UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 13 avril 2017

13 avril. Saint Justin le philosophe, et ses compagnons, martyrs. 167.

- Saint Justin le philosophe, et ses compagnons, martyrs. 167.

Pape : Saint Soter. Empereurs : Antonin ; Marc-Aurèle.

" Justin approchait autant de la vertu des Apôtres qu'il approchait de leurs temps."
Methodius apud Photium, cod. 234.
" Notre devoir est de faire connaître à chacun quelle est notre doctrine, afin que les fautes de ceux qui pèchent par ignorance, ne nous soient pas imputées et que nous n'en portions point la peine."
Saint Justin.

Saint Justin. Gravure. Russie. XVIIIe.

Saint Justin naquit vers l'an 103 à Naplouse, ville de la Palestine, appelée autrefois Sichem, près du puits de Jacob, et qui, du temps d'Alexandre le Grand, était métropole de la Samarie. Il n'était pas samaritain, mais grec, païen et incirconcis. Il nous apprend lui-même qu'il employa sa jeunesse à lire les poëtes, les orateurs et les historiens. Après avoir étudié les belles-lettres, il s'appliqua à la philosophie de sorte que, selon l'expression de Fleury, il se fit chrétien avec une grande connaissance de cause, après avoir essayé de toutes les sectes de philosophes.

Il le raconte lui-même à peu près en ces termes :
" D'abord, je me donnai à un stoïcien, et après avoir passé bien du temps avec lui, voyant que je n'apprenais rien sur Dieu, car lui-même ne savait rien là-dessus, et disait que cette connaissance n'était pas nécessaire, je le quittai et m'adressai à un péripatéticien, qui se croyait un esprit très-subtil. Il me demanda, après quelques jours, de quel salaire ses peines seraient récompensées je le quittai aussitôt, ne pouvant croire qu'une âme aussi basse pût être celle d'un philosophe.

Comme j'étais toujours avide des secrets de la philosophie, j'allai trouver un pythagoricien, qui était, en grande réputation et n'avait pas lui-même une moindre opinion de sa sagesse. Lorsque je lui eus témoigné le désir d'être son disciple, il me dit :
" Très-bien, mais avez-vous étudié la musique, l'astronomie, la géométrie ? Car ne pensez pas pouvoir rien comprendre de ce qui mène à la béatitude, sans avoir acquis ces connaissances, qui dégagent l'âme des objets sensibles, la rendent propre aux intelligibles, et la mettent en état de contempler la beauté et la bonté souveraine."

Je lui avouai que j'ignorais ces sciences alors il me renvoya, parce qu'il les considérait comme nécessaires. On peut juger quelle fut ma peine, en quittant un homme que je  croyais plein de science ; mais il m'eût fallu employer trop de temps aux études préalables qu'il exigeait de moi j'y renonçai et me déterminai à suivre les Platoniciens.

Il y en avait un dans notre ville, homme de bon sens et des plus distingués d'entre eux. J'eus avec lui plusieurs conversations qui me profitèrent beaucoup. Il me semblait que l'intelligence des choses incorporelles me soulevait de terre, et que la contemplation des idées donnait des ailes à mon esprit. Déjà je m'applaudissais d'être devenu sage en si peu de temps, et j'avais conçu la folle espérance de voir Dieu bientôt c'est le but de la philosophie de Platon. Cette disposition d'esprit me faisait chercher la solitude. Un jour que je me promenais au bord de la mer, je vis, en me retournant, un vieillard qui me suivait d'assez près. Son extérieur était majestueux un air de douceur et de gravité semblait répandu sur toute sa personne nous entrâmes en conversation."

Saint Justin raconte au long cette conversation, dont voici la partie la plus instructive. Ce vieillard lui lit voir que les philosophes mêmes qu'il estimait le plus, Platon et Pythagore, avaient erré dans les principes et n'avaient bien connu ni Dieu, ni l'âme raisonnable. Justin lui demanda quels maîtres il fallait donc suivre, si ceux-là n'avaient pas connu la vérité. Le digne vieillard me dit alors :
" A une époque très-reculée, et bien avant ceux qu'on a cru philosophes, il y a eu des hommes justes, bienheureux et chéris de Dieu, qui, parlant par l'esprit divin, ont annoncé d'avance ce qui se passe aujourd'hui dans le monde. On les appelle Prophètes. Eux seuls ont connu la vérité eux seuls l'ont annoncée aux hommes, sans craindre ni considérer personne. Ils n'ont prêché que ce que leur révélait l'Esprit-Saint. Leurs écrits, que nous avons encore, nous font très bien connaître la première cause et la dernière de tous les êtres. On y trouve beaucoup d'autres questions qui intéressent un philosophe. Ils n'employaient, pour établir la vérité, ni les disputes, ni les raisonnements subtils, ni ces démonstrations abstraites qui sont au-dessus de la portée du commun des hommes. Ce qui doit faire croire à leur parole, ce sont leurs prédictions qui se sont accomplies ou s'accomplissent tous les jours, et les miracles qu'ils opéraient ; ils faisaient cela au nom d'un seul Dieu créateur de toutes choses, et de son fils Jésus-Christ, qui devait, disaient-ils, " venir en ce monde, et qui y est venu en effet ".
Quant à vous, dit-il en finissant, faites d'ardentes prières, pour que les portes de la lumière vous soient ouvertes car nul ne peut comprendre ces choses, si Dieu et son Christ ne lui en donnent l'intelligence."

A ces mots, le vieillard mystérieux disparut, et Justin ne le revit jamais.

Saint Justin. D'après une Icone byzantine du Xe.

Ce discours fit une vive impression sur le cœur du jeune philosophe il aima dès lors les Prophètes et les amis du Christ, et considéra leur doctrine comme la seule philosophie certaine et utile. Ce qui le porta encore puissamment à croire à la divinité, et dès lors à la vérité de la religion chrétienne, ce fut la constance des martyrs parmi les supplices :
" Si, comme on les en accuse, les Chrétiens étaient friands de chair humaine, voluptueux, intempérants, ils chercheraient à vivre pour jouir plus longtemps, ils ne chercheraient pas à mourir et ils ne souffriraient pas, ils ne mourraient pas avec tant de douceur, de modestie et d'héroïsme."

On ne sait pas au juste en quelle année ni dans quelle ville eut lieu la conversion de saint Justin ce fut entre 132 et 137, et dans la ville de Naplouse, ou, plus probablement, dans celle d'Alexandrie. Il dit lui-même qu'il visita cette ville, et il est certain que le désir de connaître, le fit voyager, surtout en Egypte, pays renommé pour la science des mystères les plus secrets. Comme en devenant chrétien, loin de renoncer à la vie de philosophe, il avait embrassé une philosophie plus sublime et plus sainte, il garda le pallium, ou le manteau, marque distinctive des sages. Avant lui, d'autres chrétiens avaient agi de la sorte, entre autres, saint Aristide d'Athènes, et saint Héraclas, évêque d'Alexandrie. Il est probable qu'on le fit prêtre ou du moins diacre il est certain qu'il mena une vie austère et sainte, ce qui l'a fait nommer par saint Epiphane un grand et qu'il prêchait en toute occasion la vérité, et par ses exemples et par ses discours :
" Notre devoir est de faire connaître à chacun quelle est notre doctrine, afin que les fautes de ceux qui pèchent par ignorance, ne nous soient pas imputées et que nous n'en portions point la peine."
Et ailleurs :
" Comme j'ai obtenu de Dieu la grâce d'entendre les Ecritures, je m'efforce de faire part de cette grâce à tout le monde, de peur que je ne sois condamné au jugement de Dieu. Telle est ma résolution dans toutes mes paroles je n'ai en vue que de dire la vérité je la dirai sans crainte, ni considération aucune, et dussé-je à l'heure même être mis en pièces."
" Voilà un véritable philosophe, dit Rohrbacher, c'est-à-dire un homme qui aime sincèrement la vérité et la sagesse Platon, Sénèque, qui retenaient cette vérité captive, qui n'osaient la prêcher publiquement, de peur de s'exposer à quelque péril Platon, Sénèque, n'aimaient qu'eux-mêmes."

Il n'y avait pas longtemps que notre Saint était chrétien lorsqu'il écrivit son Oraison ou Discours aux Grecs. Il y expose les raisons qui lui ont fait embrasser le christianisme, l'impiété et l'extravagance de l'idolâtrie, la sainteté de la doctrine évangélique, l'auguste autorité des Ecritures qui règlent nos passions, et apaisent les inquiétudes de l'esprit humain. Il traite à peu près le même sujet, mais plus au long, dans sa Parénèse ou exhortation aux Grecs, ouvrage qu'il écrivit à Rome. Il y répand, dit Godescard, les fleurs de l'éloquence, ce qu'il n'a pas fait même dans ses apologies. On y trouve la réfutation des erreurs de l'idolâtrie, avec les preuves de la vanité des philosophes païens. L'auteur reproche à Platon d'avoir essayé d'établir le polythéisme, dans une harangue qu'il prononça en présence des Athéniens, de peur qu'on ne lui ôtât la vie comme à Socrate ce qui montrait de sa part une grande faiblesse, et surtout beaucoup de mauvaise foi, puisqu'il est prouvé par ses écrits qu'il n'admettait qu'un Dieu. Il a cité divers passages (d'Orphée, d'Homère, de Sophocle, de Pythagore, de Platon, de Mercure, d'Acmon ou plutôt Ammon) d'anciens auteurs qui tous ne reconnaissaient qu'une seule divinité. En composant son livre de la Monarchie, il se proposa d'établir l'unité de Dieu par des autorités et des raisons tirées des philosophes païens.

On ne peut douter que saint Justin ne soit aussi l'auteur de l'Epître à Diognète. Cette épître est attribuée à saint Justin dans tous les anciens manuscrits, et l'on ne peut la lut contester, selon Cuve, Ceillier, Maran, etc. Le style en est plus fleuri et plus élevant que celui des autres ouvrais du saint Docteur ; mais on aurait tort d'en inférer qu'il n'en est point l'auteur, comme l'ont montre les critiques que nous venons de citer. A la vérité, cette épitre n'est citée ni par Eusèbe ni par saint Jérôme. Ils ne citent point non pins les ouvrages d'Athénagore en conclura-t-on pour cela qu'ils sont supposés ? L'art de l'imprimerie n'ayant été inventé que fort tard ; est-il étonnant qu'il leur soit échappé quelques écrits ? Tillemont prétend que l'auteur de l'épitre dont il s'agit est plus ancien que saint Justin, parce qu'il se qualifie disciple des Apôtres mais cette raison ne prouve absolument rien. Saint Justin pouvait prendre le même titre, lui qui était contemporain de saint Polycarpe et d'autres saints personnages qui avaient vu quelques-uns des Apôtres.

Ce Diognète, homme de grande considération, était fort versé dans la philosophie. Il avait été le précepteur de Marc-Aurèle, qui eut toujours pour lui autant d'estime que de confiance. A son sujet, dom Le Nourri (Appar. In Bibl. Patr., t. I, p. 445) dit que Diognète était juif mais il est probable qu'il se trompe, puisque Diognète est appelé adorateur des dieux dans la lettre qui lui est adressée par saint Justin. On ne peut toutefois exclure que Diognète ait simulé par ambition son attachement au paganisme ; l’histoire en effet nous donne maintes illustrations de cette esprit de duplicité et de dissimulation chez un grand nombre de membres du peuple réprouvé.

Saint Justin. Dessin. Elie Delaunay. XIXe.

Frappé de la conduite des chrétiens, Diognète désirait connaître ce qui les portait à mépriser le monde et la mort avec toutes ses horreurs, et d'où leur venait cette charité mutuelle, inconnue aux autres hommes, charité si puissante, qu'elle paraissait les rendre insensibles aux plus cruels traitements ? Saint Justin se chargea de lui donner les éclaircissements qu'il demandait. Après avoir démontré la folie du paganisme et l'imperfection de la loi judaïque, il peint les " vertus pratiquées par les chrétiens, et surtout leur humilité, leur douceur, leur amour pour ceux qui les haïssent injustement ", etc. Il ajoute que " les tortures ne servaient qu'à augmenter le nombre et à perfectionner la sainteté des fidèles ".

Vient ensuite une explication claire et précise de la divinité de Jésus-Christ, fils de Dieu et créateur de toutes choses. Ce saint docteur prouve l'insuffisance de la raison, en montrant qu'elle ne peut toute seule nous conduire à la connaissance de Dieu qui a envoyé son fils pour nous enseigner ses adorables volontés et pour payer le prix de notre rédemption dans le temps que nous ne méritions que des supplices. Il développe ce mystère en faisant voir que le Saint a souffert pour les pécheurs, et la personne offensée, pour ceux dont elle avait reçu des outrages :
" Etant, dit-il, dans l'impossibilité d'expier nos crimes par nos propres forces, nous nous trouvons à couvert sous les ailes de la justice elle-même, et nous sommes affranchis de l'esclavage du péché."

Il relève la bonté infinie de Dieu pour l'homme, laquelle éclate en ce que, non content de nous avoir donné l'être, il a créé le monde pour notre usage, nous a soumis toutes choses, et nous a donné son Fils unique, avec la promesse de nous faire régner avec lui si nous l'aimons :
" Présentement que vous le connaissez, poursuit-il, de quelle joie ne devez-vous pas être comblé ? Quels transports d'amour ne devez-vous pas éprouver pour celui qui vous a aimé le premier ? Et quand vous l'aimerez, vous serez l'imitateur de sa bonté. On est véritablement l'imitateur de Dieu, lorsqu'on supporte les fardeaux des autres, qu'on assiste le prochain, qu'on se place au-dessous de ses inférieurs, qu'on partage avec les pauvres les biens qu'on a reçus du ciel. Vous comprendrez alors que Dieu gouverne cet univers ; vous connaîtrez ses mystères vous aimerez et vous admirerez ceux qui souffrent pour lui ; vous condamnerez l'imposture du monde, vous méprisiez la mort, du corps, et ne craindrez que la mort éternelle de l'âme, avec ce feu qui ne s'éteindra jamais. Quand vous saurez ce que c'est que ce feu, vous envierez le bonheur de ceux qui souffrent les flammes pour la justice. Je ne parle pas de choses auxquelles je sois étranger ; ayant été disciple des Apôtres, je suis établi pour enseigner les nations, etc."

Saint Justin ne combattit pas l'hérésie avec moins de force quelle paganisme. Il écrivit contre Marcion des ouvrages que saint Jérôme appelle excellents ; ils se sont perdus ainsi que plusieurs autres écrits auxquels les anciens donnent de grands éloges.

L'an 150, il composa une apologie publique, adressée à l'empereur Antonin, à ses fils, au sénat, et au peuple romain, pour les personnes de toutes conditions qui sont maltraitées injustement. Ce seul titre indique la force de son raisonnement ; il laisse de côté la question religieuse, et examine si les chrétiens sont jugés selon les lois. La manière de procéder contre eux était une persécution, non un jugement. On leur imputait, pour la forme, les crimes les plus énormes, mais, de fait, on ne punissait en eux que le nom et la profession du christianisme. Pour être absous, il suffisait de nier qu'on fût chrétien, et ceux qui se disaient chrétiens étaient punis sans autre enquête, tandis que la justice exige qu'on examine la vie de chacun et qu'on le punisse selon ses œuvres. Voilà ce que demande saint Justin.

Saint Justin écrivant. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Mais laissons-lui la parole :
" Mais quels crimes reprochait-on aux Chrétiens ? D'abord d'être athées nous le sommes, en effet, dit-il, à l'égard des faux dieux que nous refusons d'adorer, mais non pas à l'égard du vrai Dieu, père de la justice, de la chasteté et de toutes les autres vertus, sans mélange d'aucun vice. Nous l'adorons en vertu et en vérité, nous l'adorons conjointement avec le Christ qui est sorti de lui et nous a enseigné ces choses, ainsi qu'aux anges fidèles nous l'adorons conjointement avec l'esprit prophétique. Rien de plus saint, de plus efficace que la doctrine chrétienne. Les espérances des chrétiens ne sont pas pour cette vie de là leur constance dans le malheur, au milieu des supplices, en face de la mort. Personne ne contribue plus au bon ordre et à la paix d'un Etat que le chrétien, car il est persuadé que personne ne peut se cacher aux regards de Dieu, ni le méchant, ni l'avare, ni le traître, ni l'homme de bien, et que chacun marche à un supplice ou à un salut éternel, selon le mérite de ses œuvres ?

Si tous les hommes croyaient à ces vérités, personne ne choisirait le vice pour un pou de temps, sachant que le vice le conduirait au feu éternel ; il n'y aurait rien qu'il ne fit pour se contenir et acquérir la vertu, afin d'obtenir les biens qui viennent de Dieu. Ni vos lois, ni vos supplices, ne retiennent point les méchants ils savent que l'on peut se cacher de vous qui n'êtes que des hommes ; mais s'ils étaient persuadés qu'il y a un Dieu à qui il est impossible de rien cacher, non-seulement de nos actions, mais de nos pensées, vous conviendrez vous-mêmes que la crainte au moins les rendrait sages. Vous semblez craindre (en abolissant le christianisme, seul frein du mal) que tout le monde ne vive bien et que vous n'ayez plus personne à punir c'est penser en bourreaux et non en princes. On reprochait aux chrétiens, comme une folie, d'adorer un Dieu crucifié. Eh bien c'est pourtant ce culte, cette folie de la croix, qui réforme nos mœurs.

Autrefois, nous aimions la débauche, à présent nous n'aimons que la pureté ; nous qui cherchions l'avenir dans l'art magique, nous nous abandonnons aujourd'hui à la providence de Dieu ; nous ne cherchions que les moyens de nous enrichir, et maintenant nous mettons en commun nos biens pour en faire part aux autres. Nous nous haïssions souvent jadis jusqu'à la mort et, suivant l'usage, ne mangions qu'avec nos compatriotes depuis la venue de Jésus-Christ, nous prions pour nos ennemis, et, malgré les différences de nations, vivons familièrement dans une sainte société. Nous nous efforçons de convertir nos persécuteurs, et nous pourrions en citer plusieurs qui ont déjà changé de vie, en voyant les vertus des chrétiens. Les préceptes de ce Crucifié sont aussi admirables que courts et concis ; quelle pureté divine dans sa morale, par exemple sur la chasteté il condamne jusqu'aux pensées contraires à cette vertu. Il y a
[saint Justin parle de son temps] plusieurs personnes de l'un et de l'autre sexe, qui, à l'âge de soixante à soixante-dix ans, conservent la pureté, ayant suivi dès l'enfance la doctrine de Jésus-Christ ; et je me vante d'en pouvoir montrer de tels dans toutes les conditions je ne parle pas du nombre infini de ceux qui, du désordre, ont passé à la vie réglée."

Le Saint continue de rapporter les préceptes de l'Evangile, sur l'amour des ennemis, sur l'aumône et le désintéressement, sur la patience, sur l'obéissance aux princes. Il prouve ensuite la vérité de la religion chrétienne par les prophéties il rapporte les principales qui regardent Jésus-Christ :
" Si vous voulez savoir, dit-il, comment tout ce qui avait été prédit sur la passion de Jésus-Christ s'est accompli, lisez les Actes de Pilate." [relation du procès de Jésus-Christ envoyée à l'empereur Tibère].
Il renvoie à ces mêmes actes pour prouver que Jésus-Christ a guéri des aveugles et des lépreux, et ressuscité des morts. Il fait voir que la ruine de Jérusalem et la propagation du christianisme se sont accomplies telles qu'elles avaient été prédites ; il prétend que les philosophes ont emprunté aux Prophètes plusieurs de leurs dogmes, Platon, en particulier, à Moïse, et il montre très-bien que l'Eglise, seule bonne maîtresse du genre humain, communique la lumière et la sagesse, non pas à quelque initiés, mais a tous, aux plus petits :
" Chez nous, dit-il, on peut apprendre ces vérités de ceux mêmes qui ne savent pas lire, qui sont grossiers et barbares pour le langage, mais sages et fidèles par l'esprit."

Il fait remarquer ensuite que les empereurs permettaient le libre exercice de toutes les religions, excepté de la religion chrétienne, et qu'ils laissaient même des imposteurs se faire reconnaître comme Dieu.
" On fait une absurde calomnie, lorsqu'on accuse ces Chrétiens de manger des enfants les chrétiens ont la plus grande tendresse, le plus grand respect pour les enfants nous ne nous marions, dit-il, que pour élever des enfants ; quand nous renonçons au mariage, c'est pour garder la continence parfaite. Mais les païens ont la coutume d'exposer les enfants, quand ils ne veulent pas les nourrir, soit par pauvreté, soit pour quelque autre raison, et les philosophes mêmes l'autorisent. Ces enfants, ainsi exposés, périssent, ou sont nourris comme des troupeaux de bétail, et destinés à la prostitution et à des usages qu'on ne peut nommer."

Saint Justin. Détail. Gravure allemande. XVIIe.

Dans la primitive Eglise, les fidèles ne faisaient point connaître aux païens leurs mystères, leurs pratiques, pour ne point les exposer au mépris, à la risée. Saint Justin en parle cependant pour repousser les calomnies ; il explique en quoi consiste le baptême, l'Eucharistie, la messe, la sanctification du dimanche :
" Le jour du soleil [c'est ainsi que les païens nommaient le dimanche], tous ceux qui demeurent à la ville ou à la campagne, s'assemblent en un même lieu, on lit les écrits des Apôtres et des Prophètes ; puis, celui qui préside fait un discours au peuple pour l'exhorter à imiter de si belles choses ; ensuite, nous nous levons tous et nous faisons nos prières ; lorsqu'elles sont faites, on offre, comme je vous l'ai dit, du pain, du vin et de l'eau. Le prélat fait la prière et l'action de grâce, et le peuple répond Amen ; on distribue aux assistants les choses sanctifiées, et on les envoie aux absents par les diacres. On fait une quête, dont le produit, confié au prélat, sert à assister les orphelins, les malades, les pauvres, les prisonniers, les étrangers ; en un mot, le prélat est chargé de tous les nécessiteux. Nous nous assemblons le jour du soleil, parce que c'est le premier où Dieu fit le monde, et que Jésus-Christ ressuscité en ce jour, apparut à ses disciples, et leur enseigna ce que nous vous avons exposé. Si vous trouvez cela raisonnable, respectez-le si vous le jugez ridicule, méprisez-le ; mais ne condamnez pas à mort des gens qui n'ont fait aucun mal."

On croit que cette apologie produisit son effet et fit diminuer la persécution. Antonin envoya en Asie un rescrit où se lisent les paroles suivantes :
" Plusieurs gouverneurs de provinces ayant écrit à mon père au sujet des Chrétiens, il répondit qu'il ne fallait point les inquiéter, à moins qu'ils ne fussent convaincus d'avoir entrepris quelque chose contre l'Etat. Ayant été moi-même consulté sur le même sujet, j'ai répondu que si quelqu'un était accusé simplement d'être chrétien, on devait le renvoyer absous, et faire subir à son accusateur la peine portée par les lois."(Eusèbe, Hist., liv. IV, ch. 13).
D'après Orose et Zonare, ce fut l'apologie de saint Justin qui détermina l'empereur à envoyer un ordre semblable.

Pendant le calme qui succéda à la persécution, notre Saint, qu'on appela un voyageur missionnaire, quitta Rome pour aller en Asie. Avant son retour, sur le point de partir d'Ephèse, lorsqu'il n'attendait plus qu'un temps favorable à la navigation, et se promenait dans les galeries publiques de la ville, son manteau le fit reconnaître pour philosophe ; un autre philosophe, Tryphon, juif le plus renommé de son temps, qui se promenait à ce même endroit, accompagné de six amis ou disciples, l'aborda et eut avec lui un entretien qui dura deux jours.

Saint Justin mit, depuis, ces conférences par écrit et les publia sous le titre de Dialogue avec Tryphon. C'est le plus étendu des écrits de notre Saint. En voici une très-courte analyse.
Saint Justin s'étonne de ce qu'un juif, qui possédait la Bible, cherchât quelque chose pour les grandes vérités religieuses, chez les philosophes qui ne savent rien. Il le prouve en racontant sa propre histoire, sa conversion, et se fait fort de démontrer que la vérité se trouve dans la Bible et dans la doctrine chrétienne. Voilà l'introduction.

Le corps de l'ouvrage se divise en trois parties.
Dans la première, il montre que l'ancienne loi n'était que pour un temps, et qu'elle est maintenant remplacée par la nouvelle.
Dans la deuxième partie, il fait voir que le Christ est Dieu et Sauveur car :
1° Il est le Messie promis dans l'Ancien Testament ;
2° l'Ancien Testament parle déjà d'une seconde personne divine ;
3° l'Ancien Testament parle également de la naissance surnaturelle et de la dignité divine du Christ, de son crucifiement et de la rédemption par la croix ; enfin, de la résurrection générale de tous les hommes.
Dans la troisième partie de son dialogue, saint Justin traite de la vocation des Gentils et de l'établissement de l'Eglise ; il exclut du royaume céleste les hérétiques aussi bien que les infidèles :
" Il me semble, dit saint Justin, que, par ces discours, je devrais persuader les esprits les plus obtus, car ce n'est pas moi qui les ai préparés par un artifice humain. Ce que je vous ai dit, David l'a chanté, Isaïe et Zacharie l'ont prêché, Moïse l'a écrit. Vous le reconnaissez, Tryphon, tout cela se trouve dans vos livres, ou plutôt dans les nôtres car nous les croyons, et vous, vous les lisez sans les entendre."

En effet, nous voyons régner dans ces dialogues de saint Justin, une grande intelligence des saintes Ecritures, surtout des Prophètes. Il en cite tant, et de si longs passages, qu'on est porté à croire qu'il les savait par cœur. Tout ce qui, dans les livres de l'Ancien Testament, peut s'alléguer de plus clair, de plus fort, de plus propre à convaincre l'opiniâtreté judaïque, il l'emploie avec une force si merveilleuse, que Tryphon et ses amis ne savaient que répondre.
Saint Justin répète plusieurs fois, en ce dialogue, que l'Eucharistie est le sacrifice qui doit être offert à Dieu, du levant au couchant, même parmi les Gentils, suivant la prophétie de Malachie, et il nomme expressément l'Eucharistie sacrifice :
" Le pain et la coupe eucharistiques, dit-il, ne sont pas un aliment commun et un breuvage ordinaire, mais la chair et le sang du Verbe de Dieu incarné." (Dial., n. 41).

Il atteste que les dons miraculeux du Saint-Esprit, tels que ceux de guérir les malades et de chasser les démons, par l'invocation du nom de Jésus-Christ, étaient alors fréquents parmi les disciples de Jésus-Christ. Obligé d'admettre que le Christ, vrai Fils de Dieu et vrai Dieu, lumière des nations, devait naître d'une Vierge et être sujet à la souffrance et à la douleur, Tryphon pria Justin de lui démontrer par les prophéties, que le Christ devait souffrir la mort honteuse de la croix, lorsque les livres saints maudissent ceux qui sont condamnés à ce genre de supplice. Justin se mit à lui prouver le mystère de la Croix avec des textes de l'Ecriture, si nombreux, si clairs, mais surtout par le Psaume XXIe, où sont prédits si évidemment la passion et le crucifiement du Messie, que ni Tryphon, ni les siens ne surent que répliquer. Ils quittèrent notre Saint en lui souhaitant une heureuse navigation, tandis que, de son côté, il priait pour eux et leur souhaitait la foi de Jésus-Christ.

De retour à Rome, notre Saint y trouva un philosophe cynique, qui traitait publiquement les chrétiens d'athées et d'impies. C'était Crescent, connu pour ses amours infâmes et son avarice, et, toutefois, pensionné de l'empereur. Justin le provoqua à une conférence publique, où, en présence d'un grand nombre de témoins, il le convainquit clairement, ou d'ignorer absolument ce qui se passait parmi les Chrétiens, ou d'être le plus méchant des hommes d'une souveraine ignorance, si réellement il croyait les chrétiens tels qu'il le publiait hautement ; de la plus noire malice, si, connaissant leur doctrine et leurs mystères, il osait néanmoins les diffamer, et cherchait à les faire passer dans l'esprit des princes, des magistrats et du peuple, pour des hommes sans religion, sans piété, sans Dieu. Cette discussion en public fut très fréquente. Justin en parle dans sa seconde apologie, adressée l'an 167, aux empereurs, au sénat et au peuple romain. Il y réfute admirablement les calomnies qui servaient de prétextes aux persécuteurs des Chrétiens.

Il fait remarquer qu'on mettait à la question des esclaves, des enfants, des femmes, et qu'on leur faisait souffrir des tourments horribles, jusqu'à ce qu'ils avouassent que les chrétiens étaient coupables des incestes et des repas de chair humaine, dont on les accusait. Il ajoute que ces crimes, reprochés aux chrétiens, ne se trouvent que parmi les païens, où l'on a divinisé tous les vices, où l'on honore les dieux par toutes sortes d'infamies ; mais les Chrétiens suivent d'abord les lumières naturelles, qui nous disent ce qui est honnête ou honteux ; ils se rappellent que Dieu est témoin de leurs actions et de leurs pensées ; ils meurent avec une joie qui est une nouvelle preuve de leur innocence. Ils meurent pour avoir refusé d'adorer vos dieux, dit-il aux païens, et ils ont refusé de les adorer, parce que vos dieux ont commis les crimes que vous nous reprochez et en exigent de semblables. Il ne demande qu'une chose pour lui, c'est la publicité de son écrit, afin qu'il puisse gagner des âmes à Jésus-Christ.

Saint Justin disait, dans cette même requête, à l'empereur-philosophe Marc- Aurèle, qu'il s'attendait de jour en jour, d'après les manœuvres des philosophes, surtout de Crescent, à être attaché à un poteau, pour être brûlé vif ou dévoré par les bêtes. Ce qu'il avait prévu s'accomplit. Tatien, son disciple, dit formellement que la mort de saint Justin fut l'ouvrage de ces faux philosophes, surtout de Crescent, irrités de ce que notre Saint leur reprochait sans cesse leur fourberie, leur avarice et la corruption de leurs mœurs. Nous avons la relation authentique du martyre de ce vrai philosophe, qui scella de son sang sa foi et sa doctrine. Nous reproduisons intégralement ces actes, qui ont été conservés dans toute leur pureté.

Sous le règne de Marc-Aurèle, quelques personnes, passionnées pour le culte des idoles, obtinrent de l'empereur qu'on publiât dans toutes les villes de l'empire des édits contre ceux qui faisaient profession de la véritable religion. Ces édits portaient qu'en quelque lieu qu'on trouvât un chrétien, on s'en saisît, et qu'on l'obligeât sur l'heure à sacrifier aux dieux. Ce fut alors que Justin, et ceux qui étaient avec lui, furent arrêtés et conduits à Rome, où on les fit comparaître devant le tribunal de Rusticus, préfet de la ville.

Ce magistrat, s'adressant à Justin, lui dit :
" Ne veux-tu pas obéir aux dieux et à l'empereur ?"
Justin lui répondit :
" Quiconque obéira à Jésus-Christ notre Sauveur, ne pourra jamais être condamné.
- Quelle science, ou quel art professes-tu, continua le préfet ?
- Jusqu'ici, répliqua Justin, j'ai travaillé à acquérir toutes les connaissances naturelles et humaines, et il n'y a point de genre d'érudition où ma curiosité ne m'ait fait faire quelques progrès ; mais enfin je me suis fixé à la science dos Chrétiens, quoiqu'elle ne soit pas du goût de ceux qui n'en ont que pour l'erreur.
- Quoi ! Misérable, reprit Rusticus, cette science peut-elle te plaire ?
- Oui, sans doute, répliqua Justin, parce qu'elle me fait marcher avec les chrétiens dans la voie de la vérité, et qu'elle contient une doctrine droite et pure.
- Quelle est cette doctrine ? dit le préfet.
- La doctrine que suivent les Chrétiens, répondit Justin, consiste à croire qu'il n'y a qu'un Dieu qui a créé toutes les choses qui se voient et toutes celles qui ne tombent pas sous les sens ; à reconnaître un seul Seigneur, qui est Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, prédit autrefois et annoncé aux hommes par les Prophètes, et qui doit venir juger tout le genre humain. C'est lui qui est l'auteur du salut, et c'est lui qui l'est venu publier dans le monde. Il veut bien être le maître de ceux qui aiment à apprendre de lui les vérités qu'il enseigne. Pour moi, qui suis un homme sans intelligence, j'avoue que j'ai trop peu de lumières pour pouvoir parler de sa divinité d'une manière qui soit digne d'elle. Il n'appartient qu'aux Prophètes de pénétrer dans cet abîme de grandeur, et ce sont eux qui, par l'inspiration de Dieu, ont prédit l'avènement de celui que je viens de nommer son Fils, et ils l'ont prédit plusieurs siècles avant qu'il parût sur la terre."

Procès de saint Justin et de ses compagnons.

Le préfet lui demanda où les chrétiens s'assemblaient. Justin lui répondit qu'il était libre à chacun de se trouver partout où il pouvait :
" Penses-tu, continua-t-il, que nous ayons un lieu déterminé où nous tenions ordinairement nos assemblées ? Nullement. Sache que le Dieu des chrétiens n'est pas enfermé dans un lieu ; il est immense, aussi bien qu'invisible, et il remplit le ciel et la terre. Ainsi il est adoré en tous lieux, et chaque fidèle lui peut rendre hommage en quelque lieu que ce soit.
- Je veux savoir, repartit le préfet, où vous vous assemblez tous, et particulièrement le lieu où tes disciples te vont écouter.
- Je te dirai bien où je demeure, répondit Justin, j'ai logé jusqu'ici tout près d'un nommé Martin, en face du bain Timiotinum. Voici la seconde fois que je viens à Rome, et je ne connais aucun autre logement ; si quelqu'un a voulu me venir trouver, je ne lui ai pas caché la doctrine de la vérité, et je lui ai volontiers communiqué ce que j'en savais.
- Tu es donc chrétien ? lui dit le préfet.
- Oui, je le suis, répondit Justin."

Alors le préfet, se tournant vers Chariton, lui dit :
" Et toi, es-tu Chrétien ?"
Chariton lui répondit :
" Oui, je le suis, par la grâce de Dieu."
Le préfet fit avancer une femme nommée Charitana, et il lui demanda si elle était Chrétienne elle dit qu'elle aussi était Chrétienne, par la miséricorde du Seigneur. Le préfet interrogea aussi Evelpiste sur sa religion et sur sa condition. Evelpiste répondit :
" Je suis serviteur de l'empereur, mais je suis chrétien et affranchi de Jésus-Christ ; et par un effet de sa bonté, j'ai la même espérance que ceux que tu vois, et je vis comme eux dans la même attente."
Le préfet s'adressa ensuite à Hiérax, et lui demanda s'il était Chrétien :
" Assurément, répondit Hiérax, je suis Chrétien, j'adore le même Dieu que ces autres adorent.
- Est-ce Justin, dit le qui t'a fait, Chrétien ?
- Moi, répondit Hiérax, j'ai été Chrétien et je le serai.

Martyre de saint Justin. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Un nommé Péon, qui était présent, dit tout haut :
" Je suis chrétien aussi.
- Et qui t'a instruit ? répliqua le préfet.
- Ce sont mes parents, répondit Péon."

Evelpiste ajouta :
" J'écoutais avec plaisir les Instructions de Justin, mais j'ai aussi appris de mes parents à être chrétien."
Le préfet lui dit :
" Où sont, tes parents ?
- Ils sont en Cappadoce, repartit Evelpiste."

Le préfet posa même question à Hiérax, qui lui fit cette réponse :
" Notre véritable Père, c'est Jésus-Christ, et la foi est notre véritable mère ; c'est par elle que nous croyons en lui. A l'égard des parents que j'ai eus sur la terre, ils sont morts. Au reste, j'ai été tiré de la Phrygie, et l'on m'a amené ici."
Le préfet demanda à Libérien ce qu'il disait, et s'il était aussi chrétien et impie envers les dieux. Libérien répondit qu'il était chrétien, et qu'il adorait le vrai Dieu.

Le préfet revenant à Justin, lui dit :
" Ecoute, toi qui fais l'orateur, et qui te piques d'éloquence et de doctrine, toi qui crois posséder la vraie sagesse, quand je t'aurai fait déchirer à coups de fouet de la tête aux pieds, penses-tu monter au ciel en cet état ?
- J'espère, répondit Justin, que si je souffre pour Jésus-Christ le supplice dont tu me menaces, je recevrai de lui ce qu'ont déjà reçu ceux qui ont gardé ses préceptes car je sais que la grâce de Dieu est réservée jusqu'à la fin du monde à tous ceux qui auront ainsi vaincu.
- Tu t'imagines donc, lui dit le préfet, qu'une grande récompense t'attend dans le ciel ?
- Je ne me l'imagine pas, reprit Justin ; je le sais, et j'en suis si convaincu, que je n'en ai pas le moindre doute."

Le préfet dit :
" Laissons tout cela ; venons au fait, et à ce qui est plus pressé : réunissez-vous tous, et, animés d'un même esprit, préparez-vous à sacrifier aux dieux."
Justin, prenant la parole au nom de tous, dit :
" Un homme de bon sens n'abandonnera jamais la véritable piété pour courir après l'impiété et l'erreur."
Le préfet dit :
" Si vous n'obéissez à notre ordonnance, vous pouvez vous attendre à être traités sans aucune miséricorde."
Saint Justin répondit :
" Nous ne nous souhaitons rien avec plus d'ardeur que de soutenir pour Notre Seigneur Jésus-Christ, et que d'aller à lui par les tourments. C'est ce qui nous donnera de la confiance devant son tribunal terrible, où tous les hommes doivent comparaître, pour être jugés."
Tous dirent la même chose, et ajoutèrent :
" Fais ce que tu voudras nous sommes Chrétiens, et nous ne sacrifierons point aux idoles."
Le préfet ayant entendu ces paroles, prononça cette sentence :
" Que ceux qui n'ont pas voulu sacrifier aux dieux, ni obéir à l'ordonnance de l'empereur, soient battus des verges et conduits au lieu du supplice, pour y perdre la tête, ainsi que les lois l'ordonnent."

Les saints martyrs furent donc menés au lieu où l'on exécutait les criminels ; et là, parmi les louanges, les actions de grâces et les bénédictions qu'ils donnaient à Dieu, ils furent d'abord fouettés et eurent ensuite la tête tranchée, confessant leur Sauveur jusqu'au dernier soupir. Après leur mort, quelques fidèles enlevèrent secrètement leurs corps et les enterrèrent en un lieu décent.

La cathédrale de Coutances possède de nos jours quelques reliques de saint Justin.
On donne pour attribut à saint Justin la hache ou le glaive ; on le représente aussi discourant en face de la mer.

Décollation de saint Justin et de ses compagnons.

ÉCRITS DE SAINT JUSTIN, SAINT QUADRAT ET SAINT ARISTIDE

Les meilleures éditions des œuvres de saint Justin, avec une tradition latine et des notes
savantes, ont été données :
1° Par le bénédictin de Saint-Maur, dom Prudence Maran (1742, Paris, in-fol.), en même
temps que les œuvres de Tatien, Athénagore. Théophile et Hermias, avec une savante préface. La réimpression, faite à Würtzbourg (1777, 3 vol. in-8°), n'a pas grande valeur.
2° Récemment, par le docteur Otto (1842, Iéna, 3 vol. in-S"), dont une nouvelle édition à part, en 1847-50, sous le titre : Corpus Apologetarum Christ, saeculi secundi ; nous ne parlons pas de l'édition de M. Migne, que tout le monde connait.
M. de Genoude a donne une nouvelle traduction des œuvres de saint Justin. (Les Pères des trois premiers siècles, traduits en français, 6 vol. in-8°, 1837-1843.).
M. Henry de Riancey a aussi traduit la première apologie. (Choix des Pères, 1837).
Il existe deux Monographies de saint Justin, l'une du docteur Otto : De Justini martyris scriptis et doctrina (Ienae, 1841) ; l'autre de Semisch : Justin le Martyr. (Breslau, 1840, 2 vol.).

Saint Justin. Gravure. Jacques Callot. XVIIe.

On admet généralement que l'apologie de saint Justin fut précédée de celle de saint Quadrat et de celle de saint Aristide :
- Saint Quadrat, disciple des Apôtres, avait reçu !e don de prophétie. Publius, successeur de saint Denys l’Aréopagite sur le siège épiscopal d'Athènes, ayant reçu la couronne du martyre, sous l'empire d'Adrien, vers l'an 125 de Jésus-Christ, saint Quadrat lui succéda sa foi et son zèle ranimèrent le courage des fidèles que la terreur de la persécution avait dispersés.
L'empereur Adrien, étant venu pour la seconde fois à Athènes, en l'an 124, s'y fit initier aux mystères d'Eleusine. La persécution, qui avait déjà commencé contre les chrétiens, devint plus forte depuis cette initiation. C'est ce qui engagea Quadrat prendre la défense de la religion chrétienne dans une apologie qu'il adressa à l’empereur en 126. Saint Quadrat déploya tant d'énergie et de logique dans cette pièce que, dire de saint Jérôme, elle eut la force d'éteindre la persécution dont l'Eglise était alors agitée. Le même saint Jérôme appelle cet ouvrage digne d'un disciple des Apôtres.
Il ne nous reste qu'un fragment dans lequel Quadrat démontre la divinité des miracles de Jésus-Christ par leur permanence. Les prétendus prodiges des imposteurs n'ont pas ce caractère (cf. Dom Ceillier, t. I ; Patrol. de Migne, t. V.).
- Saint Aristide était athénien de naissance et philosophe de profession il en garda l'habit lorsqu’il embrassa la foi ce que fit aussi saint Justin.
Saint Aristide partage avec saint Quadrat l'honneur d'avoir, par son Apologie du Christianisme, rendu la paix à l'Eglise pour quelques années. Il soutint la divinité de Jésus-Christ devant Adrien, non-seulement par ses écrits, mais par un éloquent discours que ce prince lui permit de prononcer en sa présence.

On dit que l'apologie d'Aristide existe encore au monastère de Medelli, à six kilomètres d'Athènes ce serait à vérifier.

00:15 Publié dans J | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.