UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 mars 2016

6 mars. Sainte Perpétue & sainte Félicité, et leurs saints compagnons, martyrs. 202.

- Sainte Perpétue & sainte Félicité, et leurs saints compagnons, martyrs. 202.
 
Pape : Saint Zéphirin. Empereur : Sévère.

" La pensée de Dieu sanctifie les douleurs : la pensée de les offrir à Dieu les allège ; la pensée de les supporter pour la cause de Dieu les rends délectables. Je ne suis pas seul, disait saint Paul au milieu des persécutions et des travaux, les grâce de Dieu est avec moi."
I Cor., XV, 10.


Martyre de sainte Perpétue et de sainte Félicité.
Giovanni Gottardi. XVIIIe.

La fête de ces deux illustres héroïnes de la foi chrétienne est rapportée la journée de demain, 7 mars, anniversaire de leur triomphe ; mais la mémoire de l'Ange de l'Ecole, saint Thomas d'Aquin, brille avec tant d'éclat au 7 mars, qu'elle semble éclipser celle des deux grandes martyres africaines. Le Saint-Siège a donc permis en certains lieux d'anticiper d'un jour leur fête.

Leurs deux noms, comme l'observe saint Augustin, sont un présage du sort que leur réserve le ciel : une perpétuelle félicité. L'exemple qu'elles donnent de la force chrétienne est à lui seul une victoire qui assure le triomphe de la foi de Jésus-Christ sur la terre d'Afrique. Encore quelques années, et le grand Cyprien fera retentir sur cette plage sa voix mâle et éloquente, appelant les chrétiens au martyre ; mais n'y a-t-il pas un accent plus pénétrant encore dans les pages écrites de la main de cette jeune femme de vingt-deux ans, la noble Perpétue, qui nous raconte avec un calme tout céleste les épreuves qu'il lui a fallu traverser pour aller à Dieu, et qui, au moment de partir pour l'amphithéâtre, remet à un autre la plume avec laquelle il devra écrire le dénouement de la sanglante et sublime tragédie ?


En lisant de tels récits, dont les siècles n'ont altéré ni le charme, ni la grandeur, on se sent en présence des glorieux ancêtres de la foi, on admire la puissance de la grâce divine qui suscita de tels courages du sein même d'une société idolâtre et corrompue ; et considérant quel genre de héros Dieu employa pour briser les formidables résistances du monde païen, on ne peut s'empêcher de dire avec saint Jean Chrysostome :
" J'aime à lire les Actes des Martyrs ; mais j'avoue mon attrait particulier pour ceux qui retracent les combats qu'ont soutenus les femmes chrétiennes. Plus faible est l'athlète, plus glorieuse est la victoire ; car c'est alors que l'ennemi voit venir sa défaite du côté même où jusqu'alors il triomphait. Ce fut par la femme qu'il nous vainquit ; et c'est maintenant par elle qu'il est terrassé. Elle fut entre ses mains une arme contre nous ; elle devient le glaive qui le transperce. Au commencement, la femme pécha, et pour prix de son péché eut la mort en partage ; la martyre meurt, mais elle meurt pour ne pas pécher. Séduite par une promesse mensongère, la femme viola le précepte de Dieu ; pour ne pas enfreindre sa fidélité envers son dite vin bienfaiteur, la martyre sacrifie plutôt sa vie. Quelle excuse maintenant présentera l'homme pour se faire pardonner la mollesse, quand de simples femmes déploient un si mâle courage ; quand on les a vues, faibles et délicates, triompher de l'infériorité de leur sexe, et, fortifiées par la grâce, remporter de si éclatantes victoires ?" (Homil. De diversis novi Testamenti locis.).


Sainte Perpétue et sainte Félicité. Missel romain. XIVe.

Sous l'empereur Sévère, on arrêta en Afrique (à Carthage) plusieurs jeunes catéchumènes : entre autres Révocatus et Félicité, tous deux de condition servile ; Saturnin et Sécundulus ; enfin parmi eux se trouvait Vivia Perpétua, jeune femme de naissance distinguée, élevée avec soin, mariée à un homme de condition, et ayant un enfant qu'elle allaitait encore. Elle était âgée d'environ vingt-deux ans, et elle a laissé le récit de son martyre écrit de sa propre main :

" Nous étions encore avec nos persécuteurs, dit-elle, lorsque mon père, dans l'affection qu'il me portait, vint faire de nouveaux efforts pour m'amener à changer de résolution.
" Mon père, lui dis-je, il m'est impossible de dire autre chose si ce n'est que je suis chrétienne."
A ce mot, saisi de colère, il se jeta sur moi pour m'arracher les yeux ; mais il ne fit que me maltraiter, et il se retira vaincu ainsi que le démon avec tous ses artifices. Peu de jours après nous fûmes baptisés ; le Saint-Esprit m'inspira alors de ne demander autre chose que la patience dans les peines corporelles. Peu après, on nous renferma dans la prison. J'éprouvai d'abord un saisissement, ne m'étant jamais trouvée dans des ténèbres comme celles d'un cachot.


Mosaïque carthaginoise. Ve.

Au bout de quelques jours, le bruit courut que nous allions être interrogés. Mon père arriva de la ville, accablé de chagrin, et vint près de moi pour me faire renoncer à mon dessein. Il me dit :
" Ma fille, aie pitié de mes cheveux blancs, aie pitié de ton père, si je mérite encore d'être appelé ton père. Regarde tes frères, regarde ta mère, regarde ton enfant qui ne pourra vivre si tu meurs ; laisse cette fierté et ne sois pas la cause de notre perte à tous."
Mon père me disait toutes ces choses par tendresse ; puis se jetant à mes pieds tout en larmes, il m'appelait non plus sa fille, mais sa dame. Je plaignais la vieillesse de mon père, songeant qu'il serait le seul, de toute notre famille qui ne se réjouirait pas de mon martyre. Je lui dis pour le fortifier :
" Il n'arrivera de tout ceci que ce qu'il plaira à Dieu ; sache que nous ne dépendons pas de nous-mêmes, mais de lui."
Et il se retira accablé de tristesse.

Un jour, comme nous dînions, on vint nous enlever pour subir l'interrogatoire. Arrivés sur le forum, nous montâmes sur l'estrade. Mes compagnons fuient interrogés et confessèrent. Quand mon tour fut venu, mon père parut tout à coup avec mon enfant ; il me tira à part, et me suppliant :
" Aie pitié de ton enfant."
Le procurateur Hilarien me dit aussi :
" Epargne la vieillesse de ton père, épargne l'âge tendre de ton fils ; sacrifie pour la santé des empereurs."
Je répondis :
" Je ne le ferai pas : je suis Chrétienne."
Alors le juge prononça la sentence, qui nous condamnait aux bêtes, et nous redescendîmes joyeux à la prison. Comme je nourrissais mon enfant, et que je l'avais eu jusqu'alors avec moi dans la prison, je l'envoyai aussitôt réclamer à mon père ; mais mon père ne voulut pas me le donner. Dieu permit que l'enfant ne demandât plus à téter, et que je ne fusse pas incommodée par mon lait."

Tout ceci est tiré du récit de la bienheureuse Perpétue, qui le conduit jusqu'à la veille du combat.
 

 
Entrée du cirque où eut lieu le martyre de sainte Perpétue,
de sainte Félicité et de leurs compagnons.
Carthage. Actuelle Tunisie.

