UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 21 mars 2017

21 mars. Saint Benoît, premier abbé du Mont-Cassin, patriarche des moines d'Occident. 543.

- Saint Benoît, premier abbé du Mont-Cassin, patriarche des moines d'Occident. 543.

Papes : Saint Simplice, Vigile. Empereurs : Zénon, Justinien.

" Les montagnes... Là-haut Dieu a pris sa demeure ; des églises se sont élevées. La foi s'emparant des montagnes en a fait des ostensoirs d'où rayonne le Saint-Sacrement. Si cela tombe, d'autres choses tomberont."
Parf. de Rome, chap. XXIII.

Saint Benoit. Détail de l'autel doré de la cathédrale de Bâle. XIe.
Il fut commandé par le saint Empereur Romain Germanique, Henri II,
suite à sa guérison de la maladie de la pierre au Mont-Cassin.

Saint Berthaire (que l'on fête au 23 octobre), très saint abbé du Mont-Cassin, et illustre martyr de Notre Seigneur Jésus-Christ, considérant le temps auquel saint Benoît vint au monde, fait remarquer que ce grand Saint y parut comme une lumière au milieu des ténèbres, ou comme un médecin envoyé de Dieu pour guérir les plaies de l'humanité à cette époque ; car alors il n'y avait point de roi ni de prince souverain sur la terre, qui ne fût athée, idolâtre, ou hérétique, tant le siècle était corrompu.

Il naquit vers l'an 480, an pays des Sablas, que l'on appelle aujourd'hui l'Ombrie ou le duché de Spolète, et dans la ville de Norcia ; quelques-uns unt écrit qu'il était, par son père Eutrope, de l'ancienne famille des Anicius, qui a donné à Rome un grand nombre de consuls et d'empereurs, et par sa mère Abondance, le dernier rejeton des seigneurs de Norcia. Saint Grégoire le Grand, pape de Rome, qui est le premier auteur de sa vie, assure que le nom de Benoît lui fut imposé pour marquer mystérieusement les bénédictions célestes dont il devait être comblé.


Saint Benoît. Eglise de Saint-Thurial. Diocèse de Rennes. Bretagne.

Il fit paraître dès son enfance de fortes inclinations pour la vertu ; et, dans un âge qui semble avoir la légèreté pour partage, il témoignait déjà une grande maturité dans ses actions, méprisant toutes les choses de la terre et ne respirant que celles du ciel. On l'envoya à 7 ans étudier à Rome, et il y fit en 7 autres années qu'il y demeura, un progrès notable : il donnait sujet d'espérer, s'il continuait ses études, qu'il deviendrait un des plus habiles hommes de son temps ; mais, craignant que le mauvais exemple d'une jeunesse débauchée dont cette ville était remplie, ne fît quelque impression sur son coeur, il résolut, à 14 ans, de s'en retirer secrètement : il aimait mieux demeurer moins savant et devenir plus vertueux, que de se rendre parfait dans les sciences humaines et devenir vicieux.

A la suite de cette résolution, il abandonna Rome et tout ce qu'il avait de parents et d'amis, et, par une sage folie et une savante ignorance, selon les termes de saint Grégoire, il alla chercher dans les déserts, et hors du commerce du monde, un genre de vie en laquelle il pût servir Dieu avec plus de ferveur et moins de péril. Sa nourrice, qui se nommait Cyrille, et qui l'aimait tendrement, le suivit : et ce fut à son occasion, qu'étant arrivé à un village appelé Afide, il fit le premier de ses miracles, dont la connaissance soit venue jusqu'à nous ; cette femme ayant cassé par hasard un vase de terre qu'elle avait emprunté à quelques pauvres gens de l'endroit, le Saint en rejoignit les morceaux, et le rétablit par sa prière au même état qu'il était auparavant ; en mémoire de ce miracle, les habitants l'attachèrent à la porte de leur église, où il est demeuré jusqu'à l'irruption des Lombards. On regarda bientôt Benoît comme un Saint dans tout le voisinage : ce lui fut un motif extrêmement puissant pour s'en retirer.


Saint Benoît réparant miraculeusement le vase de terre.
Francisco de Zurbarán. XVIIe.

Il se déroba donc secrètement à ceux qui avaient été témoins du prodige, et à sa nourrice même, et s'en alla en un lieu distant de Rome de 40 milles, appelé Subiac, où il y avait des moines qui vivaient dans une très-sainte austérité.

Sainte Hildegarde assure, dans ses révélations, qu'il y fut conduit par deux anges, qui l'avaient aussi tiré de Rome.

Comme il gravissait une montagne pour trouver le lieu qu'il souhaitait, Dieu permit qu'il fût aperçu par un de ces solitaires, nommé Romain ; celui-ci admirant sa ferveur, offrit de l'assister et de coopérer à son pieux dessein en tout ce qui lui serait possible. Benoît ayant accepté cette offre, Romain lui donna premièrement un habit religieux, puis il le conduisit dans une caverne extrêmement secrète et presque inaccessible, que la nature avait taillée dans l'enfoncement d'un rocher, et que l'on appelle maintenant la Sainte Grotte. C'était en l'an 404.

Ce fut là que ce grand Saint, séparé de tous les hommes, commença cette terrible pénitence, dont la pensée est capable d'étonner les plus hardis. Romain l'y nourrit pendant 3 ans, lui descendant de temps en temps, dans une corbeille, un morceau de pain, qui faisait toute sa subsistance. Il ne rompait pas pour cela son silence, mais il l'appelait avec une sonnette attachée à la corde de la corbeille. L'ennemi commun des hommes, ne pouvant supporter ni l'austérité de l'un ni la charité de l'autre, cassa un jour cette sonnette. Mais sa malice ne les empêcha pas de continuer toujours leur saint commerce, jusqu'à ce nu'il plut à Dieu de découvrir au monde la sainteté de son serviteur, et de l'y faire paraitre pour le salut d'une infinité de personnes. Voici comment la chose arriva.


La prière de saint Benoît. Le miracle du tamis. Le départ pour Subiaco.
Ambroggio da Fossano. XVIe.

Un saint prêtre, curé, si l'on en croit la tradition, d'un bourg appelé Mente-Preclaro, distant de quatre milles de cette grotte, s'était fait apprêter à dîner pour le jour de Pâques ; Notre-Seigneur lui apparut en songe, et lui dit :
" Mon serviteur meurt de faim dans une caverne, et tu te prépares des mets délicieux."
A cette voix, il se lève, et prenant ce que l'on avait disposé pour sa table, il se met en chemin pour chercher le saint inconnu.

Il marcha longtemps entre les montagnes et les rochers sans savoir où il allait ni où il devait aller ; mais la main de Dieu le conduisant, il arriva enlin dans la grotte de Benoît. Il y trouva le Saint, se mit en prières avec lui, et, après l'oraison, il l'invita à prendre la nourriture que Notre-Seigneur lui envoyait, parce que c'était ce jour-là la fête de sa Résurrection, en laquelle l'Eglise a coutume de rompre le jeûne. Saint Benoît connaissant que Dieu l'avait envoyé, hésita, puis vu l'insistance, acquiesça à sa prière : ils mangèrent ensemble de ce qu'il avait apporté, et après un entretien plein de lumière et d'onction, sur les moyens de plaire à Dieu et d'arriver à la perfection, ils se séparèrent, le prêtre retournant à son église et le Saint demeurant dans sa grotte, plein de reconnaissance envers son divin bienfaiteur.


Le repas de saint Benoît et du curé de Monte. Anonyme flamand. XVIe.

De si heureux commencements ayant jeté la terreur dans l'esprit de Satan, il résolut d'étouffer dans son berceau cette sainteté naissante. Pour en venir à bout, il prit la figure d'un merle, et, sous cette figure, il vint voltiger autour de lui, et il en approcha même de si près, que le saint jeune homme l'eût aisément pris de la main ; mais comme ce brave soldat de Jésus-Christ était déjà bien expérimenté dans la milice spirituelle, se doutant de ce que c'était, il forma sur lui le Signe de la Croix ce qui fit aussitôt évanouir ce prestige.

Cependant il sentit au même instant une si furieuse tentation de la chair, qu'il était sur le point d'y succomber, et que, dans le trouble où il était, il commençait presque à délibérer s'il ne laisserait point sa solitude.

Mais il lutta contre cette tentation, et se dépouilla et se jeta nu dans un champ d'épines et de ronces, au milieu desquelles il se roula si longtemps, que, par une infinité d'écorchures et de plaies, il fit sertir le sang de tous les endroits de son corps ; ainsi, par la douleur sensible et par ces ruisseaux de sang, il éteignit l'ardeur que la concupiscence avait allumée dans ses membres.

La victoire de notre Saint fut si parfaite, qu'il fut doué, à partir de ce joûr, d'une pureté angélique, et que le démon n'eut plus le pouvoir de le tenter sur cette matière.

Saint Benoît se roulant dans les épines pour vaincre
la tentation de la chair. Vies de saints. Maître de Fauvel. XIVe.

Après ce triomphe, Il devint de soldat capitaine, et de novice grand maître en l'école de la vertu. En effet, il commença dès lors à en faire leçon, suit de vive voix, soit par ses exemples, à plusieurs qui se vinrent ranger sous sa discipline. L'abbé d'un monastère voisin étant décédé, les religieux jetèrent aussitôt les yeux sur lui et l'élurent en sa place ; mais comme ils étaient tombés dans un grand relâchement et qu'ils ne pouvaient supporter la force de ses remontrances, ils se repentirent bientôt de leur choix, et allèrent jusqu'à cet excès de fureur de conspirer ensemble sa mort et de mettre du poison dans un verre qu'ils lui présentèrent. Ils ne purent néanmoins lui nuire, parce que Dieu, qui révèle quand il lui plait les pensées les plus secrètes des hommes, fit connaître à son serviteur le péril où il était, domme si une pierre fût tombée dedans. La conspiration étant ainsi découverte, le Saint leur dit sans se troubler :
" Que Dieu vous pardonne, mes frères ! Ne vous avais-je pas bien dit que vos moeurs ne s'accordaient nullement avec les miennes ? Cherchez un autre abbé qui vous gouverne à votre guise ; pour moi, je ne demeurerai pas davantage avec vous."

Saint Benoît laissa donc ce lieu où il ne produisait aucun fruit, et se retira dans sa première solitude ; n'ayant plus que le corps sur la terre, il menait une vie plus angélique qu'humaine, s'absorbant dans la contemplation des perfections divines, et s'étudiant à en former dans lui-même une image et une vive ressemblance.

Mais la charité qui consumait son coeur ne pouvant cacher ses flammes, plusieurs personnes, désireuses de l'imiter, vinrent en ce désert ; bientôt, au lieu d'un monastère qu'il avait laissé, il en fonda 12 ; dans chacun il mit d'abord 12 religieux avec un supérieur pour les conduire. Et, pour lui, comme le surintendant de tous, il veillait sur eux et allait de l'un à l'autre pour les assister dans leurs besoins. Ces monastères étaient dans la province de Valeria, peu éloignés les uns des autres. Celui de Sainte Scolastique, où le Saint faisait sa résidence, et celui de la Sainte-Grotte sont les seuls qui subsistent aujourd'hui ; il n'y a plus à la place des autres que des ruines et quelques cellules.


Présentation de saint Maur et de saint Placide à saint Benoît.
Jean Bernard Chalette. XVIIe.

