UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 08 novembre 2016

8 novembre. Les Quatre Saints Couronnés, martyrs, Sévère, Sévérien, Carpophore et Victorin, frères, sur la voie Lavicane à Rome. On fête en même temps qu'eux les saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice. 302, 304.

- Les Quatre Saints Couronnés, martyrs, Sévère, Sévérien, Carpophore et Victorin, frères, sur la voie Lavicane à Rome. On fête en même temps qu'eux les saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice. 302, 304.

Pape : Saint Marcelin. Empereur romain d'Occident : Maximien Hercule. Empereur romain d'Orient : Dioclétien.

" Martyres Christi occidi possunt, fecti nequeunt."
" On peut tuer les martyrs du Christ ; les vaincre jamais."
Gilbert de Hollande.


Martyre des Quatre Couronnés (détail), associés aux cinq autres
martyrs fêtés en ce jour. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Les quatre couronnés furent Sévère, Séverin, Carpophore et Victorin qui, par l’ordre de Dioclétien, furent fouettés à coups d'escourgées de plomb jusqu'à ce qu'ils en moururent. D'abord leurs noms furent inconnus, mais longtemps après Dieu les révéla. On décida donc que leur mémoire serait honorée sous les noms de cinq autres martyrs, Claude, Castorius, Symphorien, Nicostrate et Simplicien, qui souffrirent deux ans après eux.


Martyre des Quatre Couronnés (détail), associés aux cinq autres martyrs
fêtés en ce jour. Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Le pape Melchiade ordonna d'honorer sous les noms de ces cinq martyrs les quatre précédents qu'il fit appeler les Quatre Couronnés, avant que l’on découvrît leurs noms ; et l’usage en a toujours prévalu, même quand on eut su comment ils se nommaient réellement.


Les Quatre Couronnés. Missel romain. Niccolo di Giacomo. XIVe.

Ils furent fouettés jusqu'à la mort avec des plombeaux, sous Dioclétien. Leurs noms, qui ont depuis été connus par révélation divine, n'ayant pu être découverts, il fut statué que leur fête se célébrerait tous les ans avec celle des saints martyrs Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice, sculpteurs, dont on fait la fête le même jour, sous ce nom de Quatre Couronnés.


Basilique des saints martyrs Quatre Couronnés. XIIIe. Rome.

Les saints Claude, Nicostrate, Symphorien, Castorius et Simplice étaient les plus excellents sculpteurs de Rome, et leurs ouvrages étaient si naturels et si délicats que les empereurs eux-mêmes en voulaient avoir dans leurs palais et dans leurs lieux de plaisance. Simplice, qui était le dernier, adorait au commancement les idoles ; mais, voyant que ses quatre compagnons, en faisant le signe de la croix, réussissaient admirablement en tous ce qu'ils entreprenaient, il leur demanda quelle vertu avait cette cérémonie qu'ils faisaient avant de travailler.


Tabernacle et Bas-relief. Nanni di Banco.
Eglise Saint-Michel. Florence. 1408.

Symphorien saisit cette occasion pour lui parler de des erreurs de l'idolâtrie, de la merveilleuse puissance de Notre Seigneur Jésus-Christ, de la nécessité de reconnaître un seul Dieu et des récompenses qui étaient préparées à ceux qui étaient à son service.

Il ajouta que Notre Seigneur Jésus-Christ nous ayant rachetés par la croix, sa seule représentation était si puissante, que, par elle, on venait facilement à bout de tout ce que l'on entreprenait.

Cette remontrance fit ouvrir les yeux à Simplice ; il détesta les idoles qu'il avait adorées et se soumit à Notre Seigneur Jésus-Christ, et reçut le saint baptême.


Les Quatre Couronnés associés aux cinq autres martyrs fêtés ce jour.
Vies de saints. Jeanne De Monbaston. XIVe.

Quelques temps après cette conversion, l'empereur Dioclétien, qui ne savait pas de quelle religion ils étaient, leur fit dire qu'ils eussent à faire une image en porphyre du Dieu Esculape. Ils répondirent généreusement qu'ils ne pouvaient travailler à cette statue sans contribuer à l'idolâtrie et se rendre coupables de tous les sacrilèges que l'on commettrait en l'adorant ; que cela n'était nullement permis à des Chrétiens ; qu'ainsi, faisant profession du christianisme, on ne devait pas s'attendre qu'ils employassent leur art à un ouvrage si abominable. On informa l'empereur de cette réponse, et il en fut tellement irrité, qu'il les livra à un juge nommé Lampade, pour les faire passer par les plus rudes supplices.


Bas-relief (détail). Nanni di Banco, Eglise Saint-Michel. Florence. 1408.

Ce juge fit d'abord ses efforts pour les obliger de changer de résolution ; mais, les voyant inébranlables, après quelques jours de prison il les condamna à être cruellement flagellés avec des fouets garnis de pointes de fer. L'xécution fut très cruelle ; mais pendant que le sang sortait de tous les côtés de leurs veines, et qu'on ne faisait qu'une plaie de tous leurs membres, un démonse saisit du juge et l'étouffa. Dioclétien, averti de ce qui se passait, pensa en mourir de rage. Il anvoya aussitôt Nicétius arrêter les Martyrs, et donna ordre qu'ils fussent enfermés vifs dans des cercueils de plomb et jetés ensuite dans la rivière. La sentence fut exécutée, et, par ce moyen, nos Martyrs trouvèrent tout ensemble leur mort, leur sépulture et leur couronne.

La Providence divine permit que 42 jours après, un Chrétien nommé Nicomède, ayant trouvé leurs saintes reliques, que le plomb même avait amenées hors de l'eau, les enlevât et les enterrât honorablement dans sa propre maison. Ainsi un Nicomède avait donné la sépulture à Notre Seigneur Jésus-Christ, notre souverain Maître, et un autre Nicomède la donna à cinq de ses plus fidèles serviteurs.

On peut les représenter avec les instruments ou outils de leur profession. Ils sont les patrons légitimes des sculpteurs, bien qu'on ai fait honneur de ce patronage aux Quatre Couronnés.

00:15 Publié dans Q | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire