UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 25 juillet 2017

25 juillet. Saint Christophe ou Christophore, martyr en Lycie. 254.

- Saint Christophe ou Christophore, martyr en Lycie. 254.

Pape : Saint Lucius Ier (254 +) ; saint Etienne Ier. Empereurs romains : Valérien ; Gallien.

" Te novimus, Chritophore, christiferum ; simul junxit ensis martyrem Christo Deo."
" Nous savions, Ô Christophe, que tu portais le Christ dans ton coeur ; et l'épée qui a tranché tes jours n' fait que t'unir plus étroitement à ton Dieu."
Acta sanctorum.


Dirck Bouts. Brabant. XVe.

C'est une chose indubitable qu'il y a eu dans l'Église un saint Christophe, qui, selon la signification de son nom, a porté Notre Seigneur Jésus-Christ dans son coeur par le pur amour qu'il a eu pour lui : dans sa bouche par la prédication de son Evangile, et dans ses membres par la participation de ses souffrances. Les très nombreuses églises et chapelles dédiées sous son nom, les fêtes établies en son honneur, les mémoiresqu'en font tous les bréviaires et les martyrologes, et ses images exposées publiquement dans un nombre de cathédrales, en sont une preuve convaincante.

Mais, pour les circonstances de son histoire, elles ne sont pas tout à fait certaines : soit parce que l'antiquité n'a pas eu le soin de les écrire exactement, soit parce que la malice des hérétiques, pour en obscurcir la vérité, y a inséré des choses trop extraordinaires et qui sont tout à fait hors de créance.


Heures à l'usage de Langres. XVe.

Il est donc à propos, dans cette vie, de faire un sage discernement de la vérité et du mensonge, et de dire tellement ce qui peut faire tort à la gloire de ce très glorieux Martyr, qu'on en dise rien que de bien établi et qui soit appuyé sur de suffisant témoignages. Le cardinal Baronius, qui a examiné ses Actes, n'en trouve point de plus assurés que ceux qui sont compris dans l'Hymne très ancienne du Bréviaire des Mozarabes, dressé par saint Isidore, auquel il faut ajouter ce que nous en apprenons de la préface de saint Ambroise, pour la messe de saint Christophe, rapportée par Surius.

Cette Hymne, O beate mundi auctor, du Bréviaire mozarabe fait allusion, dans ses seize strophes, à tous les points de la légende de saint Christophe telle qu'elle est rapportée par le bienheureux Jacques de Voragine dans sa Légende dorée. Nous la rapportons ici car elle a de grandes vertus apologétiques, même si, insistons encore, elle n'est pas très exactement recevable et avérée en tous points.


Domenico Ghirlandaio. XVe.

Christophe, avant son baptême, se nommait Reprobus, Réprouvé, mais dans la suite il fut appelé Christophorus, Christophe, comme si on disait : qui porte le Christ, parce qu'il porta le Christ en quatre manières :
- sur ses épaules, pour le faire passer ;
- dans son corps, par la macération ;
- dans son coeur, par la dévotion ;
- sur les lèvres, par la confession et la prédication.

Christophe était Chananéen ; il était de haute stature et d'un port majestueux. Il avait le visage beau et agréable, les cheveux éclatants et manifestait tant de grâce dans ce qu'il faisait et disait qu'il se rendait très agréable à tous ceux qu'il rencontrait.

Il avait embrassé la carrière des armes et combattit sous le jeune empereur Gordien. C'est sous le règne de l'empereur Philippe qu'il se convertit au Christianisme.


Heures à l'usage de Paris. XVe.

D'après ce qu'on lit en ses actes, un jour qu'il se trouvait auprès d'un roi des Chananéens, et il il lui vint à l’esprit de chercher quel était le plus grand prince du monde, et de demeurer près de lui. Il se présenta chez un roi très puissant qui avait partout la réputation de n'avoir point d'égal en grandeur. Ce roi en le voyant l’accueillit avec bonté et le fit rester à sa cour.