Il ne fut pas seulement recherché de ceux qui voulaient quitter le monde et s'enrôler sous la bannière de la croix, il le fut aussi de plusieurs seigneurs, qui, par une estime singulière pour sa personne, lui amenèrent leurs enfants, afin qu'il les format de sa main à la pratique de la vertu, et qu'ils apprissent les sciences humaines sous les maîtres qu'il leur donnerait : Equice lui amena son fils Maur, âgé de 12 ans, et Tertulle, Patrice, lui amena son fils Placide, âgé seulement de 7 ans. Saint Grégoire a déjà parlé, dans la vie de saint Maur, du miracle insigne que le saint Abbé lui fit faire, pour retirer le petit Placide d'un lac où il allait se noyer ; saint Maur marcha sur les eaux à pied sec et comme sur la terre ferme. Saint Grégoire en marque encore d'autres qui ont précédé sa sortie de la solitude de Subiac.

Saint Benoît ordonnant à saint Maur de venir au secours de
saint Placide qui se noie dans le lac. Fra Filippo Lippi. XVe.

Dans l'un de ses monastères, il y avait un religieux qui ne pouvait demeurer à l'oraison ; mais aussitôt que les frères se prosternaient pour la faire, il sortait de l'oratoire pour donner une entière liberté à ses pensées. Le supérieur lui en fit souvent la correction ; mais comme c'était sans succès, il le mena à saint Benoît, afin que l'autorité d'un si grand homme gagnât sur lui ce que ses remontrances ne pouvaient obtenir. Ce pauvre Frère promit bien d'être plus fervent à l'avenir ; mais sa résolution ne dura que 2 jours, de sorte que le supérieur fut obligé de donner avis au Saint que le scandale continuait.

Il vint lui-même y apporter remède et amena saint Maur en sa compagnie ; s'étant mis en oraison avec les frères, il vit un enfant noir qui tirait le religieux par la robe :
" Apercevez-vous, dit-il au supérieur et à saint Maur, celui qui débauche ce Frère ?"
Ils répondirent que non.
" Prions donc Notre-Seigneur, ajouta-t-il, qu'il vous découvre ce secret."
Au bout de deux jours, saint Maur le vit, et saint Benoît ayant suivi ce vagabond, qui était sorti, selon sa coutume, il prit une baguette et en frappa le coupable ; ce qui le délivra entièrement de cette tentation du démon.

Bannière de procession. Eglise Saint-Benoît de
Saint-Benoît des Ondes. Pays malouin. Bretagne.

Entre les 12 maisons qu'il avait fait bâtir, il y en avait 3 sur les rochers qui n'avaient point d'eau. Les religieux, qui avaient une peine extrême pour en venir chercher en bas dans le lac, parce que la descente était difficile et dangereuse, le prièrent d'y pourvoir ou de changer leur demeure ; il leur promit de les contenter, et, ayant fait une prière fervente, il fit sourdre du roc une fontaine dont les eaux coulent encore, abondamment jusque dans la plaine.

Un de ses novices, Goth de nation, travaillant auprès du lac, pour en défricher les bords, donna un si grand coup dans le bois, que le fer de son instrument, se détachant du manche, sauta dans l'eau sans qu'il y eût moyen de l'en retirer. Le Saint y vint, prit le manche de la main de son novice, le mit dans le lac, et aussitôt le fer remonta de lui-même, et, nageant sur l'eau, vint se remettre dans son manche, Le Saint rendit l'instrument au novice, et l'ayant consolé, lui commanda de continuer son travail.

Ces prodiges et une infinité d'autres faisaient voler de tous côtés la réputation de ce nouvel Elisée ; mais le démon, qu'un si heureux progrès mettait dans une rage extrême, entreprit de troubler son repos par le moyen d'un envieux. C'était un ecclésiastique, nommé Florent, qui demeurait auprès du principal des 12 monastères : de celui où saint Benoît faisait ordinairement sa résidence. Cet homme, véritablement indigne de son Ordre et de son caractère, attaqua premièrement le Saint par des médisances secrètes :
" Il n'était pas si saint qu'il se faisait ; ce n'était en réalité qu'un hypocrite et un fourbe, qui, sous de belles apparences de vertu, machinait quelque mauvais dessein."


Saint Benoît et le miracle du corbeau.
Vies de saints. J. de Monbaston. XIVe.