Quant à Félicité, elle était enceinte de huit mois lorsqu'elle avait été arrêtée ; et le jour des spectacles étant si proche, elle était inconsolable, prévoyant que sa grossesse ferait différer son martyre. Ses compagnons n'étaient pas moins affligés qu'elle, dans la pensée qu'ils laisseraient seule sur le chemin de l'espérance céleste une si excellente compagne. Ils unirent donc leurs instances et leurs larmes auprès de Dieu pour obtenir sa délivrance. C'était trois jours seulement avant les spectacles ; mais à peine avaient-ils fini leur prière que Félicité se sentit prise par les douleurs. Et parce que l'accouchement étant difficile, la souffrance lui arrachait des plaintes, un guichetier lui dit :
" Si tu te plains déjà, que feras-tu quand tu seras exposée aux bêtes, que tu as bravées cependant en refusant de sacrifier ?"
Elle lui répondit :
" Maintenant, c'est moi qui souffre ; mais alors il y en aura un autre qui souffrira pour moi, parce que je devrai souffrir pour lui."
Elle accoucha donc d'une fille qui fut adoptée par l'une de ses autres sœurs.


Le jour de la victoire étant arrivé, les martyrs partirent de la prison pour l'amphithéâtre comme pour le ciel, avec un visage gai et d'une beauté céleste , émus de joie et non de crainte. Perpétue s'avançait la dernière ; ses traits respiraient la tranquillité, et sa démarche était digne comme celle d'une noble matrone chérie du Christ. Elle tenait les yeux baissés, pour en dérober l'éclat aux spectateurs. Félicité était près d'elle, remplie de joie d'avoir accompli ses couches assez à temps pour pouvoir combattre les bêtes. C'était une vache très féroce que le diable leur avait préparée. On les enveloppa chacune dans un filet pour les exposer à cette bête. Perpétue fut exposée la première. La bête la lança en l'air, et la laissa retomber sur les reins. La martyre revenue à elle, et s'apercevant que sa robe était déchirée le long de sa cuisse, la rejoignit proprement, plus jalouse de la pudeur que sensible à ses souffrances. On la ramena pour recevoir un nouveau choc ; elle renoua alors ses cheveux qui s'étaient détachés : car il ne convenait pas qu'une martyre, en son jour de victoire, parût les cheveux épars, et montrât un signe de deuil dans un moment si glorieux. Quand elle fut relevée, ayant aperçu Félicité, que le choc avait toute brisée, étendue par terre, elle alla à elle, et lui donnant la main, elle la releva. Elles se présentèrent pour recevoir une nouvelle attaque ; mais le peuple se lassa d'être cruel, et on les conduisit vers la porte Sana-Vivaria. Alors Perpétue, sortant comme d'un sommeil, tant l'extase de son esprit avait été profonde, et regardant autour d'elle, dit, au grand étonnement de tous :
" Quand donc nous exposera-t-on à cette vache furieuse ?"

Lorsqu’on lui raconta ce qui était arrivé, elle ne put le croire qu'après avoir vu sur son corps et sur ses vêtements les traces de ce qu'elle avait souffert. Alors, faisant approcher son frère et un catéchumène nommé Rusticus, elle leur dit :
" Demeurez fermes dans la foi, aimez-vous les uns les autres et ne soyez pas scandalisés de nos souffrances."

Sainte Perpétue et sainte Félicité. D'après une icône du VIe.

Quant à Sécundulus, Dieu l'avait retiré de ce monde, pendant qu'il était encore renfermé dans la prison. Saturnin et Revocatus, après avoir été attaqués par un léopard, furent encore vivement traînés par un ours. Saturus fut d'abord exposé à un sanglier, puis exposé à un ours ; mais la bête ne sortit pas de sa loge, en sorte que le martyr, épargné deux fois, fut rappelé. A la fin du spectacle, il fut présenté à un léopard, qui d'un coup de dent le couvrit de sang.

Le peuple, comme il s'en retournait, faisant une allusion à ce second baptême, s'écria :
" Sauvé, lavé ! Sauvé, lavé !"
On transporta ensuite le martyr expirant au lieu où il devait être égorgé avec les autres. Le peuple demanda qu'on les ramenât tous au milieu de l'amphithéâtre, afin de repaître ses regards homicides du spectacle de leur immolation par le glaive. Les martyrs se levèrent, et se traînèrent où le peuple les demandait, après s'être embrassés, afin de sceller leur martyre par le baiser de paix. Ils reçurent le coup mortel sans faire aucun mouvement et sans laisser échapper une plainte ; surtout Saturus, qui expira le premier.

Quant à Perpétue, afin qu'elle goûtât du moins quelque souffrance, l'épée du gladiateur s'arrêta sur ses côtes, et lui fit pousser un cri. Ce fut elle qui conduisit elle-même à sa gorge la main encore novice de cet apprenti. Peut-être aussi que cette sublime femme ne pouvait mourir autrement, et que l'esprit immonde qui la redoutait n'eût osé attenter à sa vie, si elle-même n'y eût consenti.


HYMNE

" Epouse du Christ, célèbre aujourd'hui dans de pieux cantiques deux femmes au cœur invincible ; chante avec transport deux cœurs d'hommes dans le sexe le plus faible.

Toutes deux nées sous le soleil de l'Afrique, toutes deux aujourd'hui, dans l'univers entier, brillent de l'éclat que leur ont acquis de sublimes combats ; le front de chacune est ceint de lauriers glorieux.

La noblesse du sang recommande d'abord Perpétue ; une récente alliance l'a unie à un époux illustre ; mais il est à ses yeux une illustration plus haute encore : elle préfère à tout le service du Christ.

Quoique libre, elle met sa gloire à servir un si grand roi ; quant à Félicité, la condition d'esclave est son sort ici-bas ; mais dans la lutte glorieuse elle suit d'un pas égal la noble Perpétue ; elle s'élance vers la palme avec une même ardeur.

En vain le père de Perpétue emploie pour l'abattre et les menaces et les pleurs ; elle n'éprouve qu'une filiale compassion pour l'erreur du vieillard ; bientôt il lui faut donner le dernier baiser à l'enfant qu'elle allaite.

Dans la prison, Félicité éprouve les douleurs dont Eve notre mère a attiré les rigueurs sur son sexe ; elle souffre et enfante en gémissant, celle qui bientôt doit souffrir pour Dieu avec allégresse.

Dans une vision, Perpétue voit s'ouvrir les portes du ciel ; il lui est permis de jeter ses regards dans ce séjour de délices ; elle apprend que des combats lui sont réservés, et aussi quel repos Dieu lui prépare après ces combats.

Elle voit une échelle d'or qui monte jusqu'au séjour céleste ; mais ses deux côtés sont armés de pointes menaçantes. Ceux qui viendraient à tomber de ces degrés périlleux, un affreux dragon couché au pied de l'échelle les recevrait dans sa gueule.

Monte, Ô femme, ne crains pas le dragon ; pose ton pied sur sa tête humiliée, comme sur le degré d'où tu montes vaillamment jusqu'au delà des astres.

Au sommet de l'échelle s'ouvre pour Perpétue un délicieux jardin : c'est là que l'aimable Pasteur comble ses brebis de caresses : " Ma fille, lui dit-il, ma fille tant désirée, te voilà donc enfin ", et il lui fait part d'un mets plein de douceur.

Une autre fois, elle se sent entraînée au milieu du cirque ; là un homme repoussant, d'un aspect horrible, brandissant un glaive, s'élance sur elle ; mais bientôt il est abattu et foulé sous le pied d'une faible femme. Reçois, Ô Perpétue, le prix de tes hauts faits.

Le jour de gloire, celui qui doit éclairer la victoire, se lève enfin pour les athlètes du Seigneur. Avancez, Ô martyres ! Le ciel tout entier t'attend, Ô Perpétue ! La cour des élus te désire, Ô Félicité !

Une bête farouche froisse cruellement les membres délicats de Perpétue ; bientôt c'est le tour de sa compagne ; mais, Ô Félicité, ta noble soeur se relevant de l'arène vient te tendre la main et te disposer à des luttes nouvelles.

Enfin Dieu, qui du haut du ciel contemple les combats de ces deux héroïnes, les appelle à la couronne ; il est temps qu'à travers leur sang qui s'épanche sur la terre, leurs âmes s'élancent dans le sein du Christ.

Bientôt le glaive d'un licteur comble le désir des martyres en les immolant. Le bras qui doit égorger Perpétue tremble en s'essayant ; mais la main de l'héroïne conduit elle-même sur sa gorge l'épée qui doit la traverser.

Et maintenant, Ô femmes magnanimes, goûtez à jamais près de l'Epoux les joies qui vous sont préparées ; il vous montre à nous comme les modèles du courage ; accordez votre puissant secours à ceux qui vous implorent.

Gloire éternelle au Père, louange égale au Fils et au divin Esprit qui les unit ; et vous, chrétiens, célébrez en tous lieux la force victorieuse que le ciel a donnée aux Martyrs.

Amen."


Arènes de Carthage.

PRIERE

" Perpétue ! Félicité ! noms glorieux et prédestinés, r vous venez luire sur nous en ces jours, comme deux astres bienfaisants qui nous apportent à la fois la lumière et la vie. Les Anges vous répètent au ciel dans leurs chants de triomphe, et nous, sur la terre, nous vous redisons avec amour et espérance. Vous nous rappelez cette parole du livre sacré : " Le Seigneur a inauguré de nouveaux combats ; à la suite des guerriers, la femme s'est levée comme une noble mère dans Israël." (Judic. V, 7.). Gloire à la Toute-Puissance divine qui, voulant accomplir à la lettre la parole de l'Apôtre, choisit " ce qu'il y a de faible pour confondre ce qui est fort " ! (I Cor. 1, 27.). Gloire à l'Eglise d'Afrique, fille de l'Eglise de Rome, à l'Eglise de Carthage qui n'a pas encore entendu la voix de son Cvprien, et qui déjà produit de si grands cœurs !

La chrétienté tout entière s'incline devant vous, Ô Perpétue ! elle fait plus encore : chaque jour, à l'autel, le sacrificateur prononce votre nom béni parmi les noms privilégiés qu'il redit en présence de l'auguste victime ; votre mémoire est ainsi pour jamais associée à l'immolation de l'Homme-Dieu, auquel votre amour a rendu le témoignage du sang. Mais quel bienfait il a daigné nous départir, en nous permettant de pénétrer les sentiments de votre âme généreuse dans ces pages tracées de votre main, et qui sont venues jusqu'à nous à travers les siècles ! C'est là que nous apprenons de vous ce qu'est " cet amour plus fort que la mort " (Cant. VIII, 6.), qui vous rendit victorieuse dans tous les combats. L'eau baptismale n'avait pas touché encore votre noble front, et déjà vous étiez enrôlée parmi les martyrs. Bientôt il vous fallut soutenir les assauts d'un père, et triompher de la tendresse filiale d'ici-bas, pour sauver celle que vous deviez à cet autre Père qui est dans les cieux. Votre cœur maternel ne tarda pas d'être soumis à la plus terrible des épreuves, lorsque cet enfant qui, sous les voûtes obscures d'un cachot, puisait la vie à votre sein, vous fut enlevé comme un nouvel Isaac, et que vous demeurâtes seule, à la veille du dernier combat.

Mais dans ce combat, Ô Perpétue, au milieu des compagnons de votre victoire, qui est semblable à vous ? Quelle est cette ivresse d'amour qui vous a saisie, lorsqu'est arrivé le moment de souffrir dans votre corps, au point que vous ne sentez pas même la cruelle brisure de vos membres délicats lancés sur le sol de l'arène ? " Où étiez-vous, dirons-nous avec saint Augustin, lorsque vous ne voyiez même pas cette bête furieuse à laquelle on vous avait exposée ? De quelles délices jouissiez-vous, au point d'être devenue insensible à de telles douleurs ? Quel amour vous enivrait ? Quelle beauté céleste vous captivait ? Quel breuvage vous avait ravi le sentiment des choses d'ici-bas, à vous qui étiez encore dans les liens d'un corps mortel ?" (In Natali SS. Perpétua et Felicitatis.).

Mais, avant la dernière lutte, le Seigneur vous avait préparée par le sacrifice. Nous comprenons alors que votre vie fût devenue toute céleste, et que votre âme, habitant déjà, par l'amour, avec Jésus qui vous avait tout demandé et à qui vous aviez tout accordé, fût dès lors comme étrangère à ce corps qu'elle devait sitôt abandonner. Un dernier lien vous retenait encore, et le glaive devait le trancher; mais afin que votre immolation fût volontaire jusqu'à la fin, il fallut que votre main conduisît elle-même ce fer libérateur qui ouvrait passage à votre âme si rapide dans son vol vers le souverain bien. Ô femme véritablement forte, ennemie du serpent infernal et objet de sa haine, vous l'avez vaincu ! Votre grandeur d'âme vous a placée parmi les plus nobles héroïnes de notre foi ; et depuis seize siècles votre nom aie privilège de faire battre tout cœur chrétien.

Recevez aussi nos hommages, Ô Félicité ! car vous avez été jugée digne de servir de compagne à Perpétue. Dans le siècle, elle brillait au rang des matrones de Carthage; mais, malgré votre condition servile, le baptême l'avait rendue votre sœur, et vous marchiez son égale dans l'arène du martyre. A peine relevée de ses chutes violentes, elle courait à vous et vous tendait la main ; la femme noble et l'humble esclave se confondaient dans l'embrassement du martyre ; et les spectateurs de l'amphithéâtre pouvaient déjà pressentir que la nouvelle religion recelait en elle-même une vertu sous l'effort de laquelle succomberait l'esclavage. Vous aviez dit, Ô Félicité, que lorsque l'heure du combat aurait sonné, ce ne serait plus vous qui souffririez, mais le Christ immortel qui souffrirait en vous : il a été fait selon votre foi et votre espérance ; et le Christ est apparu vainqueur dans Félicité comme dans Perpétue. Jouissez donc, ô femme bénie, du prix de vos sacrifices et de vos combats. Du haut du ciel, vous veillerez sur cet enfant qui naquit d'une martyre dans une prison ; déjà, sur la terre, une si noble naissance lui a fait rencontrer une seconde mère. Honneur à vous qui n'avez pas regardé en arrière, mais qui vous êtes élancée à la suite du Christ ! Votre félicité est éternelle au ciel, et ici-bas votre gloire durera autant que le monde.

Maintenant, Ô sœurs illustres, soyez-nous propices en ces jours. Tendez vos palmes vers le trône de la divine majesté, et faites-en descendre sur nous les miséricordes. Nous ne sommes plus cette société païenne qui se pressait aux jeux de l'amphithéâtre pour voir répandre votre sang ; la foi chrétienne victorieuse par vous et par tant d'autres martyrs a triomphé des erreurs et des vices de nos aïeux ; et ceux-ci nous ont transmis le sacré symbole pour lequel vous aviez tout sacrifié. Mais, pour n'être pas aussi profondes, nos misères n'en sont pas moins lamentables. Il est un second paganisme qui se glisse chez les peuples chrétiens et qui les pervertit. Il a sa source dans l'indifférence qui glace le cœur et dans la mollesse qui énerve la volonté. Ô Perpétue, Ô Félicité ! demandez que vos exemples ne soient pas perdus pour nous, et que la pensée de vos héroïques dévouements nous soutienne dans les sacrifices moindres que le Seigneur exige de nous. Priez aussi pour nos nouvelles Eglises qui s'élèvent sur le rivage africain que vos souffrances ont illustré ; elles se recommandent à vous ; bénissez-les, et faites-y refleurir, par votre puissante intercession, la foi et les mœurs chrétiennes."


Sainte Perpétue et sainte Félicité. Gravure. Louis Lassalle. XVIIIe.

00:20 Publié dans P | Lien permanent | Commentaires (16)

Commentaires

Excellent article !

Écrit par : Carthaginois | samedi, 08 mars 2008

Très beau travail sur sainte Perpétue, je fais partie de la fraternité Sainte-Perpétue de Vierzon (18100), en France, et nous sommes en train de créer un site sur la Fraternité, ses activités et évidemment sainte Perpétue. J'ai envoyé les références de votre site à tous les membres de la Fraternité qui ont internet , je l'ai même envoyé à l'évêché de Tunis au père Prignot qui était très content.
Merci pour votre travail.

Écrit par : Joël Petit | vendredi, 15 août 2008

Je traduis l'histoire de cette héroïne en langue kabyle : je souhaiterais plus d'informations.

Écrit par : Abour | lundi, 08 novembre 2010

Je félicite l'héroïsme de ces deux saintes, mais je suis un peu curieuse. J'ai pas pris le temps de tout lire sur elles, et je voudrais savoir si elles sont sœurs, d'un même père et même mère. Merci.

Écrit par : Lamien | mercredi, 16 mars 2011

Elles n'étaient pas soeurs.

Écrit par : Hodie | mercredi, 16 mars 2011

Bonsoir,

Je viens vous dire merci pour votre travail sur la vie des 2 saintes. Je voudrais que par l'intercession de ces 2 saintes, par vos prières, le Seigneur puisse nous combler de joie, mes enfants (qui ont passé le BAC et qui attendent les résultats), leur papa. Merci infiniment.

Écrit par : Mme Félicité Rabo | lundi, 18 juillet 2011

Je me nomme Félicité et tout au long de la lecture, j'ai compatis à sa souffrance. Ces saintes martyres sont vraiment des hommes dans un corps de femme : une force de caractère jamais vu ! Se séparer des êtres qu'on aime pour la gloire de Dieu, c'est vraiment un grand acte d'amour qui m'apprend beaucoup et m’amène à comprendre beaucoup de chose dans ma vie.

Écrit par : Félicité Gnopo | jeudi, 15 septembre 2011

Magnifique et sublime recit de ces deux saintes. Pïeds noir d'Alger, je suis à la redaction des saints du Maghreb chrétien. J'aimerais reproduire ces ecrits sur ces saintes et rentrer en contact avec des personnes ayant le maximum de savoir sur ce mahgreb qui fut chrétien.

Merci.

Écrit par : Malatia | vendredi, 21 octobre 2011

La gloire céleste l'emporte sur toute gloire terrestre.
Nous demandons, par l'intercession de ces deux saintes, la
grâce pour supporter les souffrances du grand âge, celles liées aux maladies, et d'accueillir ces grâces en vue de réussir à atteindre le Port du Salut.

Écrit par : Fayad Mehawej | mercredi, 07 mars 2012

merci de ses deux saintes que mes prieres les accompagne afin d obtenir leurs benedictions pour emoi et mon cheri qui s appelle felicite et cela puisse nous unis par la grace que dieu leur accorda alors a moi la grace d etre avec mon bien aimer philippe felicite pour une vie douce aimante de paix et de prieres et une vie riche d amour pour toujours
amen

Écrit par : betty | mercredi, 27 juin 2012

En ce jour, je compatis aux souffrances de ces 2 martyrs et je leur demande que du haut des cieux, elles prient pour le succès de ma fille au BAC et surtout que son coeur fléchisse afin qu'elle rende joyeux à jamais son ami Abdel. Qu'ils soient unis pour toujours. Je leur demande aussi de prier pour raffermir ma foi. Merci mes bonnes saintes. Je me nomme Félicité

Écrit par : Félicité | mercredi, 27 juin 2012

Habitant durant mon enfance près de Carthage, je ne compte pas les nombres de fois où je me suis rendu à cet amphithéâtre romain. Une plaque était alors scellée à l’extérieur renseignant le visiteur curieux sur le martyre des saintes Félicité et Perpétue. J'y suis retourné comme en pèlerinage cet été 2012. Mais cet fois le hasard me guide vers Vierzon.

Écrit par : Jean-Michel | mercredi, 15 août 2012

Je reviens d'un court séjour à Florence où, lors de ma visite en l'Eglise Sainte-Félicité pour admirer l'œuvre du " Pontormo ", j 'ai rencontré le curé qui me disait que la Sainte était morte à Rome ; ce à quoi j'ai, avec le respect que je lui portais, rétorqué que, née en Tunisie, grandie à Carthage, je connais bien le site et affirmais que les deux jeunes femmes avaient été martyrisées dans le Cirque, en bas de la colline !
Contente d'avoir lu toute votre documentation !
Vu, aussi, les mosaïques des deux Saintes, au Musée de Ravenne. Merci.

Écrit par : Rose | mercredi, 25 septembre 2013

Bonne Fête en ce 7 mars 2014, A Sainte Perpétue et Félicité, et je pense aussi au martyr de leur compagnons. Reconnaissance profonde pour nous avoir relaté l'histoire de nos martyrs. Je loue leur foi et amour inouie pour Jésus-Christ le Fils de Dieu, qui nous a manifesté le Père Céleste en Sa Divinité et Humanité.Et surtout reconnaissance et que d'amour pour la Vierge Marie qui a revêtu Dieu en Jésus de son humanité dans la Toute Puissante de l'Esprit-Saint. Louange et Gloire à Toi Oh Toute Puissante Divine!à travers tes Saints et Saintes et en ce jour de fête de Sainte Perpétue et Félicité et leurs compagnons martyrs qui sont Ta Miséricorde pour nous tes enfants ici bas.Perpétue, Félicité et leurs compagnons par leur foi et amour pour Jésus, a réveillé de nouveau notre conscience pour nous ramener à Lui, pour ma part, Notre Bien Suprême. Je viens à ce jour, supplier Sainte-Perpétue, Félicité et compagnons d'intercéder pour faire grâce à Gabrielle pour la réussite à son concours caplp depuis le 06 mars 2014. Que votre martyre ici bas oh Vous nos chers intercesseurs fait appel à la Miséricorde Divine pour Gabrielle. Vous la connaissez car depuis vous êtes dans la Gloire de Dieu. Vous voyer ses efforts, courage, persévérance pour avoir son concours afin d'être une bonne enseignante pour l'édification de ses élèves et contribuer à l'épanouissement et au bien être de ses proches dont elle a la responsabilité.
Toute ma confiance en Vous Sainte-Perpétue et Félicité et compagnons martyrs pour intercéder pour nous de la Haut.
Guylène

Écrit par : Guylène | vendredi, 07 mars 2014

Je me suis toujours posé la question de savoir qui étaient Sainte Perpétue et Sainte Félicité que l'on cite dans la litanie des Saints ; après découverte et lecture brève de leur vie, j'en suis comblée et je béni le ciel pour ces martyres de l’Afrique, car étant donné que l'on entendait toujours parlé des martyrs d'autre continent...

Mes très saintes Perpétue et Félicité, en ce jour où l'on vous célèbre, je béni le ciel pour avoir attiser ma curiosité à vous connaitre ; j'implore votre intercession pour le salut de mon âme, et aussi la grâce de trouver un emploi conséquent ainsi qu'un foyer. Amen ! Alléluia !

Écrit par : Brigitte Tchatie | vendredi, 07 mars 2014

J'ai pris plaisir à lire l'histoire de ces deux saintes. Etant moi même africaine, je suis toute fière. Puisse Dieu nous accorder la grâce de ne jamais le renier,et le servir en tout temps. amen....

Écrit par : Sena | mardi, 13 mai 2014

Les commentaires sont fermés.