils boivent quelque poison mortel, ils n'en éprouveront aucun mal ; ils imposeront les mains sur les malades et les malades seront guéris ". Les merveilles accomplies par saint Firmin étaient la réalisation de ces promesses.

Quelque nombreuses que fussent les conversions opérées par Firmin dans l'enceinte du la cité amiénoise, elles ne parvenaient pourtant pas à satisfaire le zèle ardent qui embrasait le cœur du saint Évêque. En voyant ces âmes privilégiées embrasser avec amour la foi Chrétienne, il pensait à celles des autres habitants de l'Ambianum, encore enveloppées des ténèbres du paganisme comme un cadavre de son linceul. Il ne voulut donc pas rester â toujours enfermé dans les murs de Samarobrive, et la quittant seulement pour quelque temps, il alla annoncer également Jésus-Christ au peuple des campagnes. La tradition, qui nous a conservé le souvenir de cette partie de son apostolat, indique plusieurs endroits du diocèse d'Amiens qui furent témoins de ses prédccations : tels sont Picquigny, Vignacourt et les environs de Boves. Picquigny, bourg situé sur la Somme, à trois lieues d'Amiens, remonte à une antiquité assez reculée, On y voit les ruines de l'ancien château des vidames d'Anaiens, dont la construction première remonte au onzième ou douzième siècle. Il est de tradition, à Picquigny, que saint Firmin y a prêché la foi. On y voit encore, à l'entrée de la rue des Chanoines, à gauche, un petit monument en pierre placé à l'endroit où le saint Apôtre a annoncé la parole de Dieu, Vignacourt est un des plus grands villages de France, du canton et à deux lieux au nord-est de Picquigny ; il compte près de quatre mille habitants.

Sans doute, au milieu de ses courses évangéliques, Firmin revenait fréquemment à Amniens ; puis, après avoir encore annoncé pendant quelque temps les vérités du christianisme à ses auditeurs attentifs, il retournait vers les habitants des campagnes, avec lesquels sa tâche devait être plus rude, Le peuple des villes, auquel les conquérants avaient fait abjurer de force le druidisme, pour embrasser le polythéisme gréco-romain, devait moins tenir et tenait moins en effet â ses croyances religieuses. Il n'en était pas de même dans les campagnes, où le druidisme, banni des cités, s'était ancré avec l'énergie du désespoir, et où nous le trouverons encore, plus ou moins caché et défiguré, pendant plusieurs siècles. Car, violemment ébranlé au IIe siècle, par saint Firmin le Confesseur, il ne disparut entièrement que vers le VIe, grâce aux moines, dont les prédications contribuèrent puissamment à effacer ses derniers vestiges dans le coeur des habitants des villages et des hameaux picards.

Notre Saint ne se borna pas à évangéliser les seuls environs de sa ville épiscopale. Il s'avança plus loin et porta le flambeau de la foi chez les Morins. L'étendue du pays des Morins était considérable. Selon l'opinion la plus admissible, il comprenait le Ponthieu et l'ancien et immense diocèse de Thérouanne, qui, après la destruction de cette cité par Charles-Quint, en 1453, forma ceux de Boulogne, de Saint-Orner et d'Ypres. Les bornes de la Morinie étaient donc : au nord, l'Océan germanique ; à l'est, les Ménapii ; au sud, les Atrébates et les Ambianii ; à l'ouest, la mer britannique. D'anciennes traditions locales lui font évangéliser Boulogne-sur-Mer, Thérouanne, Montreuil et une partie du Ponthieu.

De retour à Amiens, sa ville chérie entre toutes les autres, Firmin continua à y annoncer le Dieu des Chrétiens. Lorsqu'il faisait entendre la parole de vie aux Amiénois, dit une ancienne tradition rapportée par les vieux Bréviaires, il répétait souvent :
" Mes petits-fils, sachez que Dieu le Père, Créateur de toutes choses, m'a envoyé vers vous pour purifier cette cité du culte des idoles, et pour vous prêcher Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié selon la faiblesse de la chair, vivant par la force de Dieu."

Cette divine semence tombait sur un terrain bien préparé, qui lui faisait porter des fruits au centuple et comblait d'une douce joie le cœur du fervent missionnaire. La foi Chrétienne s'établissait dans son pays, et y poussait ces racines fortes et profondes que dix-sept siècles n'ont fait qu'affermir, qui ont survécu à toutes les révolutions, à tous les bouleversements, et qui la font encore resplendir de nos jours d'une éternelle jeunesse. Ces merveilles s'opéraient au grand désespoir des prêtres idolâtres, qui voyaient de jour en jour les Ambiani délaisser leurs dieux pour la religion de Firmin, au point qu'il finissait par ne plus se présenter un seul adorateur dans les temples de .Jupiter et de Mercure.

Les oracles des faux dieux, rendus muets par la présence de saint Saturnin à Toulouse, avaient par leur silence causé la mort de ce saint apôtre de la Gaule ; la désertion de leurs temples à Amiens devait occasionner celle de saint Firmin. Notre Saint ne se contenta pas d'annoncer Jésus-Christ aux seuls habitants de la capitale des Ambiani, mais il parcourut en évangélisant une grande partie, sinon l'intégralité de leur lerritoire. Aux lieux que nous avons déjà cités comme désignés par la tradition pour avoir été témoins de son apostolat, nous ajouterons une éminence qui se voit près de Boves, entre la route d'Amiens à Péronne et celle d'Amiens à Montdidier, et qui est appelée dans le pays le Mont d’Évangile, parce que, dit la tradition locale, saint Firmin, du haut de cette élévation, annonça l’Évangile aux populations d'alentour, accourues pour entendre ce merveilleux étranger.

La même tradition ajoute quo saint Firniin vint plusieurs fois d'Amiens annoncer Jésus-Christ en ce lieu.


Martyre de saint Firmin. Vies de saints. XVe.

Cependant, les temples des idoles de Samarobrive restaient vides et les païens eux-mêmes étaient forcés de reconnaître l'éloquence de notre grand Apôtre. Le bruit de ses prédications et des nombreuses conversions qu'il opérait, finit par parvenir jusqu'aux oreilles des gouverneurs de la province, Longulus et Sébastien, qui étaient alors à Trèves, métropole de la première Belgique. Ils se hâtèrent immédiatement de venir à Amiens et y arrivèrent bientôt. C'était dans le courant du mois de septembre. Dès leur entrée dans la cité, ils ordonnèrent que tous les habitants eussent à se réunir sous trois jours au prétoire, dit Cimilien. L'orage se préparait, bientôt il allait éclater sur la tête de Firmin. Les trois jours écoulés, tout le peuple ambianien, les troupes, les tribuns se rendirent au prétoire.

Les prêtres païens n'avaient pas non plus manqué de s'y trouver ; ils voyaient enfin arriver le moment de se débarrasser d'un homme qu'ils regardaient comme un rival qui les importunait depuis longtemps, et comme un adversaire redoutable de leurs dieux. D'après le récit qu'on va lire, il est même permis de supposer qu'ils avaient provoqué cette convocation.

Quand tous furent rassemblés, les gouverneurs ordonnèrent aux membres de la curie de la cité et aux prêtres des temples de s'approcher, et, lorsqu'ils furent devant eux, Sébastien harangua la foule en ces termes :
" Les très-sacrés empereurs ont décrété que l'honneur et le culte des dieux leur soient conservés clans toutes les contrées du monde, par tous les peuples et toutes les nations, Ils veulent qu'on offre de l'encens sur leurs autels et qu'on les vénère, selon les antiques coutumes des princes. Si quelqu'un tente donc de venir contre les décrets des très-sacrés empereurs, ou d'y apporter la moindre opposition, qu'il soit tourmenté de divers supplices, et, d'après les décrets des sénateurs et des princes de la République romaine, qu'il subisse la peine capitale."

Quand Sébastien eut cessé de parler, Auxilius, curial et prêtre des temples de Jupiter et de Mercure, prit la parole pour lui répondre.
" Il y a ici, dit-il, un Pontife des Chrétiens, qui, non-seulement détourne la ville d'Amiens du culte et de la religion des dieux, mais qui paraît séparer l'univers entier et tout l'Empire romain du culte des dieux immortels.
- Quel est, reprit Sébastien étonné, quel est. celui qui ose commettre un si grand crime et une telle profanation ?
- Il se nomme Firrnin, répondit le prêtre païen, c'est un espagnol, très-adroit et très-éloquent et d'une grande sagacité. Il prêche et enseigne au peuple qu'il n'y a aucun autre Dieu, ni aucune autre puissance dans les cieux et sur la terre que le Dieu des Chrétiens, Jésus-Christ, qu'il nomme de Nazareth. Il le dit tout-puissant par-dessus tous les dieux ; quant à nos dieux, il les appelle des démons et les dénonce hautement tous comme des idoles et de vains simulacres, sourds, muets et insensibles. Il détourne tellement le peuple de leur religion, qu'il ne vient plus personne pour offrir de l'encens ni pour prier dans les temples vénérables de Jupiter et de Mercure, et il séduit en faveur de la secte Chrétienne les cœurs de tous les sénateurs. Si vous ne le faites pas périr et si vous ne lui faites pas subir divers supplices, pour l'exemple des autres, il s'en accroîtra un grand danger pour la République, et il s'efforcera de bouleverser la stabilité de l'Empire jusque dans ses fondements, Mais écoutez nos conseils, très-excellent gouverneur ; pour sauver la République et pour retirer nos dieux et nos déesses d'un si grand péril, ordonnez qu'il soit amené à votre tribunal en présence de tous."


Le discours, ou plutôt le réquisitoire d'Auxilius produisit sur Sébastien l'effet que le prêtre païen en attendait.
Le très-excellent gouverneur, désireux de sauver les dieux et les déesses du grand péril qui les menaçait, ordonna à ses soldats de se saisir de Firmin et de le lui amener, deux jours après, aux jeux du théâtre près la porte Clypéenne. Auxilius triomphe, l'heure du martyre va sonner pour le premier évêque d'Amiens ; encore quelques jours, et son éloquente parole ne proclamera plus la vanité des dieux de l'empire et la grandeur du Dieu des Chrétiens.

Firmin apprit bientôt l'arrêt porté contre lui. Sans craindre la mort et sans avoir la pensée de se dérober par la fuite aux tourments dont il était menacé, il alla de lui-même se présenter aux juges. Deux fois déjà il a été près de mourir pour son Dieu, aujourd'hui il espère que son pèlerinage ici-bas va bientôt se terminer. Quand il fut dans le prétoire, il ne craignit pas d'y proclamer La toute-puissance de Jésus-Christ et l'obligation de renverser les sanctuaires des idoles.

Sébastien lui fit alors subir un interrogatoire :
" N'es-tu pas ce malfaiteur qui renverse les temples sacrés des dieux et qui éloigne le peuple de la religion des très-sacrés empereurs ?"
L'Apôtre lui répondit avec assurance :
" Si vous voulez savoir mon nom, je m'appelle Firmin ; né en Espagne, je suis citoyen de Pampelune et issu d'une famille sénatoriale. J'appartiens à la foi Chrétienne et suis revêtu de la dignité épiscopale. J'ai reçu mission de prêcher l'évangile du Fils de Dieu, afin que les nations apprennent qu'il n'y a pas d'autre Dieu, au ciel et sur la terre, que Celui qui a tout fait de rien et par qui tout subsiste. Il tient entre ses mains la vie et la mort, et rien n'échappe à sa puissance. Au ciel, sur la terre et aux enfers, tout genou fléchit devant lui. Entouré des Anges et des Vertus des cieux, il abaisse les royaumes et brise les sceptres des rois. Tandis que les temps et les générations s'écoulent devant son éternité, il reste toujours immuable en face de la mobilité des siècles. Mais les dieux que vous adorez, sous l'influence du démon, ne sont que de vains simulacres, sourds, muets et insensibles, qui abusent leurs victimes et les précipitent aux enfers. Je viens vous déclarer que ces idoles sont l’œuvre du démon reniez-les donc, si vous ne voulez point tomber dans les abîmes éternels, où gémit la puissance infernale."


A ces mots, Sébastien, transporté de colère, jeta une exclamation qui trouva un rapide écho dans l'auditoire, Il s'écria ensuite :
" Au nom des dieux et des déesses, au nom de leur invincible autorité, je t'adjure, Firmin, de renoncer à ta folie et de te soumettre à la religion de tes pères ; sacrifie sur-le-champ aux dieux et aux déesses, si tu ne veux pas encourir des supplices de tout genre et le tourment d'une mort ignominieuse."
Bien loin de se laisser intimider par ces menaces, saint Firmin répondit :
" Je ne redoute pas vos supplices : ce qui m'afflige en ce moment, c'est la folie qui vous fait croire qu'un serviteur de Dieu puisse se laisser ébranler par une coupable crainte. Accumulez les supplices, Dieu y proportionnera les secours pour me faire obtenir, au terme des combats, la couronne de la gloire impérissable. Je ne veux pas échapper aux souffrances dont vous me menacez, en sacrifiant l'éternité de bonheur que le Fils de Dieu me réserve dans son royaume. Mais vous, vous serez condamné aux flammes perpétuelles de l'enfer, à cause des cruautés que vous exercez contre les serviteurs de Dieu."

Le gouverneur, ainsi que toute l'assemblée, était frappé de la constance de Firmin et de la fermeté de ses réponses. Les, Amiénois, qui se rappelaient ses éclatants prodiges, voulaient le délivrer. Aussi Sébastien n'osa-t-il point heurter le sentiment populaire, en ordonnant des tortures publiques qui auraient pu provoquer des troubles. Il feignit de laisser Firmin en liberté, mais il ordonna à ses soldats de l'arrêter prochainement, de le conduire en prison, de lui trancher la tête, en secret, dans son cachot, pendant la nuit, et de prendre soin de cacher son corps, après l'avoir mis en pièces, dans la crainte que les Chrétiens lui rendissent un culte de vénération.

Le saint évêque put donc continuer quelque temps encore ses prédications pour affermir dans la foi les nouveaux convertis ; mais les soldats du gouverneur, fidèles aux ordres qu'ils avaient reçus, les exécutèrent dans toute leur rigueur, en arrêtant saint Firmin ; ils le conduisirent dans ta prison du château, qui fut plus tard désigné sous le nom de Castillon.

Ils frémissaient de rage en entendant leur prisonnier célébrer sans cesse pendant la route, les louanges de Jésus-Christ aussi se hâtèrent-ils de l'enfermer dans un obscur cachot dont ils scellèrent la porte, et devant lequel ils préposèrent des gardes.

Quand Samarobrive fut ensevelie dans les ombres de la nuit, des soldats armés de glaives se rendirent à la prison pour accomplir les ordres de Sébastien. Aussitôt que le saint évêque les eut aperçus, il devina son sort et, versant des larmes de joie, il s'écria :
" Je vous rends grâces, Ô Souverain Rémunérateur de tous les biens, de ce que Vous daignez m'adjoindre à la société de Vos élus. Ô roi miséricordieux et très-clément, Veillez sur ceux que Vous avez appelés à Vous par ma voix, et Daignez exaucer tous ceux qui Vous invoqueront en mon nom."

Cette prière terminée, un soldat tira son glaive dni fourreau et trancha la tête, de l'apôtre.

Ainsi mourut le premier évêque de l'antique Samarobrive, le vingt-cinquième jour du mois de septembre, dans les premières années du second siècle, sous le règne de Trajan. Le sang de saint Firmin, répandu sur le sol humide de sa prison souterraine, était le premier sang versé par le paganisme, dans la capitale des Ambiani. S'il eût été donné au bourreau, qui venait de le faire couler, d'élever ses regards au-dessus de ce monde, il l'eût pu voir monter, comme un suave encens, jusqu'au pied du trône du Tout miséricordieux qui règne dans les cieux, pour retomber ensuite, en une douce rosée de grâce et de sanctification, sur les cœurs encore arides et desséchés de ceux des habitants de Samarobrive, que le zèle et le dévouement du saint apôtre n'avaient pu amener à la connaissance de la foi.

Dieu accepta l'holocauste, bénit la prière du martyr, et la ville, consacrée par le sang de son premier évêque, devint plus tard une des plus Chrétiennes cités de la France.

Saint Firmin est représenté en costume d'évêque, mais rarement tendant sa tête dans les mains. On lui donne parfois, pour attribut, l'épée qui consomma son martyre.

01:00 Publié dans F | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire