UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 mai 2017

26 mai. Saint Philippe de Néri, fondateur de l'Oratoire. 1595.

- Saint Philippe de Néri, fondateur de l'Oratoire. 1595.
 
Papes : Léon X ; Clément VII.
 
" Si nous voulons aider avec zèle notre prochain, nous ne devons réserver pour nous-même ni lieu, ni heure, ni saison."
Saint Philippe de Néri.
 

D'après nature. Pierre-Paul Rubens. XVIIe.

Notre saint est né en 1515 à Florence de deux parents illustres par la naissance, François de Néri et Lucrèce Soldi. Il perdit sa mère alors qu'il était encore bien jeune mais en trouva une seconde dans la personne de la deuxième épouse que son père prit à la suite de la douloureuse disparition de Lucrèce.

Dès l'âge de 5 ans, on ne l'appelait plus que le bon petit Philippe tant il était non seulement obéissant mais encore généreux et agréable à tous, s'approchant avec innocence et coeur de certains pieux religieux de la ville dont il voulait imiter les exemples.
 
Bientôt François de Néri l'envoya chez un parent, Romulus, pour apprendre le négoce et compléter son éducation. Cet homme bon fut tellement charmé par Philippe qu'il résolut d'en faire son héritier.

Corrado Giaquinto. XVIIIe.

Il n'en fallait pas plus pour que notre saint ne vît dans cette favorable disposition un piège du démon. Il quitta alors le domicile de son oncle, se remettant dans les mains du Seigneur, afin d'aller à Rome étudier. Là, il rencontra un Florentin installé à Rome, Galeatto Caccia, qui fut charmé lui aussi des desseins de saint Philippe et qui lui offrit de l'héberger et de lui fournir l'essentiel. En retour, notre saint s'engagea à parfaire l'éducation des enfants de son bienfaiteur ; ce qu'il fit avec talent et pour le plus grand bonheur de leur père.

Il passa chez Galeatto Caccia deux années dans l'isolement et la piété. Bientôt, cette vie vertueuse fut connut et la rumeur de piété de notre saint alla jusqu'à Florence. Sa soeur, Elizabeth, n'en fut pas étonné et dit bien volontiers que dans leur jeune âge elle avait distinguer chez son frère les disposition d'un grand saint.

C'est alors que le jeune homme se sentit attirer par l'étude de la philosophie et qu'il entra au collège romain où il suivit les cours des meilleurs maîtres avec intelligence et succès. A l'issu, il poursuivit ses études au collèges des Augustins et réussit ramarquablement sa théologie.


Eglise Sainte-Croix. Paulmy. Touraine. XVIIe.

Il garda toute sa vie durant deux livres, ayant vendu les autres à la fin de ses études pour en distribuer le prix aux pauvres : la sainte Bible et la somme de saint Thomas d'Aquin qu'il consultait souvent et particulièrement dès qu'un problème délicat se présentait à lui.

Laïc jusqu'à l'âge de 36 ans, il exerça son apostolat de simple prêtre entièrement au coeur de la Rome du XVIe siècle. L'attention qu'il porte aux déshéritée est le centre de son oeuvre. Ses actions furent nombreuses.

Il fonda d'abord une maison de convalescence pour les malades, auxquels il rendait continuellement visite dans les hôpitaux. Il créa pour les pélerins, une Confraternité spéciale et leur construisit une grande maison dédiée à la Sainte Trinité.

Il pris soin des malades mentaux, abandonnés jusqu'alors par les rues, et fonda pour les accueillir l'institut de Santa Maria della Pietà, premier établissement de ce genre. L'écho de son oeuvre se répandit bientôt et influença profondément la vie de la ville et celle de l'église. Pendant 50 ans, saint Philippe représenta le seul point de référence pour tous, papes, saints, puissants et humbles, évêques et laiques. Il dirigea leurs consciences comme confesseur, les aida à résoudre leurs problèmes quotidiens, donna à leur foi un sens plus élevé et conscient.


Dessin d'étude. Paolo di Mattheis. XVIIe.

La création de l'Oratoire Séculier, fut une de ses entreprises les plus innovatrices. Il y reccueillit des hommes de tout milieu et de toute culture, les unissant dans l'amour pour la musique et la culture et les impliquant dans des moments d'approfondissement spirituel par la lecture de la Bible et la prière. Avec son charisme, il réussissait à les employer tous, nobles comme gens du peuple, dans des activités caritatives et pour assister les malades dans les hôpitaux.

Il était particulièrement habile pour inciter les artistes à mettre leur génie au service de Dieu : c'est ainsi que naquirent les Oratoires de musique, les Annales d'Histoire Ecclésiastique et un regain d'intéret pour l'archéologie sacrée.

Toujours gai, il communiquait sa joie à ceux qui l'approchaient. Pour cette raison, le peuple de Rome s'en souvient comme du " Saint de la Joie ".
Il aimait les jeunes, les éduquait joyeusement à la vie chrétienne tout en comprenant leurs besoins.
" Tenez vous tranquilles, si vous pouvez !", aimait-il dire aux jeunes qui vivaient dans les rues de Rome, souvent abandonnés à eux-mêmes.
Il fonda pour eux la première école organisée et un collège pour les pauvres les plus capables.


Notre Dame apparaissant à saint Philippe Néri. G. Tiepolo. XVIIe.

La Visite aux Sept Eglises est une autre de ses initiatives. Pendant la période de Carnaval il emmenait des milliers de personnes de tout rang, dans de longues promenades aux basiliques antiques perdues dans la campagne romaine et riches de la mémoire des martyrs. C'était ainsi une occasion de joie sereine mais aussi de reccueillement et de prière.

Il fonda la Congrégation de l'Oratoire, premier exemple de vie en commun du clergé séculier, qui s'est diffusé ensuite en Italie et dans beaucoup d'autres nations.
Derrière cet infatigable engagement missionnaire et pastoral, il eut toujours une intense vie de prières, riche d'expériences mystiques. L'expérience qu'il eut le jour de la Pentecôte 1544, fut fondamentale pour sa vie. Ce jour là, dans les Catacombes de saint Sébastien, une boule de feu pénétra dans son coeur en lui dilatant la poitrine.

L'an du salut 1595, le huit des calendes de juin, jour auquel tombait la fête du Saint-Sacrement, après avoir célébré le Sacrifice dans les transports d'une pieuse joie, et avoir exercé les autres fonctions ordinaires, il s'endormit dans le Seigneur âgé de quatre-vingts ans, un peu après minuit, à l'heure même qu'il avait prédite. Après sa mort il éclata encore par ses miracles. Canonisé en 1622, saint Philippe Neri est aujourd'hui un des saints patrons de la ville de Rome.

Saint Philippe de Néri et saint Charles Borromée.
Anonyme du XVIIe. Bourgogne.
 
PRIERE
 
" Vous avez aimé le Seigneur Jésus, Ô Philippe, et votre vie tout entière n'a été qu'un acte continu d'amour ; mais vous n'avez pas voulu jouir seul du souverain bien. Tous vos efforts ont tendu à le faire connaître de tous les hommes, afin que tous l'aimassent avec vous et parvinssent à leur fin suprême. Durant quarante années, vous fûtes l'apôtre infatigable de la ville sainte, et nul ne pouvait se soustraire à l'action du feu divin qui brûlait en vous. Nous qui sommes la postérité de ceux qui entendirent votre parole et admirèrent les dons célestes qui étaient en vous, nous osons vous prier de jeter aussi les regards sur nous. Enseignez-nous à aimer notre Jésus ressuscité. Il ne nous suffit pas de l'adorer et de nous réjouir de son triomphe ; il nous faut l'aimer : car la suite de ses mystères depuis son incarnation jusqu'à sa résurrection, n'a d'autre but que de nous révéler, dans une lumière toujours croissante, ses divines amabilités.

C'est en l'aimant toujours plus que nous parviendrons à nous élever jusqu'au mystère de sa résurrection, qui achève de nous révéler toutes les richesses de son coeur. Plus il s'élève dans la vie nouvelle qu'il a prise en sortant du tombeau, plus il apparaît rempli d'amour pour nous, plus il sollicite notre cœur de s'attacher à lui. Priez, Ô Philippe, et demandez que " notre coeur et notre chair tressaillent pour le Dieu vivant " (Psalm. LXXXIII, 2.).

Après le mystère de là Pâque, introduisez-nous dans celui de l'Ascension ; disposez nos âmes à recevoir le divin Esprit de la Pentecôte ; et lorsque l'auguste mystère de l'Eucharistie brillera à nos regards de tous ses feux dans la solennité qui approche, vous, ô Philippe, qui l'ayant fêté une dernière fois ici-bas, êtes monté à la fin de la journée au séjour éternel où Jésus se montre sans voiles, préparez nos âmes à recevoir et à goûter « ce pain vivant qui donne la vie au monde." (Johan. VI, 33.).
 
Notre Dame avec notamment saint Jean-Baptiste et
saint Philippe Néri. Pietro da Cortona. XVIIe.
 
La sainteté qui éclata en vous, Ô Philippe, eut pour caractère l'élan de votre âme vers Dieu, et tous ceux qui vous approchaient participaient bientôt à cette disposition, qui seule peut répondre à l'appel du divin Rédempteur. Vous saviez vous emparer des âmes, et les conduire à la perfection par la voie de la confiance et la générosité du coeur. Dans ce grand oeuvre votre méthode fut de n'en pas avoir, imitant les Apôtres et les anciens Pères, et vous confiant dans la vertu propre de la parole de Dieu. Par vous la fréquentation fervente des sacrements reparut comme le plus sûr indice de la vie chrétienne. Priez pour le peuple fidèle, et venez au secours de tant d'âmes qui s'agitent et s'épuisent dans des voies que la main de l'homme a tracées, et qui trop souvent retardent ou empêchent l'union intime du créateur et de la créature.

Vous avez aimé ardemment l'Eglise, Ô Philippe ; et cet amour de l'Eglise est le signe indispensable de la sainteté. Votre contemplation si élevée ne vous distrayait pas du sort douloureux de cette sainte Epouse du Christ, si éprouvée dans le siècle qui vous vit naître et mourir. Les efforts de l'hérésie triomphante en tant de pays stimulaient le zèle dans votre coeur : obtenez-nous de l'Esprit-Saint cette vive sympathie pour la vérité catholique qui nous rendra sensibles à ses défaites et à ses victoires. Il ne nous suffit pas de sauver nos âmes ; nous devons désirer avec ardeur et aider de tous nos moyens l'avancement du règne de Dieu sur la terre, l'extirpation de l'hérésie et l'exaltation de notre mère la sainte Eglise : c'est à cette condition que nous sommes enfants de Dieu. Inspirez-nous par vos exemples, Ô Philippe, cette ardeur avec laquelle nous devons nous associer en tout aux intérêts sacrés de la Mère commune. Priez aussi pour cette Eglise militante qui vous a compté dans ses rangs comme un de ses meilleurs soldats. Servez vaillamment la cause de cette Rome qui se fait honneur de vous être redevable de tant de services. Vous l'avez sanctifiée durant votre vie mortelle ; sanctifiez-la encore et défendez-la du haut du ciel."

00:15 Publié dans P | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Bonjour.
Merci pour cet excellent article sur un grand saint... Pourriez-vous me dire s'il existe des écrits de Saint Philippe Néri ? Et quelles sont les premières biographies relatant la vie surnaturelle de ce saint ? Merci.

Écrit par : Jerôme | mercredi, 08 juin 2016

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire