UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 mars 2017

10 mars. Les quarante martyrs de Sébaste, en Arménie. 320.

- Les quarante martyrs de Sébaste, en Arménie. 320.
 
Pape : Saint Sylvestre. Empereurs : Constantin Ier, Licinius.
 
" Celui qui conserve la vie et les biens de ce monde en reniant mon nom et en me refusant l'honneur qui m'est dû, perdra la véritable vie."
St Matth. X, 39.
 

Quarante martyrs de Sébaste.
Plaque d'ivoire scuplté byzantine du VIIIe.

Le père Allard nous rapporte que ces martyrs sont fort célèbres ; ils appartiennent à la persécution de Licinius, laquelle parut un instant devoir rivaliser d'étendue et d'horreur avec les persécutions de Dioclétien et de Maximin. Ce fut principalement dans l'armée que l'on poursuivit les chrétiens. Les quarante soldats connus sous le nom de " quarante martyrs de Sébaste " appartenaient à la légion XII Fulminata, depuis plusieurs siècles cantonnée dans la province d'Arménie. Un de ses officiers, Polyeucte, fut martyrisé sous Dèce. A une époque plus reculée, l'histoire de la légion se confond avec d'antiques souvenirs chrétiens. D'après un apologiste du second siècle, un de ses détachements, composé tout entier de soldats baptisés, suivit Marc-Aurèle dans l'expédition contre les Quades, et par ses prières obtint une pluie miraculeuse qui sauva l'armée. Si cette tradition est fondée, elle dut se transmettre d'âge en âge, et entretenir dans la légion la croyance et le dévouement au christianisme. Indépendamment même de tels souvenirs, d'autres causes purent y favoriser la propagande chrétienne.

Le nombre quadragénaire éclate aujourd'hui sur le Cycle ; quarante nouveaux protecteurs se lèvent sur nous, comme autant d'astres pour nous protéger dans la suinte carrière de la pénitence. Sur la glace meurtrière de l'étang qui fut l'arène de leurs combats, ils se rappelaient, nous disent leurs Actes, les quarante jours que le Sauveur consacra au jeûne ; ils étaient saintement fiers de figurer ce mystère par leur nombre. Comparons leurs épreuves à celles que l'Eglise nous impose. Serons-nous, comme eux, fidèles jusqu'à la fin ? La couronne de persévérance ceindra-t-elle notre front régénéré dans la solennité pascale ? Les quarante martyrs souffrirent, sans se démentir, la rigueur du froid et les tortures auxquelles ils furent ensuite soumis; la crainte d'offenser Dieu, le sentiment de la fidélité qu'ils lui devaient, assurèrent leur constance.

Que de fois nous avons péché, sans pouvoir alléguer en excuse des tentations aussi rigoureuses ! Cependant, le Dieu que nous avons offensé pouvait nous frapper au moment même où nous nous rendions coupables, comme il fit pour ce soldat infidèle qui, renonçant à la couronne, demanda, au prix de l'apostasie, la grâce de réchauffer dans un bain tiède ses membres glacés. Il n'y trouva que la mort et une perte éternelle. Nous avons été épargnés et réservés pour la miséricorde ; rappelons-nous que la justice divine ne s'est dessaisie de ses droits contre nous, que pour les remettre entre nos mains. L'exemple des Saints nous aidera à comprendre ce que c'est que le mal, à quel prix il nous faut l'éviter, et comment nous sommes tenus à le réparer.


L'empereur Licinius ayant ordonné que toute son armée sacrifiât aux dieux, quarante soldats de la Légion fulminante, alors campée à Sébaste, en Arménie, refusèrent de trahir la foi de leur baptême et n'eurent tous qu'une réponse aussi simple que sublime :
" Nous sommes chrétiens !"
Ni la douceur, ni les menaces ne purent les gagner, et, après quelques jours de prison, ils furent conduits au supplice.

On était en plein hiver. Il y avait près de la ville un étang couvert de glace ; le gouverneur donna l'ordre d'y exposer les quarante soldats pendant toute une nuit. Les saints martyrs, joyeux de souffrir pour Jésus-Christ, disaient :
" Il est bien difficile, sans doute, de supporter un froid si aigu ; mais ce sera une chose douce d'aller en Paradis par ce chemin ; le tourment est peu de temps, et la gloire sera éternelle ; cette nuit cruelle nous vaudra une éternité de délices. Seigneur, nous entrons quarante au combat, faites que nous soyons quarante à recevoir la couronne."

Qui pourrait imaginer les tortures endurées par ces hommes héroïques sur leur lit de glace ? La seule pensée en fait frémir. Au milieu de la nuit, un des combattants se laissa vaincre par l'intensité du froid, il abandonna le poste d'honneur et vint se jeter dans le bassin d'eau tiède préparé à dessein ; mais la brusque transition de température le suffoqua ; il expira aussitôt, perdant à la fois la vie de la terre et la vie du Ciel.
 
Fin doublement misérable, qui ne servit qu'à fortifier tous les autres martyrs dans leur inébranlable résolution de souffrir jusqu'à la mort.

En ce moment une brillante lumière inonda la surface glacée; l'un des gardiens, ébloui par cette céleste clarté, leva les yeux et vit des anges descendre du Ciel, tenant à la main des couronnes suspendues au-dessus de la tête des généreux martyrs ; mais la quarantième couronne était sans destination : " Elle sera pour moi ", se dit-il, et quittant ses vêtements, il alla remplacer sur la glace le malheureux apostat, en s'écriant :
" Je suis chrétien !"


Quarante martyrs de Sébaste.
Speculum historiale. V. de Beauvais. XVe.

Le lendemain matin, les martyrs respiraient encore ; le gouverneur leur fit briser les jambes et ordonna de les jeter dans un bûcher ardent. Le plus jeune d'entre eux, Mélithon, était encore plein de vie ; mais, aidé des exhortations de son héroïque mère, il résista à toutes les sollicitations des bourreaux, et consomma dans le feu son sacrifice avec ses glorieux compagnons.

A certaines époques, l'armée avait beaucoup à gagner au système des camps permanents, où une légion s'immobilisait pendant une durée presque indéfinie, mêlée à la population civile par les mariages, le commerce et les relations quotidiennes : il en fut vraisemblablement ainsi pour le corps d'armée de la Petite Arménie, voisine et sœur de cette Arménie indépendante où récemment la croix avait conquis tout un peuple et, par la victoire d'un roi chrétien sur le persécuteur Maximin, prélude à celle de Constantin sur Maxence. Mais les motifs qui, dans la légion, enflammaient le zèle des soldats chrétiens accrurent la sévérité et les défiances des officiers de Licinius.


Le père Tillemont montre que les Actes de nos Martyrs, fort circonstanciés, sont dignes de foi lorsqu'ils sont d'accord avec les homélies des Pères qui ont célébré les quarante martyrs ; pour le reste, plusieurs détails ne peuvent être reçus jusqu'à ce qu'on ait de meilleures informations sur le fait principal.
 
Quant aux noms des martyrs, il ne voit pas de raison de douter de la vérité de ces noms, quoique saint Basile et les autres Pères n'aient pas jugé nécessaire de les marquer, et que les pièces dans lesquelles on les trouve ne soient pas fort authentiques. Les traditions populaires altèrent bien les noms propres, mais n'ont pas accoutumé de les inventer, surtout en un si grand nombre.
Les noms des saints martyrs étaient : Candide, Domitien, Dianius, Quirion, Valens, Venerandus, Alexandre, Esicius, Sisinnius, Valerius, Mellitius, Euticius, Ulloctemonius, Babianus, Heraclius, Lysimaque, Claude, Flavien, Jean, Hélius, Sanctinianus, Cadonius, Domninus, Léonce, Cavius, Athanase, Sévérien, Candide, Cyrille, Ethus, Sacerdonius, Eutychius, Acace, Gorgon, Eunochius, Nichalius, Théodore, Théophile et Mélithon.

Leurs corps furent brûlés, et leurs ossements jetés dans une rivière ; mais ils flottèrent sur l'eau et furent recueillis par les fidèles. Les soldats chrétiens des premiers siècles ont souvent illustré leur foi et leur courage dans les supplices, au milieu des persécutions.

Quarante martyrs de Sébaste. D'après une icône byzantine du Xe.
 
PRIERE
 
" Vaillants soldats de Jésus-Christ, qui consacrez par votre nombre mystérieux le temps de la sainte Quarantaine, recevez aujourd'hui nos hommages. Toute l'Eglise de Dieu vénère votre mémoire ; mais votre gloire est plus grande encore dans les cieux. Enrôlés dans la milice du siècle, vous étiez avant tout les soldats du Roi éternel ; vous lui avez garde fidélité, et, en retour, vous avez reçu de sa main la couronne immortelle. Nous aussi nous sommes ses soldats ; et nous marchons à la conquête d'un royaume qui sera le prix de notre courage. Les ennemis sont nombreux et redoutables ; mais comme vous, nous pouvons les vaincre, si, comme vous, nous sommes fidèles à user des armes que le Seigneur nous a mises entre les mains.

La foi en la parole de Dieu, l'espérance en son secours, l'humilité et la prudence assureront notre victoire. Gardez-nous, ô saints athlètes, de tout pacte avec nos ennemis ; car, si nous voulions servir deux maîtres, notre défaite serait certaine. Durant ces quarante jours où nous sommes, il nous faut retremper nos armes, guérir nos blessures, renouveler nos engagements ; venez-nous en aide, guerriers émérites des combats du Seigneur ; veillez, afin que nous ne dégénérions pas de vos exemples. Une couronne aussi nous attend ; plus facile à obtenir que la vôtre, elle pourrait cependant nous échapper, si nous laissions faiblir en nous le sentiment de notre vocation. Plus d'une fois, hélas ! Nous avons semblé renoncer à cette heureuse couronne que nous devons ceindre éternellement ; aujourd'hui nous voulons tout faire pour nous l'assurer. Vous êtes nos frères d'armes ; la gloire de notre commun Maître y est intéressée ; hâtez-vous, Ô saints Martyrs, de venir à notre secours."

Sébaste aujourd'hui. Lieu où nos martyrs recurent leur couronne.


Rq : On lira avec fruits les actes authentiques de nos quarante martyrs au tome II des " Martyrs " de dom H. Leclercq, moine bénédictin de l'abbaye Saint-Michel de Farnborough : http://www.abbaye-saint-benoit.ch/martyrs/default.htm

00:20 Publié dans Q | Lien permanent | Commentaires (0)

mardi, 08 novembre 2016

8 novembre. Les Quatre Saints Couronnés, martyrs, Sévère, Sévérien, Carpophore et Victorin, frères, sur la voie Lavicane à Rome. On fête en même temps qu'eux les saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice. 302, 304.

- Les Quatre Saints Couronnés, martyrs, Sévère, Sévérien, Carpophore et Victorin, frères, sur la voie Lavicane à Rome. On fête en même temps qu'eux les saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice. 302, 304.

Pape : Saint Marcelin. Empereur romain d'Occident : Maximien Hercule. Empereur romain d'Orient : Dioclétien.

" Martyres Christi occidi possunt, fecti nequeunt."
" On peut tuer les martyrs du Christ ; les vaincre jamais."
Gilbert de Hollande.


Martyre des Quatre Couronnés (détail), associés aux cinq autres
martyrs fêtés en ce jour. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Les quatre couronnés furent Sévère, Séverin, Carpophore et Victorin qui, par l’ordre de Dioclétien, furent fouettés à coups d'escourgées de plomb jusqu'à ce qu'ils en moururent. D'abord leurs noms furent inconnus, mais longtemps après Dieu les révéla. On décida donc que leur mémoire serait honorée sous les noms de cinq autres martyrs, Claude, Castorius, Symphorien, Nicostrate et Simplicien, qui souffrirent deux ans après eux.


Martyre des Quatre Couronnés (détail), associés aux cinq autres martyrs
fêtés en ce jour. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Le pape Melchiade ordonna d'honorer sous les noms de ces cinq martyrs les quatre précédents qu'il fit appeler les Quatre Couronnés, avant que l’on découvrît leurs noms ; et l’usage en a toujours prévalu, même quand on eut su comment ils se nommaient réellement.


Les Quatre Couronnés. Missel romain. Niccolo di Giacomo. XIVe.

Ils furent fouettés jusqu'à la mort avec des plombeaux, sous Dioclétien. Leurs noms, qui ont depuis été connus par révélation divine, n'ayant pu être découverts, il fut statué que leur fête se célébrerait tous les ans avec celle des saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice, sculpteurs, dont on fait la fête le même jour, sous ce nom de Quatre Couronnés.


Basilique des saints martyrs Quatre Couronnés. XIIIe. Rome.

Les saints Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice étaient les plus excellents sculpteurs de Rome, et leurs ouvrages étaient si naturels et si délicats que les empereurs eux-mêmes en voulaient avoir dans leurs palais et dans leurs lieux de plaisance. Simplice, qui était le dernier, adorait au commancement les idoles ; mais, voyant que ses quatre compagnons, en faisant le signe de la croix, réussissaient admirablement en tous ce qu'ils entreprenaient, il leur demanda quelle vertu avait cette cérémonie qu'ils faisaient avant de travailler.


Tabernacle et Bas-relief. Nanni di Banco.
Eglise Saint-Michel. Florence. 1408.

Symphorien saisit cette occasion pour lui parler de des erreurs de l'idolâtrie, de la merveilleuse puissance de Notre Seigneur Jésus-Christ, de la nécessité de reconnaître un seul Dieu et des récompenses qui étaient préparées à ceux qui étaient à son service.

Il ajouta que Notre Seigneur Jésus-Christ nous ayant rachetés par la croix, sa seule représentation était si puissante, que, par elle, on venait facilement à bout de tout ce que l'on entreprenait.

Cette remontrance fit ouvrir les yeux à Simplice ; il détesta les idoles qu'il avait adorées et se soumit à Notre Seigneur Jésus-Christ, et reçut le saint baptême.


Les Quatre Couronnés associés aux cinq autres martyrs fêtés ce jour.
Vies de saints. Jeanne De Monbaston. XIVe.

Quelques temps après cette conversion, l'empereur Dioclétien, qui ne savait pas de quelle religion ils étaient, leur fit dire qu'ils eussent à faire une image en porphyre du Dieu Esculape. Ils répondirent généreusement qu'ils ne pouvaient travailler à cette statue sans contribuer à l'idolâtrie et se rendre coupables de tous les sacrilèges que l'on commettrait en l'adorant ; que cela n'était nullement permis à des Chrétiens ; qu'ainsi, faisant profession du christianisme, on ne devait pas s'attendre qu'ils employassent leur art à un ouvrage si abominable. On informa l'empereur de cette réponse, et il en fut tellement irrité, qu'il les livra à un juge nommé Lampade, pour les faire passer par les plus rudes supplices.


Bas-relief (détail). Nanni di Banco, Eglise Saint-Michel. Florence. 1408.

Ce juge fit d'abord ses efforts pour les obliger de changer de résolution ; mais, les voyant inébranlables, après quelques jours de prison il les condamna à être cruellement flagellés avec des fouets garnis de pointes de fer. L'xécution fut très cruelle ; mais pendant que le sang sortait de tous les côtés de leurs veines, et qu'on ne faisait qu'une plaie de tous leurs membres, un démonse saisit du juge et l'étouffa. Dioclétien, averti de ce qui se passait, pensa en mourir de rage. Il anvoya aussitôt Nicétius arrêter les Martyrs, et donna ordre qu'ils fussent enfermés vifs dans des cercueils de plomb et jetés ensuite dans la rivière. La sentence fut exécutée, et, par ce moyen, nos Martyrs trouvèrent tout ensemble leur mort, leur sépulture et leur couronne.

La Providence divine permit que 42 jours après, un Chrétien nommé Nicomède, ayant trouvé leurs saintes reliques, que le plomb même avait amenées hors de l'eau, les enlevât et les enterrât honorablement dans sa propre maison. Ainsi un Nicomède avait donné la sépulture à Notre Seigneur Jésus-Christ, notre souverain Maître, et un autre Nicomède la donna à cinq de ses plus fidèles serviteurs.

On peut les représenter avec les instruments ou outils de leur profession. Ils sont les patrons légitimes des sculpteurs, bien qu'on ai fait honneur de ce patronage aux Quatre Couronnés.

00:15 Publié dans Q | Lien permanent | Commentaires (0)

lundi, 31 octobre 2016

31 octobre. Saint Quentin de Rome, apôtre d'Amiens, martyr en Vermandois. 303.

- Saint Quentin de Rome, apôtre d'Amiens, martyr en Vermandois. 303.

Pape : Saint Marcelin. Emepreur romain d'Occident : Maximien Hercule. Empereur romain d'Orient : Dioclétien.

" L'espérance d'être couronnés adoucit les souffrances de ceux qui combattent sur la terre."
Saint Laurent Justinien."
 

Saint Quentin baptisant. Pontifical à l'usage de Beauvais,
adapté à l'usage de Lisieux. XIIIe.

Saint Quentin fut un de ces jeunes nobles, citoyens romains, qui, comme saint Crépin et saint Crépinien, vinrent prêcher l'Évangile dans les Gaules et y communiquer le trésor de la foi qu'ils avaient reçu.

Amiens fut le centre de son apostolat. Les miracles confirmaient son enseignement ; il traçait le signe de la Croix sur les yeux des aveugles, et ils voyaient; il faisait parler les muets, entendre les sourds, marcher les paralytiques. Ces éclatants prodiges excitaient l'admiration des uns et la haine des autres.
 

Saint Quentin quittant Rome. Vita et miracula st Quintini. XIIe.

Quentin fut bientôt dénoncé à ce monstre de cruauté qui avait nom Rictiovarus, gouverneur romain, et il comparut devant lui :

"R. : Comment t'appelles-tu ?

St Q. : Je m'appelle Chrétien. Mon père est sénateur de Rome ; j'ai reçu le nom de Quentin.

R. : Quoi ! Un homme de pareille noblesse est descendu à de si misérables superstitions !

St Q. : La vraie noblesse, c'est de servir Dieu ; la religion chrétienne n'est pas une superstition, elle nous élève au bonheur parfait par la connaissance de Dieu le Père tout-puissant et de Son Fils, engendré avant tous les siècles.

R. : Quitte ces folies et sacrifie aux dieux.

St Q. : Jamais ! Tes dieux sont des démons ! La vraie folie, c'est de les adorer !

R. : Sacrifie, ou je te tourmenterai jusqu'à la mort.

St Q. : Je ne crains rien ; tu as tout pouvoir sur mon corps, mais le Christ sauvera mon âme."


Saint Quentin prêchant à Amiens. Vita et miracula st Quintini. XIIe.

Une si généreuse confession est suivie d'une flagellation cruelle ; mais Dieu soutient Son martyr, et l'on entend une voix céleste, disant :

" Quentin, persévère jusqu'à la fin, Je serai toujours auprès de toi."

En même temps, ses bourreaux tombent à la renverse. Jeté dans un sombre cachot, Quentin en est deux fois délivré par un Ange, va prêcher au milieu de la ville, et baptise six cents personnes.
 

Saint Quentin amené devant Rictiovarus.
Vita et miracula st Quintini. XIIe.

Tous ces prodiges, au lieu de calmer le cruel Rictiovarus, ne servent qu'à allumer sa fureur. Il envoie reprendre le martyr et le fait passer successivement par les supplices des roues, des verges de fer, de l'huile bouillante, de la poix, des torches ardentes : " Juge inhumain, fils du démon, dit Quentin, tes tourments me sont comme un rafraîchissement."


Saint Quentin affirme la vraie foi devant le juge.
Vita et miracula st Quintini. XIIe.
 
Le tyran invente alors un supplice d'une férocité inouïe et fait traverser le corps du martyr, de haut en bas, par deux broches de fer ; on lui enfonce des clous entre la chair et les ongles. Enfin l'héroïque Quentin eut la tête tranchée. Les assistants virent son âme s'envoler au Ciel sous la forme d'une blanche colombe.


Martyre de saint Quentin. Speculum historiale. V. de Beauvais. XIVe.

Son corps jeté dans un fleuve y resta caché 55 ans, et fut retrouvé ainsi qu'il suit par une noble dame romaine. Comme elle se livrait assidûment à l’oraison, une nuit, elle est avertie par un ange d'aller en toute hâte au camp de Vermand à l’effet d'y chercher en tel endroit le corps de saint Quentin et de l’ensevelir avec honneur.


Notre Dame, saint Quentin et saint Michel qui délivra
saint Quentin de sa prison. Francesco Marmitta. XVIe.

Elle se rendit donc, avec une grande suite, à l’endroit désigné, et y ayant fait sa prière, le corps de saint Quentin entier et sain, et répandant une odeur suave, surnagea aussitôt sur le fleuve. Elle l’ensevelit : et pour la récompenser de ce bon office, elle recouvra l’usage de la vue. Elle bâtit en cet endroit une église, après quoi elle se retira dans ses domaines.


Basilique Saint-Quentin. Une partie de ses reliques y sont toujours
conservées. Saint-Quentin, Vermandois, France.

00:05 Publié dans Q | Lien permanent | Commentaires (0)