UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 16 mai 2016

16 mai. Saint Simon de Stock, général des Carmes. 1265.

- Saint Simon de Stock, général des Carmes. 1265.
 
Pape : Clément IV. Roi d'Angleterre : Henri III.
 
" Que chacun de vous rende service aux autres, selon le don qu'il a reçu, comme de fidèles dispensateurs des grâces que Dieu vous a accordées de tant de manières."
 

Saint Simon de Stock intercédant pour les âmes du purgatoire.
Corrado Giaquetti. XVIIIe.
 

Jacques Van Oost. Eglise Saint-André. Lille. Flandres. XVIIe.

S'étant privé volontairement de la conversation des hommes, il jouissait de celle de la Très Sainte Vierge Marie et des anges qui l'exhortaient à persévérer dans sa vie de renoncement et d'amour. La Reine du Ciel l'avertit qu'il verrait bientôt débarquer en Angleterre des ermites de la Palestine. Elle ajouta qu'il devait s'associer à ces hommes qu'Elle considérait comme Ses serviteurs.

En effet, Jean lord Vesoy et Richard lord Gray de Codnor revinrent de Terre Sainte, ramenant en effet avec eux quelques ermites du Mont-Carmel. Docile aux directives de la Mère de Dieu, saint Simon Stock se joignit à ces Pères, en 1212.

Élu vicaire général de l'Ordre des Carmes en 1215, le Saint travailla de toutes ses forces à obtenir de Rome la confirmation de son Ordre pour l'Occident. Il ne manquait pas d'adversaires pour en empêcher l'extension en Europe. Mais Simon Stock supplia la Vierge Marie par d'instantes prières et beaucoup de larmes de défendre Elle-même cet Ordre qui Lui était consacré. Apparaissant en songe au pape Honorius III, la Mère de Dieu lui fit connaître Ses volontés, et en 1226, ce pape confirma la Règle des Carmes.

La Mère de miséricorde apparut un jour à Son serviteur, toute éclatante de lumière et accompagnée d'un grand nombre d'esprits bienheureux, Elle lui remit un scapulaire en disant :
" Reçois Mon fils ce scapulaire, comme le signe d'une étroite alliance avec Moi. Je te le donne pour habit de ton ordre ; ce sera pour toi et pour tous les Carmes un excellent privilège et celui qui le portera ne souffrira jamais l'embrasement éternel. C'est la marque du salut dans les dangers et de l'heureuse possession de la vie qui n'aura jamais de fin."

La dévotion au scapulaire de Notre-Dame du Mont-Carmel se répandit non seulement parmi le peuple, mais aussi parmi les rois et les princes qui se trouvèrent fort honorés de porter cette marque des serviteurs de la Très Sainte Vierge.


Notre Dame donnant le Rosaire à saint Dominique et le Scapulaire
à saint Simon de Stock. Eglise Saint-Pierre-et-Saint-Paul (ancien
couvent des Cordeliers). Lons-le-Saulnier. Jura. XVIIIe.

Saint Simon Stock, présent au concile général de Lyon tenu sous le règne du pape Innocent IV, y prononça un éloquent discours contre les divisions qui agitaient alors l'Église. Il mourut dans la vingtième année de son généralat et la centième de son âge, après avoir laissé d'admirables exemples de vertu. La mort le cueillit dans la ville de Bordeaux, alors qu'il visitait ses monastères. L'Église ajouta ses dernières paroles à la salutation angélique :
" Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort."

00:25 Publié dans S | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Je m'intéresse aux Carmes pour des raisons spirituelles.

Écrit par : Yannick Nebanga | samedi, 24 juillet 2010

Depuis mon retour de mon voyage de Rome, je suis comme pris d'une dévotion plus grande de dire le Notre-Père et le Je Vous Salut Marie tous les jours, mais pas tout le temps la même quantité et ce malgré les fautes du présent et surtout du passé, j'en suis quand même comblé.
En plus, je lis ce livre de l'an 1927, écrit par J.M.S Benopt, prêtre de la région de Saskatchewan, ancien missionnaire.
Que de beaux témoignages de tous ces religieux qui ont eu à cœur de garder une intense dévotion pour délivrer ces Âmes du purgatoire, je ne peux que leur dire que je n'arrive pas à la hauteur de leurs semelles de sandales et de la pauvreté qu'ils vivaient pour s'y consacrer pour sauver ces pauvres âmes.

Écrit par : André Gaulin | samedi, 23 juillet 2011

Les commentaires sont fermés.