Or, un jour, un jongleur chantait en présence du roi une chanson où revenait souvent le nom du diable ; le roi, qui était chrétien, chaque fois qu'il entendait prononcer le nom de quelque diable, faisait de suite le signe de croix sur sa figure. Christophe, qui remarqua cela, était fort étonné de cette action, et de ce que signifiait un pareil acte. Il interrogea le roi à ce sujet et celui-ci ne voulant pas le lui découvrir, Christophe ajouta :
" Si vous ne me le dites, je ne resterai pas plus longtemps avec vous."
C'est pourquoi le roi fut contraint de lui dire :
" Je me munis de ce signe, quelque diable que j'entende nommer, dans la crainte qu'il ne prenne pouvoir sur moi et ne me nuise."
Christophe lui répondit :
" Si vous craignez que le diable ne vous nuise, il est évidemment plus grand et plus puissant que vous ; la preuve en est que vous en avez une terrible frayeur. Je suis donc bien déçu dans mon attente ; je pensais avoir trouvé le plus grand et le plus puissant seigneur du monde ; mais maintenant je vous fais mes adieux, car je veux chercher le diable lui-même, afin de le prendre pour mon maître et devenir son serviteur."


Dirck Bouts. Brabant. XVe.

Il quitta ce roi et se mit en devoir de chercher le diable. Or, comme il marchait au milieu d'un désert, il vit une grande multitude de soldats, dont l’un, à l’aspect féroce et terrible, vint vers lui et lui demanda où il allait. Christophe lui répondit :
" Je vais chercher le seigneur diable, afin de le prendre pour maître et seigneur."
Celui-ci lui dit :
" Je suis celui que tu cherches."
Christophe tout réjoui s'engagea pour être son serviteur à toujours et le prit pour son seigneur.

Or, comme ils marchaient ensemble, ils rencontrèrent une croix élevée sur un chemin public. Aussitôt que le diable eut aperçu cette croix, il fut effrayé, prit la fuite et, quittant le chemin, il conduisit Christophe à travers un terrain à l’écart et raboteux, ensuite il le ramena sur la route. Christophe émerveillé de voir cela lui demanda pourquoi il avait manifesté tant de crainte, lorsqu'il quitta la voie ordinaire, pour faire un détour, et le ramener ensuite dans le chemin : Le diable ne voulant absolument pas lui en donner le motif, Christophe dit :
" Si vous ne me l’indiquez, je vous quitte à l’instant."
Le diable fut forcé de lui dire :
" Un homme qui s'appelle Christ fut attaché à la croix ; dès que je vois l’image de sa croix, j'entre dans une grande peur, et m’enfuis effrayé."
Christophe lui dit :
" Donc ce Christ est plus grand et plus puissant que toi, puisque tu as une si brande frayeur en voyant l’image de sa croix ? J'ai donc travaillé en vain, et n'ai pas encore trouvé le plus grand prince du monde. Adieu maintenant, je veux te quitter et chercher ce Christ."


Scènes de la légende de saint Christophe.
Vies de saints. R. de Montbaston. XIVe.

Il chercha longtemps quelqu'un qui lui donnât des renseignements sur le Christ ; enfin il rencontra un ermite qui lui prêcha Notre Seigneur Jésus-Christ et qui l’instruisit soigneusement de la foi.

L'ermite dit à Christophe :
" Ce roi que tu désires servir réclame cette soumission : c'est qu'il te faudra jeûner souvent."
Christophe lui répondit :
" Qu'il me demande autre chose, parce qu'il m’est absolument impossible de faire cela.
- Il te faudra encore, reprend l’ermite, lui adresser des prières.
- Je ne sais ce que c'est, répondit Christophe, et je ne puis me soumettre à cette exigence. - Connais-tu tel fleuve où bien des passants sont en péril de perdre la vie ?
- Oui, dit Christophe.
- Comme tu as une haute stature et que tu es fort robuste, si tu restais auprès de ce fleuve, et si tu passais tous ceux qui surviennent, tu ferais quelque chose de très agréable au roi Jésus-Christ que tu désires servir, et j'espère qu'il se manifesterait à toi en ce lieu.
- Oui, je puis bien remplir cet office, et je promets que je m’en acquitterai pour lui."
Il alla donc au fleuve dont il était question, et s'y construisit un petit logement. Il portait à la main au lieu de bâton une perche avec laquelle il se maintenait dans l’eau ; et il passait sans relâche tous les voyageurs.


Saint Christophe. Francesco di Giorgio Martini.
Eglise Saint-Augustin. Sienne. Etats pontificaux. XVe.

Bien des jours s'étaient écoulés, quand, une fois qu'il se reposait dans sa petite maison, il entendit la voix d'un petit enfant qui l’appelait en disant :
" Christophe, viens dehors et passe-moi."
Christophe se leva de suite, mais ne trouva personne. Rentré chez soi, il entendit la même voix qui l’appelait. Il courut de,lors de nouveau et ne trouva personne. Une troisième fois il fut appelé comme auparavant, sortit et trouva sur la rive du fleuve un enfant qui le pria instamment de le passer.

Christophe leva donc l’enfant sur ses épaules, prit son bâton et entra dans le fleuve pour le traverser. Et voici que l’eau du fleuve se gonflait peu à peu, l’enfant lui pesait comme une masse de plomb ; il avançait, et l’eau gonflait toujours, l’enfant écrasait de plus en plus les épaules de Christophe d'un poids intolérable, de sorte que celui-ci se trouvait dans de grandes angoisses et, craignait de périr.


Saint Jérôme, saint Christophe, saint Louis de Toulouse.
Giovanni Bellini. XVIe.

Il échappa à grand peine. Quand il eut franchi la rivière, il déposa l’enfant sur la rive et lui dit :
" Enfant, tu m’as exposé à un grand danger, et tu m’as tant pesé que si j'avais eu le monde entier sur moi, je ne sais si j'aurais eu plus lourda porter."
L'enfant lui répondit :
" Ne t'en étonne pas, Christophe, tu n'as pas eu seulement tout le monde sur toi, mais tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service ; et pour te prouver que je dis est la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis ta petite maison, et le matin tu verras qu'il a fleuri et porté des fruits."
A l’instant il disparut. En arrivant, Christophe ficha. donc son bâton en terre, et quand il se leva le matin, il trouva que sa perche avait poussé des feuilles, et des dattes comme un palmier.


Adam Elsheimer. XVIe.

Il vint ensuite à Samos, ville de Lycie, où il ne comprit pas la langue que parlaient les habitants, et il pria le Seigneur de lui en donner l’intelligence. Tandis qu'il restait en prières, les juges le prirent pour un insensé, et le laissèrent. Saint Christophe, ayant obtenu ce qu'il demandait, se couvrit le visage, vint à l’endroit où combattaient les Chrétiens, sous la persécution de Dèce, et il les affermissait au milieu de leurs tourments.

Alors un des juges le frappa au visage, et Christophe se découvrant la figure :
" Si je n'étais Chrétien, dit-il, je me vengerais aussitôt de cette injure."
Puis il ficha son bâton, en terre en priant le Seigneur de le faire reverdir pour convertir le peuple. Or, comme cela se fit à l’instant, huit mille hommes devinrent croyants.


Scènes de la légende de saint Christophe.
Vies de saints. Jeanne de Montbaston. XIVe.

Le roi envoya alors deux cents soldats avec ordre d'amener Christophe par devant lui ; mais l’avant trouvé en oraison ils craignirent de lui signifier cet ordre; le roi envoya encore un pareil nombre d'hommes, qui, eux aussi, se mirent à prier avec Christophe.
Il se leva et leur dit :
" Qui cherchez-vous ?"
Quand ils eurent vu son visage ; ils dirent :
" Le roi nous a envoyés pour te garrotter et t'amener à lui."
Christophe leur dit :
" Si je voulais, vous ne pourriez. me conduire ni garrotté, ni libre."
Ils lui dirent :
" Alors si tu ne veux pas, va librement partout : ou bon te semblera, et nous dirons au roi que nous ne t'avons pas trouvé.
- Non, il n'en sera pas ainsi, dit-il ; j'irai avec vous."


Panneau central d'un tryptique. Taddeo Gaddi. XIVe.

Alors il les convertit à la foi, se fit lier par eux les mains derrière le dos, et conduire au roi en cet état. A sa vue, le tyran fut effrayé et tomba à l’instant de son siège. Relevé ensuite par ses serviteurs, il lui demanda son nom et sa patrie. Christophe lui répondit :
" Avant mon baptême, je m’appelais Réprouvé, mais aujourd'hui je me nomme Christophe."
Le roi lui dit :
" Tu t'es donné un sot nom, en prenant celui du Christ crucifié, qui ne s'est fait aucun bien, et qui ne pourra t'en faire. Maintenant donc, méchant Chananéen, pourquoi ne sacrifies-tu pas à nos dieux ?"
Christophe lui dit :
" C'est à bon droit que tu t'appelles Dagnus [Damné ou danger ? Ou bien encore dague, poignard ?], parce que tu es la mort du monde, l’associé du diable ; et tes dieux sont l’ouvrage de la main des hommes."
Le roi lui dit :
" Tu as été élevé au milieu des bêtes féroces ; tu ne peux donc proférer que paroles sauvages et choses inconnues des hommes. Or, maintenant, si tu veux sacrifier, tu obtiendras de moi de grands honneurs, sinon, tu périras dans les supplices."
Et comme le saint ne voulut pas sacrifier, Dagnus le fit mettre en prison ; quant aux soldats qui avaient été envoyés à Christophe, il les fit décapiter pour le nom de Notre Seigneur Jésus-Christ.


Heures à l'usage de Rome. XIIIe.

Ensuite il fit renfermer avec Christophe dans la prison deux filles très belles, dont l’une s'appelait Nicée et l’autre Aquilinie, leur promettant de grandes récompenses, si elles induisaient Christophe à pécher avec elles. A cette vue, Christophe se mit tout de suite en prière. Mais comme ces filles le tourmentaient par leurs caresses : et leurs embrassements, il se leva et leur dit :
" Que prétendez-vous et pour quel motif avez-vous été introduites ici ?"
Alors elles furent effrayées de l’éclat de son visage et dirent :
" Ayez pitié de nous, saint homme, afin que nous puissions croire au Dieu que vous prêchez."
Le roi, informé de cela, se fit amener ces femmes et leur dit :
" Vous avez donc aussi été séduites. Je jure par les dieux que si vous ne sacrifiez, vous périrez de malemort."
Elles répondirent :
" Si tu veux que nous sacrifiions, commande qu'on nettoie les places et que tout le monde s'assemble au temple."

Quand cela fut fait, et qu'elles furent entrées dans le temple, elles dénouèrent leurs ceintures, les mirent au cou des idoles qu'elles firent tomber et qu'elles brisèrent ; puis elles dirent aux assistants :
" Allez appeler des médecins pour guérir vos dieux."
Alors par l’ordre du roi, Aquilinie est pendue ; puis on attacha à ses pieds une pierre énorme qui disloqua tous ses membres. Quand elle eut rendu son âme au Seigneur, Nicée, sa soeur, fut jetée dans le feu ; mais comme elle en sortit saine et sauve, elle fut tout aussitôt après décapitée.


Konrad Witz. XVe.
 
Après quoi Christophe est amené en présence du roi qui le fait fouetter avec des verges de fer ; un casque de fer rougi au feu est mis sur sa tête ; le roi fait préparer un banc en fer où il ordonne de lier Christophe et sous lequel il fait allumer du feu qu'on alimente avec de la poix. Mais le banc fond comme la cire, et le saint reste sain et sauf. Ensuite le roi le fait lier à un poteau et commande à quatre cents soldats de le percer de flèches : mais toutes les flèches restaient suspendues en l’air, et aucune ne put le toucher. Or, le roi, pensant qu'il avait été tué par les archers, se mit à l’insulter ; tout à coup une flèche se détache de l’air, vient retourner sur le roi qu'elle frappe à l’œil et qu'elle aveugle.

Jan Van Eyck. Flandres. XVe.

