UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 09 décembre 2016

9 décembre. Saint Budoc, évêque de Dol-de-Bretagne, confesseur. VIe/VIIe.

- Saint Budoc, évêque de Dol-de-Bretagne, confesseur. VIe/VIIe.

Pape : Saint Martin Ier. Roi de Domnonée : Saint Judicaël.

" Le Souverain Pasteur, Notre Seigneur Jésus-Christ, s'est sacrifié pour nous ; et nous devons, à Son exemple, nous sacrifier pour ses membres."
Saint Budoc conseillant à saint Magloire de ne point abandonner sa charge d'évêque de Dol.
 

Saint Budoc. Gourin. Bretagne.

Judual, prince de Bretagne, qui dut à saint Samson de recouvrer l'héritage de ses pères, et qui régna ensuite dans ce pays sous le nom d'Alain Ier, eut de son mariage avec Azénor, fille du comte de Léon, six fils, dont le quatrième se nommait Budoc (ou Deroch, ou encore Beuzec).

Celui-ci fut confié dès son enfance au saint évêque de Dol, afin qu'il l'élevât dans osn monastère et qu'il prît soin de son éducation. Sous cet excellent maître, Budoc fit des progrès remarquables dans la science et dans la piété. S'étant décidé à renoncer au monde et à se consacré à Dieu, il fut admis dans le clergé et devint par la suite abbé du monastère de Dol.
.

Saint Budoc. Reproduction de la statue de saint Budoc du
cimetière de Trégarvan. Gourin. Diocèse de Cornouailles. Bretagne.

Son mérite n'échappa pas à saint Magloire, qui, voulant se décharger du fardeau de l'épiscopat, le désigna pour son successeur et le sacra évêque. On vit bientôt le disciple animé du même esprit que les saints maîtres qui l'avaient dirigé dans les voies de la perfection, et l'on reconnu qu'il possédait toutes les vertus d'un véritable pasteur.

La réponse pleine de prudence et de piété qu'il fit à saint Magloire (cf. supra), lorsque ce vénérable vieillard lui communiqua le dessein qu'il avait conçu de s'éloigner de ce pays de Dol pour jouir plus librement des douceurs de la solitude, est une preuve éclatante de sa sagesse, et montre non seulement son zèle pour son troupeau, que son saint prédécesseur édifiait par sa vie et ses discours, mais aussi son éloignement pour ces sentiments de jalousie, qui surprennent quelquefois les personnes vertueuses occupées de la même bonne oeuvre.
Ce fut néanmoins saint Budoc qui, plus tard, devint le deuxième successeur de saint Samson et celui de saint Magloire sur le siège épiscopal de Dol.
.

Sacre de saint Budoc. Bas-relief en bois doré.
Chapelle Saint-Samson. Posporder. Léon. Bretagne.

L'histoire ne nous a pas conservée le détail des actions de saint Budoc pendant son épiscopat. On sait seulement qu'il entreprit un voyage à Jérusalem et qu'il s'y fit tellement estimé qu'on lui donna un grand nombre de reliques, qui furent dans la suite portées à Orléans et déposées dans l'église de Saint-Samson.

Malgré le silence des historiens à son égard, on ne peut douter qu'il n'ait été un saint prélat, et son culte est depuis longtemps établi dans l'église de Dol. On ignore absolument le temps de sa mort ; le martyrologe parisien, qui fait mention de lui au 19 novembre, la fixe en 580. Le père Le Large croit qu'elle arriva en 588, l'abbé Déric l'indique à l'an 600 environ, et dom Lobineau (qui a débarrassé notre Saint de légendes ridicules et qui semble le plus fiable) la place dans le VIIe siècle. Le jour de son bienheureux trépas est mieux connu ; c'est le 8 décembre, mais sa fête est depuis longtemps transféré au lendemain, à cause de celle de l'Immaculée Conception. Dans le diocèse de Léon, il était autrefois honoré le 18 novembre, avec office de neuf leçons.
.

Fontaine Saint-Budoc. Chapelle Saint-Conogan.
Beuzec-Cap Sizun. Cornouailles. Bretagne.

Les reliques de saint Budoc étaient conservées à Dol, à l'époque du procès entre cette église et celle de Tours, ainsi que l'atteste une pièce qui servit à cette cause et que dom Morice apubliée dans ses Mémoires. Il paraît qu'elles furent détruites ou perdues, lorsque Jean-sans-Terre, roi d'Angleterre, vint, au commencement du XIIIe siècle, faire le siège de Dol et en brûla la cathédrale. On assure que la paroisse de Plourin, dans le diocèse de Léon, en possède encore une partie.

HYMNE

Tropaire de saint Budoc (tiré de son office à neuf leçons).


" Tu fus miraculeusement préservé de la furie de l'océan
Puis étant nourri par la main de Dieu,
Tu te dévouas entièrement à Son service, Ô saint évêque Budoc.
Étant couvert d'honneurs aussi bien temporels que spirituels à Armagh et Dol,
Tu œuvras pour gagner les âmes au Christ,
C'est pourquoi nous implorons ton aide,
Supplie le Christ notre Dieu afin qu'Il nous sauve."


Statue de saint Budoc. Cimetière de Trévagan. Léon. Bretagne.

Rq : Reproduites par ignorance ou par malveillance sur l'Internet, les légendes nombreuses autour de saint Budoc, celles touchant à sa jeunesse en particulier, sont rien moins que fantaisistes. Dom Lobineau, le grand hagiographe des Saints de Bretagne, mais aussi, avec plus de prudence, le dominicain breton Albert Le Grand, ont rejeté la quasi-totalité de ce que l'on peut trouver de fantastique. Il est tellement hasardeux de démêler ce qu'il peut y avoir de vrai dans ces récits que l'on s'abstiendra d'y ajouter foi.

00:15 Publié dans B | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.