UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 31 mars 2017

31 mars. Saint Nicolas de Flüe, solitaire en Suisse. 1487.

- Saint Nicolas de Flüe, solitaire en Suisse. 1487.
 
Pape : Innocent VIII. Empereur : Frédéric III de Habsbourg.
 
" Pénétrez-vous bien de cette pensée que Dieu seul est la source du vrai bonheur ; et encore de celle-ci : la pierre de touche du véritable amour de Dieu, c’est la soumission à sa sainte volonté. Si vous souffrez tout avec patience pour l’amour de Dieu, notamment les offenses d’autrui, alors vous aimez véritablement Dieu."
Maxime de saint Nicolas de Flüe.
 

Saint Nicolas de Flüe. Eglise de Sachseln. Suisse.

Saint Nicolas de Flüe naquit en Suisse, de parents pieux. Un jour, à la vue d'une flèche élancée, sur une montagne voisine, il fut épris du désir du Ciel et de l'amour de la solitude. Il se maria pour obéir à la volonté formelle de ses parents et eut dix enfants. Son mérite et sa vertu le firent choisir par ses concitoyens pour exercer des fonctions publiques fort honorables.

Sa prière habituelle était celle-ci :
" Mon Seigneur et mon Dieu, enlevez de moi tout ce qui m'empêche d'aller à Vous. Mon Seigneur et mon Dieu, donnez-moi tout ce qui peut m'attirer à Vous."

Il avait cinquante ans, quand une voix intérieure lui dit :
" Quitte tout ce que tu aimes, et Dieu prendra soin de toi."
Il eut à soutenir un pénible combat, mais se décida en effet à tout quitter, femme, enfants, maison, domaine, pour servir Dieu. Il s'éloigna, pieds nus, vêtu d'une longue robe de bure, un chapelet à la main, sans argent, sans provision, en jetant un dernier regard tendre et prolongé vers les siens.


Statue de saint Nicolas de Flüe. Sachseln. Suisse.

Une nuit, Dieu le pénétra d'une lumière éclatante, et depuis ce temps, il n'éprouva jamais ni la faim, ni la soif, ni le froid. Ayant trouvé un lieu sauvage et solitaire, il s'y logea dans une hutte de feuillage, puis dans une cabane de pierre. La nouvelle de sa présence s'était répandue bientôt, et il se fit près de lui une grande affluence. Chose incroyable, le saint ermite ne vécut, pendant dix-neuf ans, que de la Sainte Eucharistie ; les autorités civiles et ecclésiastiques, saisies du fait, firent surveiller sa cabane et constatèrent la merveille d'une manière indubitable.

La Suisse, un moment divisée, était menacée dans son indépendance par l'Allemagne. Saint Nicolas de Flüe, vénéré de tous, fut choisi pour arbitre et parla si sagement, que l'union se fit, à la joie commune, et la Suisse fut sauvée. On mit les cloches en branle dans tout le pays, et le concert de jubilation se répercuta à travers les lacs, les montagnes et les vallées, depuis le plus humble hameau jusqu'aux plus grandes villes.


Tombeau-reliquaire de saint Nicolas de Flüe.
Eglise de Sachseln. Suisse.
 
Sur les instances des parties unanimes à reconnaître la haute vertu de saint Nicolas, ce dernier donna à la Diète de Stans les conseils suivants (extraits) ; lesquels sont un écho du temps qui vient frappé ce qu'il reste de conscience à nos contemporains ; pour peu qu'ils comprennent encore ce que " cité " et "  commun " signifient :
 
« Confédérés, gardez-vous de la désunion ; bannissez tout esprit de parti ; c’est la perte d’un Etat. Ne cherchez pas à étendre vos frontières et à faire de nouvelles conquêtes. Méfiez-vous de l’esprit de lucre, et ne vous laissez pas aveugler par l’or étranger. Pas de guerre sans nécessité. Si l’on vous attaque, levez-vous pour vous défendre et pour sauver votre patrie et votre liberté.

J’ai reçu de Dieu en partage un esprit droit ; j’ai été souvent consulté dans les affaires de ma patrie ; j’ai aussi prononcé beaucoup de sentences ; mais, grâce à Dieu, je ne me souviens pas d’avoir agi en quelque chose contre ma conscience. Je n’ai jamais fait acception de personnes et je ne me suis jamais écarté des voies de la justice.»
 
Nicolas fut atteint, à l'âge de soixante-dix ans, d'une maladie très aiguë qui le tourmenta huit jours et huit nuits sans vaincre sa patience.

Rq : On lira avec fruit la notice que les Petits Bollandistes consacrent à notre Saint, l'un des pères de la confédération suisse (T. IV, pp 83 et suiv.) : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k30734t/f89.image

00:15 Publié dans N | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.