Saint Christophe lui dit :
" C'est demain que je dois consommer mon sacrifice ; tu feras donc, tyran, de la boue avec mon sang ; tu t'en frotteras l’oeil et tu seras guéri."
Par ordre du roi ou le mène au lieu où il devait être décapité ; et quand il eut fait sa prière, on lui trancha la tête. Le roi prit un peu de son sang, et le mettant sur son oeil, il dit :
" Au nom de Dieu et de saint Christophe." Et il fut guéri à l’instant.

Alors le roi crut, et porta un édit par lequel quiconque blasphémerait Dieu et saint Christophe serait aussitôt puni par le glaive.


Vitrail originaire de l'Est de la France. XVe.

Saint Ambroise de Milan parle ainsi de ce martyr dans sa préface :
" Vous avez élevé, Seigneur, saint Christophe, à un tel degré. de vertu, et vous avez, donné une telle grâce à sa parole, que par lui vous avez arraché à l'erreur de la gentilité pour les amener à la croyance chrétienne, quarante-huit mille hommes.

Nicée et Aquilinie qui depuis longtemps se livraient publiquement à la prostitution, il les porta, à prendre des habitudes de chasteté, et leur enseigna à recevoir la couronne. Bien que lié sur un banc de fer, au milieu d'un bûcher ardent, il ne redouta pas d'être brûlé par ce feu, et pendant une journée entière, il ne put être percé par les flèches de toute une soldatesque.


L'assemblée des Martyrs. Grandes heures d'Anne de Bretagne.
Jean Bourdichon. XVIe.

Il y a plus, une de ces flèches crève l’oeil d'un des bourreaux, et le sang du bienheureux martyr mêlé à la terre lui rend la vue et en enlevant l’aveuglement du corps, éclaire son esprit car il obtint sa grâce auprès de vous et il vous a prié avec supplication d'éloigner les maladies et les infirmités."

Ces derniers mots nous expliquent ainsi le motif pour lequel saint Christophe est représenté avec des proportions gigantesques principalement aux portails des églises. On se croyait à l’abri des maladies et des infirmités dès lors qu'on avait vu la statue du saint, de là ces vers :

" Christophore sancte, virtutes saut tibi tantae,
Qui te mane vident, nocturno tempore rident.
Christophore sancte, speciem qui eumque tuetur,
Ista nempe die non morte mala morietur.
Christophorum videas, postea tutus eas."

On plaçait le 25 juillet, dans plusieurs lieux, sous le commun auspice de saint Christophe et de saint Jacques, la bénédiction des fruits du pommier.


Psautier & Heures. Beaune. XIIIe.

RELIQUES

Une grande partie des reliques de saint Christophe sont en Espagne. L'église de Tolède en possède quelques ossements, que Tamayo dit avoir été apportés dès l'année 258, c'est-à-dire quatre ans après son décès. Celle de Valence en a davantage, mais elle les a eu de Tolède, lorsque cette ville fut ruiné par les bêtes féroces de l'Islam en 828. On en montre un bras à Compostelle et une mâchoire à Astorga. Tous ces membres sont d'une grandeur extraordinaire.

Nous avons à Paris une paroisse qui porte son nom et qui est fort ancienne, une des premières de la cité.

Les Bénédictins, qui ont possédé des établiseements considérables dans l'ancien diocèse de Toul, paraissent y avoir apporté quelques reliques de notre Saint, dont quelques-unes subsistent encore. L'eglise de Sénone possède un fragment important d'un os du deuxième bras de saint Christophe, provenant de l'ancienne abbaye du lieu. L'église de Moyen-Moutier, dans la même vallée, possède l'extrémité articulaire d'un grand os, probablement l'humérus. L'église de Lay-Saint-Christophe, au diocèse de Nancy, possède un fragment d'os.


Tommaso del Mazza. XVe.

00:20 Publié dans C | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Saint Christophe m'inspire beaucoup, surtout en ce moment de sécularisation. Il nous demande d'être aussi porteur du Christ non seulement dans nos coeurs mais aussi auprès des autres.

Écrit par : Ephrem Mwandulo | lundi, 12 novembre 2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire