UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 18 juillet 2016

18 juillet. Saint Camille de Lellis, confesseur, fondateur de l'ordre des clercs réguliers pour le service des malades. 1614.

- Saint Camille de Lellis, confesseur, fondateur de l'ordre des clercs réguliers pour le service des malades. 1614.

Pape : Paul V. Roi des Deux Siciles : Philippe II de Sicile et Naples (Philippe III d'Espagne).

" La main du pauvre est la caisse des trésors du Christ ; tout ce qu'elle reçoit elle le dépose dans le ciel de peur de le perdre ici-bas."
Saint Césaire d'Arles.

" Mes Pères et mes Frères, il ne faut jamais douter de la Providence, il ne se passera pas un mois qu'elle ne vienne à notre secours et et ne paie toutes nos dettes. Rappelez-vous ce que disait ce bénin Sauveur à la vierge sainte Catherine de Sienne : Catherine, pense à moi et je penserai à toi. Ainsi, pensons à Lui et à nos pauvres, pour qu'Il pense à nous. Lui est-il si difficile de nous donner un peu de ces biens temporels, dont il a comblé les Juifs et les Turcs qui sont les ennemis de notre foi ?"
Saint Camille de Lellis.


Saint Camille de Lellis. Imagerie populaire.

Saint Camille de Lellis, Napolitain, fut privé de sa mère dès le berceau. Malgré les heureux présages donnés par un songe qu'avait eu sa mère avant sa naissance, il eut une enfance peu vertueuse ; sa jeunesse fut même débauchée. Jusque vers l'âge de vingt-cinq ans, on le voit mener une vie d'aventures ; il se livre au jeu avec frénésie, et un jour en particulier il joue tout, jusqu'à ses vêtements. Sa misère le fait entrer dans un couvent de Capucins, où il sert de commissionnaire.

Un jour, en revenant d'une course faite à cheval, pour le service du monastère, il est pénétré d'un vif rayon de la lumière divine et se jette à terre, saisi d'un profond repentir, en versant un torrent de larmes :
" Ah ! Malheureux que je suis, pourquoi ai-je connu si tard mon Dieu ? Comment suis-je resté sourd à tant d'appels ? Pardon, Seigneur, pardon pour ce misérable pécheur ! Je renonce pour jamais au monde !"

Saint Camille de Lellis à l'autel.

Transformé par la pénitence, Camille fut admis au nombre des novices et mérita, par l'édification qu'il donna, le nom de frère Humble. Dieu permit que le frottement de la robe de bure rouvrît une ancienne plaie qu'il avait eue à la jambe, ce qui l'obligea de quitter le couvent des Capucins. Lorsque guéri de son mal, il voulut revenir chez ces religieux, saint Philippe de Néri, consulté par lui, lui dit :
" Adieu, Camille, tu retournes chez les Capucins, mais ce ne sera pas pour longtemps."

En effet, peu après, la plaie se rouvrit, et Camille, obligé de renoncer à la vie monastique, s'occupa de soigner et d'édifier les malades dans les hôpitaux.

C'est en voyant la négligence des employés salariés de ces établissements que sa vocation définitive de fondateur d'un Ordre d'infirmiers se révéla en lui :
" Nous porterons, se dit-il, la Croix sur la poitrine; sa vue nous soutiendra et nous récompensera."

Les commencements de cet Institut nouveau furent faibles et biens éprouvés ; mais bientôt le nombre des religieux s'étendit au-delà de toute espérance.

Camille, après des études opiniâtres, s'était fait ordonner prêtre, et il était en mesure de soutenir sa tâche. Pendant une peste affreuse, le Saint fit des prodiges de charité ; il allait partout à la recherche de la misère, se dépouillait lui-même et donnait jusqu'aux dernières ressources de son monastère. Dieu bénissait le désintéressement de Son serviteur, car des mains généreuses arrivaient toujours à temps pour renouveler les provisions épuisées.

Saint Camille de Lellis secourant des pestiférés.
P. Subleyras. Palais Braschi. Rome.

Plein de vertus, épuisé de travaux, saint Camille mourut à Rome le 14 juillet 1614.
Au seuil de la mort, il vit son Dieu dans sa chambre et dit :
" Je reconnais Seigneur que je suis le plus grand des pécheurs et que je ne mérite pas de recevoir la faveur que vous daignez me faire ; mais sauvez-moi par Votre infinie miséricorde. Je mets toute ma confiance dans les mérites de Votre précieux Sang."

Les bras en croix, il prononça les saints noms de Jésus et de Marie, appela à son aide saint Michel Archange et expira avec cette prière sur les lèvres : " Que le visage du Seigneur Jésus me soit doux et joyeux."

Il fut enterré auprès du grand autel de l'église Sainte-Marie-Madeleine. Plusieur s miracles s'étant opéré à son tombeau, on leva son corps de terre pour le mettre sous l'autel même. On l'a depuis renfermé dans une châsse. Benoît XIV le béatifia en 1742, et le canonisa en 1746.

Apothéose de saint Camille de Lellis.
Dessin de Pierre Subleyras. XVIIIe.

On le représente souvent avec des anges tant ils l'aidèrent tout au long de sa vie. Saint Philippe Néri vit d'ailleurs un jour dans une extase des anges secourir les disciples de saint Camille et les aider à préparer des malades à la mort.

PRIERE

" Ange de la charité, quelles voies ont été les vôtres sous la conduite du divin Esprit ! Il fallut un long temps avant que la vision de votre pieuse mère, quand elle vous portait, se réalisât : avant de paraître orné du signe de la Croix et d'enrôler des compagnons sous cette marque sacrée, vous connûtes la tyrannie du maître odieux qui ne veut que des esclaves sous son étendard, et la passion du jeu faillit vous perdre. Ô Camille, à la pensée du péril encouru alors, ayez pitié des malheureux que domine l'impérieuse passion, arrachez-les à la fureur funeste qui jette en  proie  au  hasard capricieux leurs biens, leur honneur, leur repos de ce monde et de l'autre. Votre histoire montre qu'il n'est point de liens que la grâce ne brise, point d'habitude invétérée qu'elle ne transforme : puissent-ils comme vous retourner vers Dieu leurs penchants, et oublier pour les hasards de la sainte charité ceux qui plaisent à l'enfer ! Car, elle aussi, la charité a ses risques, périls glorieux qui vont jusqu'à exposer sa vie comme le Seigneur a donné pour nous la sienne : jeu sublime, dans lequel vous fûtes maître, et auquel plus d'une fois applaudirent les Anges. Mais qu'est-ce donc que l'enjeu de cette vie terrestre, auprès du prix réservé au vainqueur ?

Selon la recommandation de l'Evangile que l'Eglise nous fait lire aujourd'hui en votre honneur, puissions-nous tous à votre exemple aimer nos frères comme le Christ nous a aimés (Johan XV, 12.) ! Bien peu, dit saint Augustin (Homilia diei Aug. In Joh. tract. LXXXIII.), ont aujourd'hui cet amour qui accomplit toute la loi ; car bien peu s'aiment pour que Dieu soit tout en tous (I Cor. XV, 28.). Vous l'avez eu cet amour, Ô Camille ; et de préférence vous l'avez exercé à l'égard des membres souffrants du corps mystique de l'Homme-Dieu, en qui le Seigneur se révélait plus à vous, en qui son règne aussi approchait davantage. A cause de cela, l'Eglise reconnaissante vous a choisi pour veiller, de concert avec Jean de Dieu, sur ces asiles de la souffrance qu'elle a fondés avec les soins que seule une mère sait déployer pour ses fils malades. Faites honneur à la confiance de la Mère commune. Protégez les Hôtels-Dieu contre l'entreprise d'une laïcisation inepte et odieuse qui sacrifie jusqu'au bien-être des corps à la rage de perdre les âmes des malheureux livrés aux soins d'une philanthropie de l'enfer. Pour satisfaire à nos misères croissantes, multipliez vos fils ; qu'ils soient toujours dignes d'être assistés des Anges. Qu'en quelque lieu de cette vallée d'exil vienne à sonner pour nous l'heure du dernier combat, vous usiez de la précieuse prérogative qu'exalte aujourd'hui la Liturgie sacrée, nous aidant par l'esprit de la sainte dilection à vaincre l'ennemi et à saisir la couronne céleste (Collecta diei.)."

00:15 Publié dans C | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.