UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 juillet 2017

4 juillet. Sainte Berthe, veuve, fondatrice et abbesse de Blangy en Artois. 723.

- Sainte Berthe, veuve, fondatrice et abbesse de Blangy en Artois. 723.
 
Pape : Grégoire II. Roi des Francs : Thierry IV.
 
" Vous tous qui souffrez et qui êtes dans la peine, souvenez-vous que Dieu châtie ceux qu'Il aime. Réjouissez-vous lorsqu'Il vous éprouve par les pertes et les disgrâces de la vie présente. Tournez vos regards vers les biens à venir."
Saint Jérôme.
 

Fresque. Eglise Sainte-Colombe. La Flèche. Maine.

Si la noblesse du sang pouvait ajouter quoique chose à la sainteté, la bienheureuse Berthe, plus que toute autre sainte, aurait un double droit à nos hommages, puisque dans ses veines coula tout à la fois le sang des rois et des héros. Mais la Foi, méprisant toutes ces vaines distinctions, n'a placé Berthe sur nos autels qu'afin de nous offrir en elle un modèle accompli des vertus héroïques qu'elle a pratiquées, vertus que la terre honore, et que le Ciel a récompensées par l'immortalité bienheureuse.

Rigobert, comte du palais sous Clovis II, après avoir taillé en pièces les hordes de Huns qui, dans le VIIe siècle, envahirent la Picardie et la Morinie, s'acquit, par cette brillante expédition, toute la confiance de son souverain.

Peu après le mariage de Clovis, Rigobert, séduit par la beauté et les vertus d'Ursanne, fille d'Ercombert, roi de Kent, demanda et obtint la main de cette princesse, et les deux nobles époux vinrent se fixer au château de Blangy, que Clovis avait donné à Rigobert, avec plusieurs terres du Ternois qui en dépendaient, pour le récompenser de ses valeureux services. Là, aussi unis par les liens de la piété que par ceux du mariage, ils obtinrent du Ciel, en 644, une fille qu'ils nommèrent Berthe, c'est-à-dire " Brillante, Lumineuse ", doux présage de la splendeur et de l'éclat que ses vertus devaient répandre dans l'Eglise !

Ursanne ne voulut point confier à des mains étrangères le précieux trésor commis à sa garde, et en nourrissant la petite Berthe, elle lui fit sucer avec le lait la piété et la vertu.
Aussi, cette tendre plante, élevée pour le Ciel par une si sainte mère, donna-t-elle dès l'enfance ces fruits de vertus dont l'Esprit-Saint se plaît à enrichir les âmes innocentes. La beauté morale de Berthe était en si parfaite harmonie avec les grâces pudiques répandues sur toute sa personne, qu'on ne pouvait la voir sans l'aimer ; aussi la proclamait-on la jeune fille la plus aimable et la plus belle de son siècle.


Sous les yeux d'une si sage mère, véritable femme Chrétienne, Berthe fit de rapides progrès dans la science des saints et dans les sciences humaines. La vivacité de son esprit et l'élévation de son intelligence la rendirent supérieure aux personnes de son sexe et de son âge ; mais Berthe apprécia de bonne heure les choses d'ici-bas à leur juste valeur. Elle résolut de se consacrer à Dieu, dont les perfections infinies la ravissaient d'un si délicieux amour. Elle n'avait pas de plaisir plus grand que celui de s'entretenir dans l'oraison avec son céleste Bien-Aimé.

Ursanne était trop parfaitement mère Chrétienne pour ignorer que l'exemple est la leçon la plus efficace ; aussi Berthe l'accompagnait dans toutes ses oeuvres de charité.
Avec Berthe elle visitait le pauvre, le malade, le prisonnier ; avec Berthe elle allait au pied des autels se délasser des travaux du jour et remercier Dieu des bénédictions répandues sur sa famille. Sous les yeux vigilants de sa mère, elle se formait aussi aux vertus, et faisait présager qu'après avoir été l'exemple des filles Chrétiennes, elle offrirait aux personnes mariées un modèle parfait de la femme telle que le Christianisme sait en donner au monde.

Berthe voulut ensevelir dans l'obscurité de la maison paternelle toutes les qualités dont elle était ornée ; mais elles étaient trop brillantes pour rester ignorées. Aussi, bientôt le bruit s'en répandit-il jusqu'à la cour de France. Sigefroy, jeune seigneur de la lignée des rois, et cousin-germain de Clovis, séduit par tout ce qu'en racontait de merveilleux de la jeune comtesse de Blangy, la demanda en mariage. Sa demande fut acceptée, et il obtint, avec la main de Berthe, la terre et le château de Blangy, ainsi que de grandes propriétés dans le Ternois.

Berthe, après avoir été le modèle des jeunes filles, montra, dans son nouvel état, à quel degré de perfection une femme peut parvenir dans l'état du mariage, quand elle l'envisage au point de vue Chrétien. Occupée tout entière du soin de plaire à Dieu et d'être unie à son mari, elle parvint, par ses douces vertus, à lui faire partager ses pieux sentiments. Sigefroy, d'un caractere naturellement indécis, n'hésita plus à se donner tout à fait à Dieu, et tous deux n'eurent plus qu'un coeur et qu'une âme pour marcher avec la même ardeur dans le sentier de la perfection. Dieu bénit leur union en leur accordant 5 filles : Gertrude, Déotile, Emma, Gise et Geste ; ces 2 dernières moururent fort jeunes, et les 3 autres, élevées par leur mère, répondirent par leurs vertus aux soins d'une si sainte institutrice.

Après 20 ans passés dans l'union la plus douce, Dieu appela à lui Sigefroy. Ce noble fils des ducs de Douai, plein de vertus et de mérites, précéda Berthe dans le Ciel, en 672, et du séjour bienheureux, veilla avec amour sur l'épouse et les filles qu'il laissait sur la terre. Berthe, dont la Foi avait épuré, mais non pas éteint les sentiments de la nature, pleura avec amertume l'époux que le Ciel lui enlevait, et le fit inhumer à Blangy, près de l'église, avec tous les honneurs.

Libre désormais de toute attache terrestre, elle se résout alors à se consacrer entièrement à Dieu dans la vie monastique, et commence à mettre son projet à exécution. Elle renonce à tous les intérêts de la terre avec le même zèle qu'avait montré sainte Rictrude, sa belle-soeur, qui dirigeait alors avec tant de succès le monastère de Marchiennes. Elle implore avec larmes les lumières de l'Esprit-Saint, et croyant connaître, par la pureté du motif qui l'anime, que telle est la volonté de Dieu, elle se dispose à suivre l'impulsion divine. Elle choisit dans sa terre de Blangy un endroit propre à construire un monastère; elle en fait le voeu, et met aussitôt la main à l'oeuvre.


Eglise Saint-Germain. Saint-Germain Beaupré. Limousin. XVIIe.

A environ un quart de lieue est de l'abbaye qui fut depuis érigée, elle fait bâtir auprès de la Ternoise une église et des cellules dont on voyait encore, du temps du père Malbrancq, les fondations anciennes et une chapelle de la sainte Vierge. Le sanctuaire seul restait à construire, quand Berthe, voulant dire un dernier adieu à sainte Rictrude et la consulter sur la mise à exécution de son projet, lui donna rendez-vous à Quiery, l'une de ses terres, où les 2 Saintes se rencontrèrent.

Berthe et Rictrude, après les premiers épanchements de joie, allèrent à l'église remercier Dieu de cette faveur ; puis elles s'entretinrent de tout ce qui s'était passé depuis leur dernière entrevue, et répandirent des larmes au souvenir des deux vertueux époux que Dieu avait appelés à lui.
Berthe déclara alors à Rictrude la résolution qu'elle avait prise d'embrasser la vie monastique, et lui parla de l'emploi qu'elle avait fait d'une partie de ses grands biens. Mais tout à coup son visage pâlit, la parole expire sur ses lèvres, et un tremblement s'empare de tous ses membres :
" Qu'avez-vous, ma soeur bien-aimée ? lui dit Rictrude, alarmée de ce changement subit, qu'avez-vous ?
- Rien, répond Berthe, dont le visage se rassérène, rien ; mais il me semble avoir entendu un bruit pareil à celui d'un édifice qui s'écroule. Je ne sais quel pressentiment me fait croire que Dieu m'envoie encore une nouvelle épreuve. Qu'il soit béni ! Toutes ses vues, bien que cachées à notre pénétration, sont souverainement adorables."

En effet, lorsqu'elle se préparait à retourner à Blangy, on vint lui annoncer que son monastère venait de s'écrouler entièrement. Berthe, à cette nouvelle, surmontant les sentiments de la nature, se soumit sans murmure à cet événement fâcheux, et ne s'affligea que du retard qu'il apportait à son dessein de s'ensevelir dans la retraite.
" Ma bonne soeur, lui dit Rictrude, Dieu veut peut-être vous faire connaître par là que ce n'est point en ce lieu qu'Il veut que vous bâtissiez un monastère.
- Oui, ma chère Rictrude, je vois, par l'impression pénible que j'ai ressentie, que je ne suis pas encore assez détachée de la terre, et Dieu veut par là m'apprendre à me renoncer moi-même jusque dans ce qui regarde Son service. Mais comment savoir qu'Il veut que je bâtisse un autre monastère ? Comment connaître le lieu qui Lui agréera? Ah! ma soeur, que toute votre maison prie avec moi, et le Ciel nous dévoilera sa volonté."

Toute la communauté se mit en prières pendant 3 jours, et pendant ce temps observa un jeûne rigoureux. La nuit du 3e jour, un Ange montra à Berthe, au milieu d'une verte prairie arrosée par la Ternoise, et dépendante du château de Blangy, l'endroit où le monastère devait être construit. Une douce rosée couvrait l'herbe touffue, et un ange, dessinant une croix latine, désigna la place où devaient être construits l'église et le monastère.


Abbaye Sainte-Berthe. Blangy-sur-Ternoise. Artois.

De retour à Blangy, Berthe s'empressa d'aller visiter le lieu que lui avait indiqué la céleste vision ; elle y vit quatre pierres disposées de manière que deux marquaient quelle devait être la longueur de l'édifice, et deux autres la largeur. Berthe, bénissant le Seigneur Qui lui manifestait si visiblement Sa volonté, fit faire sur-le-champ de nouvelles constructions. Elle employa les architectes les plus habiles : l'église et le monastère furent bâtis avec une telle somptuosité, qu'ils excitèrent l'admiration générale ; car il n'y en avait point en Artois qui pussent leur être comparés.

Au bout de deux ans tous les travaux furent terminés. Berthe en fit faire la consécration d'une manière extrêmement solennelle. Ravenger, évêque de Thérouanne, dans le diocèse duquel Blangy était alors situé, vint en faire la dédicace ; l'archevêque de Rouen, les évêques de Paris, de Meaux, de Noyon, de Tournai, de Cambrai et d'Arras, et un grand nombre d'abbés, s'y trouvèrent, ainsi que plusieurs seigneurs de la cour, par considération pour Berthe, proche parente du roi. L'église fut dédiée à la Mère de Dieu, le 5 des ides de janvier 682.

00:05 Publié dans B | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Sainte Berthe, intercédez pour moi, pauvre pécheresse, dans la souffrance de la viduité que vous avez connue. Je vous confie mon fils unique Blaise qui souffre depuis 3 ans et qui a subi plusieurs opérations chirurgicales.
Au nom de Notre Seigneur Jésus-Christ que vous avez servi ici-bas, j'ai confiance dans vos prières. Amen.

Écrit par : Berthe | mercredi, 27 avril 2011

Répondre à ce commentaire

Chers amis,

La paix et de bon dans le Seigneur !
Je me permets de vous troubler, en espérant votre aide.
Je suis une personne handicapée tertiaire franciscain avec la sclérose en plaques, raison pour laquelle je ne puis-je venir à vous.

Je regarde tous les moyens d'avoir une image pieuse de sainte Berthe.

Vous pouvez m'aider d'une certaine façon, envoyez-moi quelque chose ?

Même des fond des tiroirs, pour vous inutiles, de me serait agréable.

Je vous serais infiniment reconnaissant.

Je me réjouis de votre réponse et vous envoie mes salutations les plus chères.

La paix soit avec vous.

Écrit par : Guido | dimanche, 24 juin 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire