UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 18 décembre 2016

18 décembre 2016. IVe dimanche de l'Avent : " Rorate " ou " Canite tuba ".

- IVe dimanche de l'Avent : " Rorate " ou " Canite tuba ".

Extraits de L'année liturgique de dom Prosper Guéranger :



Annonce aux bergers. Adam Pynacker. XVIIe.

Nous voici entrés dans la Semaine qui précède immédiatement la naissance du Messie : dans sept jours au plus tard, il viendra ; et selon la longueur du temps de l'Avent, laquelle varie chaque année, il se peut que l'Avènement tant désiré ait lieu dans six jours, dans trois jours, demain même. L'Eglise compte les heures d'attente ; elle veille jour et nuit, et ses Offices ont pris une solennité inaccoutumée depuis le 17 décembre. A Laudes, elle varie chaque jour les Antiennes ; à Vêpres, elle exprime avec tendresse et majesté ses désirs d'Epouse par de brûlantes exclamations vers le Messie, dans lesquelles elle lui donne chaque jour un titre magnifique emprunté au langage des Prophètes.

Aujourd'hui (le quatrième Dimanche de l'Avent est appelé Rorate à cause de l'Introït ; mais plus souvent on le nomme Canite tuba, qui sont les premiers mots du premier Répons de Matines, et de la première Antienne de Laudes et de Vêpres) l'Eglise veut frapper le dernier coup pour émouvoir ses enfants. Elle les transporte dans la solitude ; elle leur montre Jean-Baptiste, de la mission duquel elle les a déjà entretenus au IIIe Dimanche. La voix de cet austère Précurseur ébranle le désert, et se fait entendre jusque dans les cités. Elle prêche la pénitence, la nécessité de se purifier en attendant celui qui va paraître. Retirons-nous à l'écart durant ces jours ; ou si nous ne le pouvons faire à raison de nos occupations extérieures, retirons-nous dans le secret de notre cœur et confessons notre iniquité, comme ces vrais Israélites qui venaient, pleins de componction et de foi dans le Messie, achever, aux pieds de Jean-Baptiste, l'œuvre de leur préparation à le recevoir dignement, lorsqu'il allait paraître.

Or, voici la sainte Eglise qui, avant d'ouvrir le livre du Prophète, nous dit à l'ordinaire, mais avec une solennité de plus en plus grand :



Les trois Rois mages rencontrant David et Isaïe.
Maître du retable de saint Bartholomée. XVe.

" Prope est jam Dominus : venite, adoremus."
" Le Seigneur est déjà proche : venez, adorons-le."

Isaïe. Chap. XXXV.

La terre déserte et sans chemin se réjouira, et la solitude tressaillera et fleurira comme le lis. Elle poussera et germera de toutes parts ; et elle sera dans une effusion de joie et de louange. La gloire du Liban lui a été donnée, la beauté du Carmel et de Saron. Ils verront eux-mêmes la gloire du Seigneur et la beauté éclatante de notre Dieu. Fortifiez les mains languissantes et raffermissez les genoux tremblants. Dites à ceux qui ont le cœur abattu :
" Prenez courage, et ne craignez pas point ; voici votre Dieu, qui vient vous venger et rendre à vos ennemis ce qu'ils méritent. Dieu viendra lui-même, et il vous sauvera. Alors les yeux des aveugles s'ouvriront, et les oreilles des sourds seront accessibles. Alors le boiteux bondira comme le cerf, et la langue des muets sera déliée ; parce que des sources d'eau couleront au désert, et des torrents dans la solitude. Et la terre qui était desséchée sera un étang, et celle qui était altérée une fontaine d'eau vive. Dans les cavernes où les dragons habitaient auparavant, naîtra la verdure du roseau et du jonc. Et il y aura là un sentier et un chemin battu, et cette voie sera appelée sainte ; celui qui est impur n'y passera point. Elle sera pour vous une voie droite, en sorte que les ignorants y marcheront sans s'égarer. Il n'y aura point là de lion, et la bête farouche n'y montera point, ni ne s'y rencontrera. Et ceux qui auront été délivrés y marcheront, et ceux que le Seigneur aura rachetés retourneront et viendront en Sion avec des cantiques de louange ; ils seront couronnés d'une allégresse éternelle ; le ravissement de leur joie ne les quittera point; la douleur et le gémissement fuiront loin d'eux."

Elle sera donc bien grande, Ô Jésus ! La joie de Votre venue, si elle doit briller sur notre front à jamais comme une couronne ! Mais comment n'en serait-il pas ainsi ? Le désert même, à Votre approche, fleurit comme un lis, et des eaux vives jaillissent du sein de la terre la plus altérée. Ô Sauveur ! Venez vite nous donner de cette Eau dont Votre Cœur est la source, et que la Samaritaine, qui est notre image à nous pécheurs, Vous demandait avec tant d'instances. Cette Eau est Votre Grâce ; qu'elle arrose notre aridité, et nous fleurirons aussi ; qu'elle désaltère notre soif, et nous courrons la voie de Vos préceptes et de Vos exemples, Ô Jésus ! Avec fidélité, sur vos pas.

Vous êtes notre Voie, notre sentier vers Dieu ; et Dieu, c'est Vous-même : Vous êtes donc aussi le terme de notre route. Nous avions perdu la voie, nous nous étions égarés comme des brebis errantes : que Votre amour est grand de venir ainsi après nous ! Pour nous apprendre le chemin du ciel, Vous ne dédaignez pas d'en descendre, et Vous voulez faire avec nous la route qui y conduit. Non, désormais nos bras ne sont plus abattus ; nos genoux ne tremblent plus ; nous savons que c'est dans l'amour que Vous venez. Une seule chose nous attriste : c'est de voir que notre préparation n'est pas parfaite. Nous avons encore des liens à rompre ; Aidez-nous, Ô Sauveur des hommes ! Nous voulons écouter la voix de Votre Précurseur, et redresser tout ce qui offenserait Vos pas sur le chemin de notre cœur, Ô divin Enfant ! Que nous soyons baptisés dans le Baptême d'eau de la pénitence ; Vous viendrez ensuite nous baptiser dans le Saint-Esprit et dans l'amour.


Saint Jean-Baptiste. Hans Memling. XVIe.

A LA MESSE

Le Prophète a excité notre soif en nous parlant de la limpidité et de la fraîcheur des sources qui jaillissent à l'arrivée du Messie ; demandons, avec la sainte Eglise, la rosée qui rafraîchira notre cœur, la pluie qui le rendra fécond.

INTROÏT

" Rorate cœli desuper, et nubes pluant Justum : aperiatur terra, egerminet Salvatorem."
Ps. " Cœli enarrant gloriam Dei : et opera manuum ejus annuntiat firmamentum. Gloria Patri. Rorate."
" Cieux, répandez la rosée, et que les nuées fassent pleuvoir le Juste : que la terre s'ouvre, et qu'elle germe le Sauveur."
Ps. " Les cieux racontent la gloire de Dieu, et le firmament publie l'ouvrage de ses mains. Gloire au Père. Cieux."

ÉPÎTRE

Lecture de l'Epitre de saint Paul, Apôtre, aux Corinthiens. Chap. IV.



Saint-Paul prêchant. Eustache Le Sueur. XVIIe.

" Mes Frères, que l'homme nous considère comme les ministres de Jésus-Christ, et comme les dispensateurs des Mystères de Dieu. Or, ce qui est à désirer dans les dispensateurs est qu'ils soient trouvés fidèles. Pour moi, je me mets fort peu en peine d'être jugé par vous, ou par quelque homme que ce soit : et je ne me juge pas moi-même. Car, encore que ma conscience ne me reproche rien, je ne suis pas justifié pour cela ; mais celui qui me juge, c'est le Seigneur. C'est pourquoi ne jugez point avant le temps, jusqu'à ce que le Seigneur vienne, qui produira à la lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et découvrira les pensées des cœurs: alors chacun recevra de Dieu la louange qui lui sera due."

L'Eglise remet sous les yeux des peuples, dans cette Epître, la dignité du Sacerdoce chrétien, à l'occasion de l'Ordination qu'on a célébrée la veille, et rappelle en même temps aux Ministres sacrés l'obligation qu'ils ont contractée de se montrer fidèles dans la charge qui leur a été imposée. Au reste, il n'appartient pas aux brebis de juger le pasteur : tous, prêtres et peuple, doivent vivre dans l'attente du jour de l'Avènement du Sauveur, de ce dernier Avènement dont la terreur sera aussi grande qu'est attrayante la douceur du premier, et du second auquel nous préparons nos âmes. Après avoir fait retentir dans l'assemblée ces paroles sévères, la sainte Eglise reprend le cours de ses espérances, et célèbre encore l'arrivée prochaine de l'Epoux.

EVANGILE

La suite du saint Evangile selon saint Luc. Chap. III.



Saint Jean-Baptiste prêchant. Francesco Bacchiacca. XVIe.

" L'an quinzième de l'empire de Tibère César, Ponce-Pilate étant gouverneur de la Judée ; Hérode, tétrarque de la Galilée ; Philippe son frère, de l'Iturée et de la province de Traconite ; et Lysanias, d'Abilène ; Anne et Caïphe étant grands-prêtres ; Dieu fit entendre sa parole à Jean, fils de Zacharie, dans le désert. Et il vint dans tout le pays qui est aux environs du Jourdain, prêchant le baptême de pénitence pour la rémission des péchés ; ainsi qu'il est écrit au livre des paroles du prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert :
" Préparez la voie du Seigneur ; rendez droits ses sentiers. Toute vallée sera remplie, et toute montagne et toute colline sera abaissée ; les chemins tortueux deviendront droits, les raboteux seront aplanis. Et toute chair verra le Sauveur envoyé de Dieu ."


Vous êtes proche, Seigneur, car l'héritage de Votre peuple a passé aux mains des Gentils, et la terre que Vous aviez promise à Abraham n'est plus aujourd'hui qu'une province de ce vaste empire qui doit précéder le Vôtre. Les oracles des Prophètes s'exécutent de jour en jour ; la prédiction de Jacob lui-même est accomplie : Le sceptre est ôté de Juda. Tout se prépare pour Votre arrivée, Ô Jésus ! C'est ainsi que Vous renouvelez la face de la terre : Daignez aussi renouveler mon cœur, et soutenir son courage, dans ces dernières heures qui précèdent Votre venue. Il sent le besoin de se retirer au désert, d'implorer le baptême de la pénitence, de redresser ses voies : Faites tout cela en lui, divin Sauveur, afin qu'au jour où Vous allez descendre sa joie soit pleine et parfaite.

OFFERTOIRE

Pendant l'Oblation, l'Eglise salue la glorieuse Vierge dont les flancs recèlent encore le salut du monde. Ô Marie ! Donnez-nous bientôt celui qui vous remplit de sa présence et de sa grâce. Le Seigneur est avec vous, Ô Marie incomparable ; mais l'heure approche où il sera aussi avec nous ; car son nom est Emmanuel.



L'Immaculée Conception. Bartolomé Esteban Murillo. XVIIe.

" Je vous salue, Marie, pleine de grâce, le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre toutes les femmes, et béni est le fruit de vos entrailles."

A VÊPRES

1. Ant. " Canite tuba in Sion, quia prope est dies Domini : ecce veniet ad salvandum nos. Alleluia , alleluia."
2. Ant. " Ecce veniet desideratus cunctis Gentibus : et replebitur gloria domus Domini. Alleluia."
3. Ant. " Erunt prava in directa, et aspera in vias planas : veni, Domine, et noli tardare. Alleluia."
4. Ant. " Dominus veniet, occurrite illi, dicentes : Magnum principium, et regni ejus non erit finis ; Deus, Fortis, Dominator, Princeps pacis. Alleluia, alleluia."
5. Ant. " Omnipotens sermo tuus, Domine, a regalibus sedibus veniet. Alleluia."


1. Ant. " Sonnez de la trompette dans Sion ; car le jour du Seigneur est proche : voici qu'il vient nous sauver. Alleluia, alleluia."
2. Ant. " Voici qu'il va venir, le Désiré de toutes les nations, et la maison du Seigneur sera remplie de gloire. Alleluia."
3. Ant. " Les chemins tortueux seront redressés, et les chemins raboteux seront aplanis : venez, Seigneur, et ne tardez pas. Alleluia."
4. Ant. " Le Seigneur va venir ; allez à sa rencontre, et dites : Grande est sa puissance, et son règne n'aura pas de fin ; il est le Dieu, le Fort, le Dominateur, le Prince de la paix. Alleluia, alleluia."
5. Ant. " Seigneur, votre toute-puissante Parole va descendre de ses royales demeures. Alleluia."

PRIONS

" Faites paraître, Seigneur, Votre pouvoir, et Venez ; Secourez-nous par Votre vertu toute-puissante, afin que, par le secours de Votre grâce, Votre indulgence miséricordieuse daigne accélérer le remède dont nos péchés nous rendent indignes ; Vous qui Vivez et Régnez dans les siècles des siècles."

Les commentaires sont fermés.