UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 31 janvier 2017

31 janvier. Saint Pierre Nolasque, cofondateur de l'Ordre de la Merci pour le rachat des captifs. 1256.

- Saint Pierre Nolasque, cofondateur de l'Ordre de la Merci pour le rachat des captifs. 1256.
 
Pape : Alexandre IV. Roi de France : Saint Louis. Roi de Castille et de Léon : Alphonse X. Saint Empire : Guillaume Ier, roi des Romains (1254-1256). Roi d'Angleterre : Henri III.

" La miséricorde donne un coeur compatissant pour la misère, chasse du coeur toute dureté, inonde le coeur d'une admirable suavité."
Saint Antoine de Padoue, Serm. XXII, après la Trinité.


Saint Pierre Nolasque. Anonyme français. XVIIe.

Le Rédempteur des captifs, Pierre Nolasque, vient s'associer aujourd'hui sur le Cycle à son maître Raymond de Pegnafort ; et tous deux présentent pour hommage au Rédempteur universel les milliers de chrétiens qu'ils ont rachetés de l'esclavage, par la vertu de cette charité, qui, partie de Bethléhem, a trouvé asile en leurs cœurs.

Né en France, dans notre Languedoc, Pierre a choisi pour seconde patrie l'Espagne, parce qu'elle offrait à son zèle une terre de dévouement et de sacrifices. Comme le Médiateur descendu du ciel, il s'est voué au rachat de ses frères ; il a renoncé à sa liberté pour procurer la leur ; et afin de leur rendre une patrie, il est resté en otage sous les liens de la servitude. Son dévouement a été fécond ; par ses efforts, un nouvel Ordre religieux s'est élevé dans l'Eglise, composé tout entier d'hommes généreux, qui, durant six siècles, n'ont prié, travaillé, vécu, que pour procurer le bienfait de la liberté à d'innombrables captifs, qui, sans eux, languissaient dans les fers, au péril de leurs âmes.


Vision de saint Pierre Nolasque. F. de Zurbaran. XVIIe.

Gloire à Marie, qui a suscité ces Rédempteurs mortels ! Gloire l'Eglise catholique, qui les a produits de son sein toujours fécond ! Mais par-dessus tout, gloire à l'Emmanuel, qui dit, en entrant dans ce monde :
" Ô Père ! Les holocaustes pour le péché de l'homme ne vous ont point apaisé ; suspendez vos coups ; me voici. Vous m'avez donné un corps ; je viens, je m'immole !" (Psalm. XXXIX, 8.).
Le dévouement du divin Enfant ne pouvait demeurer stérile. Il a daigné nous appeler ses frères, et s'offrir en notre place ; quel cœur d'homme pourrait désormais être insensible aux maux et aux dangers de ses frères ?

L'Emmanuel a récompensé Pierre Nolasque, en l'appelant à lui à l'heure même où, douze siècles plus tôt, il naissait à Bethléhem. C'est du milieu des joies de la nuit de Noël que le Rédempteur mortel est parti pour aller rejoindre l'immortel Rédempteur. Au dernier moment, les lèvres défaillantes de Pierre murmuraient leur dernier cantique de la terre ; et quand il fut arrivé à ces paroles :
"Le Seigneur a envoyé la Rédemption à son peuple ; il a scellé avec lui son alliance pour jamais, son âme bienheureuse s'envola libre au ciel."


Le pape Grégoire IX. Manuscrit du XIIIe.

La sainte Eglise a dû assigner à la mémoire de Pierre un autre anniversaire que celui de son heureux trépas, puisque ce jour appartient tout entier à l'Emmanuel ; mais il était juste que l'élu marqué par une si haute faveur que de naître au ciel à l'heure où Jésus naît à la terre, reçût une place sur le Cycle avant la fin des quarante jours consacrés à la Naissance du divin libérateur.

Saint Pierre Nolasque naquit d'une illustre famille, près de Castelnaudary, dans le village autrefois appelé Le Récaud (ou Recaudum) et aujourd'hui appelé Le Mas-Saintes-Puelles, à la fin du XIIe siècle, probablement en 1189. Il excella, toute sa vie, dans la pratique de la charité à l'égard du prochain. On raconte qu'en présage de cette vertu, lorsqu'il était encore au berceau, un essaim d'abeilles vint construire un rayon de miel dans sa main droite. Dès son adolescence il perdit ses parents.


Saint Pierre Nolasque embarque pour un voyage destiné à
racheter des captifs chrétiens retenus en esclavage
par les Maures musulmans. Francisco Pacheco. XVIIe.

L'hérésie des Albigeois ravageait alors le Midi de la France. Pour s'y soustraire, il vendit son patrimoine, et se retira en Espagne, où il était appelé par le roi Jacques d'Aragon. Il se rendit ensuite à Barcelone, et y consacra toute sa fortune au rachat des captifs enlevés sur mer par les Sarrasins. Mais le sacrifice de ses biens ne suffisait pas à sa charité. Il voulait encore se vendre lui-même pour délivrer ses frères et se charger de leurs chaînes. Dieu lui fit connaître combien ce désir Lui était agréable. Une nuit qu'il priait en songeant à la délivrance des captifs, la Sainte Vierge lui apparut et lui recommanda d'établir, en Son honneur, un Ordre religieux consacré à cette oeuvre de charité. Il s'empressa d'obéir à cet avertissement céleste, d'autant plus que le roi et Raymond de Pennafort avaient reçu en même temps la même révélation.

Il fonda l'Ordre de Notre-Dame de la Merci pour la Rédemption des Captifs avec le soutien de Jacques Ier d'Aragon dont saint Pierre Nolasque avait été le précepteur. Le pape Grégoire IX approuva la création de l'ordre en 1235 et leur donna la règle de saint Augustin. Le caractère particulier de cet Ordre, c'est qu'il joignait aux trois voeux ordinaires de Religion un quatrième voeu : celui de se livrer en gage aux païens, s'il en était besoin, pour la délivrance des chrétiens.


Statue de Jacques Ier d'Aragon. Madrid.

A cet exemple héroïque de charité il joignait celui de toutes les vertus. Favorisé du don de prophétie, il prédit au roi d'Aragon la conquête du royaume de Valence sur les Maures. Il était soutenu par de fréquentes apparitions de son Ange Gardien et de la Vierge Mère de Dieu.

Saint Louis, lors d'un voyage qu'il fit en Languedoc en 1243 pour combattre les Albigeois, insista pour recevoir notre saint qu'il tenait en très grande estime et affection au point de correspondre souvent avec lui et de recourir très fréquemment à sa prière et à sa bénédiction pour toutes ses entreprises.

Enfin, accablé par l'âge, le travail et la pénitence, il reçut l'avertissement de sa mort prochaine. Lorsqu'on lui eut administré les derniers sacrements, il exhorta encore ses frères à la charité envers les captifs. Puis, en disant ces paroles :
" Le Seigneur a envoyé la Rédemption à Son peuple."
Il rendit son âme à Dieu, au milieu de la nuit de Noël, l'an 1256.


Grégoire IX condamnant le Talmud et faisant brûler
les exemplaires saisis. XVe.
 
PRIERE
 
" Vous êtes venu apporter du ciel un feu sur la terre, Ô Emmanuel, et vous nous dites que votre plus ardent désir est de le voir s'enflammer. Votre désir a été comblé dans le cœur de Pierre Nolasque, et dans celui de ses enfants. C'est ainsi que vous daignez associer des hommes à vos desseins d'amour et de miséricorde, et qu'en rétablissant l'harmonie entre Dieu et nous, vous resserrez l'union primitive entre nous et nos frères. Nous ne pouvons vous aimer, Ô céleste Enfant, sans aimer tous les hommes ; et si vous venez à nous comme notre rançon et notre victime, vous voulez que nous soyons prêts aussi à nous sacrifier les uns aux autres.

Ô Pierre ! Vous avez été l'apôtre et le modèle de cette charité ; c'est pour cela que le Seigneur a voulu vous glorifier en vous appelant à la cour de son Fils, au jour anniversaire de la Naissance de ce Sauveur. Ce doux mystère qui, tant de fois, soutint votre courage, ranima vos dévouements, vous est apparu dans toute sa grandeur ; mais vos yeux ne voient plus seulement, comme nous, le tendre Enfant qui sourit dans son berceau ; c'est le Roi vainqueur, le Fils de Jéhovah dans sa splendeur divine, qui éblouit vos regards. Marie ne vous apparaît plus, comme à nous, pauvre et humblement penchée sur la crèche qui contient tout son amour ; à vos yeux, elle brille éclatante sur son trône de Reine, et resplendit d'un éclat qui ne le cède qu'à celui de la majesté divine. Et votre cœur n'est point troublé de cette gloire; car, au ciel, vous êtes dans votre patrie. Le ciel est le temple et le palais de la charité ; et la charité, dès ici-bas, remplissait votre cœur ; elle était le principe de tous ses mouvements."

Apparition de Saint Pierre à saint Pierre Nolasque.
Francisco de Zurbaran. XVIIe.

Priez, afin que nous connaissions davantage ce véritable amour de Dieu et des hommes qui nous rend semblables à Dieu. Il est écrit que celui qui demeure dans la charité, demeure en Dieu et Dieu en lui (I, Johan. IV.) ; faites donc que le mystère de charité que nous célébrons nous transforme en Celui qui fait l'objet de tous nos sentiments, dans ce temps de grâces et de merveilles. Donnez-nous d'aimer nos frères comme nous-mêmes, de les supporter, de les excuser, de nous oublier pour leur être utiles. Que nos exemples les soutiennent, que nos paroles les édifient ; que leurs âmes soient gagnées et consolées par notre affection ; que leurs corps soient soulagés par nos largesses.
 
Eglise Saintes-Puelles et Saint-Pierre Nolasque.
Le Mas-Saintes-Puelles,
village natal de saint Pierre Nolasque. Languedoc.

Priez pour la France, votre patrie, Ô Pierre ! Secourez l'Espagne, au sein de laquelle vous avez fondé votre sublime Institut. Protégez les restes précieux de cet Ordre par lequel vous avez opéré tant de miracles de charité. Consolez et délivrez les captifs que la main des hommes retient dans les prisons ou dans l'esclavage. Obtenez pour nous tous cette sainte liberté des enfants de Dieu dont parle l'Apôtre, et qui consiste dans l'obéissance à la loi de Dieu. Quand cette liberté régnera dans les cœurs, elle affranchira les corps. En vain l'homme extérieur cherche à être libre, si l'homme intérieur est asservi. Faites, Ô Rédempteur de vos frères, que les liens de l'erreur et du péché cessent d'enchaîner nos sociétés ; c'est alors que vous les aurez rendues à la vraie liberté, qui produit et règle toutes les autres."

00:15 Publié dans P | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Bonjour, je suis un jeune Camerounais aspirant à la spiritualité mercédaire et j'aimerais en savoir plus sur la vie du fondateur de l'ordre de Notre-Dame de la Merci à savoir saint Pierre Nolasque.

Merci.

Écrit par : Marc Romeo Bihina Akoumou | jeudi, 07 juin 2012

Saint Pierre Nolasque fut vraiment l'incarnation du Rédempteur immortel. Puisse-t-il m'accorder ses vertus afin que ma joie lui soit agréable dans la spiritualité mercédaire.

Écrit par : Marc Roméo Bihina Akoumou | vendredi, 06 juillet 2012

Bonjour,

Je pense qu'il ne s'agit pas de Grégoire IX dans ce tableau de Pedro Berruguete, mais de saint Dominique. L'oeuvre est issu d'un cycle de la vie de saint Dominique commandé au peintre par Torquemada.

Cordialement,

Lucas

Écrit par : Lucas | dimanche, 28 septembre 2014

Les commentaires sont fermés.