Voyant qu'il n'avançait en rien contre sa réputation par tous ses mauvais discours, il tâcha de lui enlever la vie par un pain empoisonné, qu'il lui envoya comme une marque d'amitié et de bienveillance, de même que l'on envoyait encore, au siècle dernier, du pain bénit, comme encore de nos jours chez les schismatiques " orthodoxes ".

Le Saint l'en remercia fort civilement, quoiqu'il n'ignorât pas la qualité de ce pain. Mais un corbeau, qu'il nourrissait de sa main, ayant volé vers lui, le Saint lui ordonna de prendre le pain et de le porter en un lieu écarté de la vue des hommes ; l'animal ne l'osait faire par la crainte du poison, jusqu'à ce que le saint Abbé l'eût assuré qu'il n'en recevrait nul dommage, parce qu'il ne lui commandait pas de le manger, mais seulement de le porter en un lieu inconnu, où il ne pût nuire à personne.

Ce n'est pas tout ; ce malheureux homme s'avisa d'une autre malice encore plus noire que les précédentes ; il gagea sept filles de mauvaise vie et les fit entrer secrètement dans le jardin du monastère, pour y danser sans pudeur et y faire mille insolences à la vue des cellules des religieux. N'ayant pu nuire au saint Abbé, ni eu sa réputation par la médisance, ni en sa vie par le poison, il voulait du moins l'affliger dans ses enfants par le scandale qu'il leur donnerait ; c'était le toucher à la prunelle de ses yeux. Aussi le saint Père, qui ne s'était point ému ni pour les calomnies de son persécuteur, ni pour l'attentat qu'il avait commis coutre sa personne, en le voulant faire mourir, quitta à ce coup la partie, et, cédant à l'orage, il se retira de ce monastère avec quelques-uns de ses disciples.
Mais que peut la malice de l'homme contre la sagesse de Dieu ? Les calomnies s'étaient dissipées, et l'attentat, ayant été découvert, n'avait point eu d'effet ; de même, la victoire que Florent prétendait avoir remportée par la fuite du Saint, ne fut pas de longue durée ; comme il se divertissait sur une galerie de son logis, elle s'écroula sous ses pieds et l'écrasa dans sa chute, le reste de la maison subsistant en son entier, tel qu'il était auparavant.


Saint Benoît. Pietro Perugino. XVIe.

A ce propos, nous ne voulons pas omettre un acte de la parfaite charité de saint Benoît : voyant que son disciple Maur paraissait joyeux en lui apprenant la mort de Florent, et en lui mandant qu'il pouvait bien revenir en assurance, puisque son ennemi n'était plus au monde, il l'en reprit aigrement et lui imposa une sévère pénitence. A cette occasion, Pierre Diacre, d'après saint Grégoire, s'écrie que ce grand homme a été rempli de l'esprit de tous les Saints, puisqu'il fait voir l'esprit de Moïse, en tirant de l'eau d'un rocher ; l'esprit d'Elie, en se faisant obéir par un corbeau ; l'esprit d'Elisée, en faisant nager le fer sur les eaux ; l'esprit de saint Pierre, en donnant à Maur, son disciple, le pouvoir de marcher sur un grand lac comme sur la terre ferme, et l'esprit de David, en pardonnant si généreusement à celui qui cherchait à le perdre et en pleurant amèrement sa mort.

Ce ne fut pas là le seul bien que Dieu tira de la malice du prêtre Florent : car saint Benoît s'étant absenté, comme nous avons dit, avec quelques-uns de ses enfants, Dieu lui fit connaître qu'il voulait se servir de lui pour la conversion de plusieurs âmes, qu'il le favoriserait en tout ce qu'il entreprendrait, et rendrait son nom et sa congrégation célèbres par tout le monde. Le Saint bénit Dieu d'une disposition si favorable et quitta avec joie les rochers de Subiac, sanctifiés par ses pénitences et par tant d'oeuvres miraculeuses qu'il y avait opérées, pour se rendre où le Ciel l'appelait. C'était au Mont-Cassin, situé dans le royaume de Naples, à 18 lieues de Rome.

Deux anges, en forme de jeunes hommes, l'y conduisirent et le mirent en possession du lieu qui, d'évêché qu'il était, fut changé en une célèbre abbaye, chef d'une infinité de monastères de l'Ordre fondé par ce glorieux Patriarche. Il y avait encore, sur cette montagne et aux environs, comme en plusieurs autres provinces d'Italie, quelques restes du paganisme, entre autres un temple d'Apollon, où cette idole était honorée comme un Dieu par les paysans de la contrée.


Episode de la construction de l'abbaye du Mont-Cassin.
Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Jacques de Besançon. XVe.

La première chose que fit saint Benoît, après une retraite et un jeûne de 40 jours pour se disposer aux fonctions de l'apostolat, fut de renverser l'autel, et de mettre l'idole en pièces, et de brûler le bocage voisin, qui servait aux superstitions du paganisme ; ayant ainsi purgé le temple, il le changea en un oratoire auquel il donna le nom de Saint-Martin, et en bâtit un autre à l'honneur de saint Jean-Baptiste, au même endroit où l'idole d'Apollon était auparavant. Il travailla ensuite, par des prédications ferventes, à la conversion du peuple d'alentour, et non content de le faire par lui-même, il dressa ses religieux à un si saint ministère ; et ainsi, tant par leur moyen que par ses grands miracles et sa vie toute céleste, qui soutenait admirablement sa parole, il fit partout un changement considérable; en fort peu de temps, le pays fut débarrassé des superstitions et des vices que Satan y avait semés, et que les prélats y avaient laissé croître par leur négligence. Telle fut l'origine du célèbre monastère du Mont-Cassin, dont le grand saint Benoît jeta les premiers fondements en l'année 529, à la 48e année de son âge, la 3e de Justinien, Félix IV étant évêque de Rome, Athalaric étant roi des Goths en Italie.

Le démon, épouvanté de tant de glorieuses victoires, renouvela ses premières persécutions contre le Saint. Ce n'était pas de nuit ni en songe qu'il lui apparaissait ; il l'obsédait continuellement sous des figures horribles, jetant le feu par les yeux, par la bouche et par les narines, et lui disant en fureur : " Benoît ! Benoît !" et comme le Saint ne faisait pas semblant de le voir ni de l'entendre, afin de lui témoigner plus de mépris, l'ennemi ajoutait :
" Maudit sois-tu, et non béni ! Qu'es-tu venu faire en ces quartiers ? Qu'as-tu à démêler avec moi ? Pourquoi prends-tu plaisir à me persécuter ?"

Tous ces efforts étant inutiles, il entreprit de traverser la construction du nouveau monastère que le Saint commençait à bâtir. Un jour, que les frères voulaient lever une pierre pour la mettre en oeuvre, il se mit dessus et la rendit si pesante qu'il était tout à fait impossible de la remuer. On en avertit le Saint : il vint sur le lieu, fit le Signe de la Croix sur la pierre, et la bénédiction eut tant de force, que cette pierre passa tout d'un coup de cette pesanteur extrême à une légèreté extraordinaire, qui lit qu'on la leva sans nulle difficulté. On la garde encore à présent au Mont-Cassin, en mémoire du miracle.

Aussitôt après, on creusa, par l'ordre du Saint, au même endroit d'où on l'avait tirée, et l'on y trouva une petite idole de cuivre. Les religieux la portèrent dans la cuisine sans nul dessein ; mais il y parut aussitôt un si grand feu, qu'il semblait vouloir consumer tous les offices ; chacun se mit en devoir de l'éteindre en y jetant de l'eau, mais le Saint, étant descendu au bruit qu'il entendit, leur fit voir que la flamme n'était qu'imaginaire, et que ce n'était qu'un prestige qui avait trompé leur vue.


Saint Benoît. Eglise de Bédée. Diocèse de Rennes.

Une autre fois, que les religieux travaillaient par obéissance à élever une muraille, le démon vint dans sa cellule, et lui dit effrontément qu'il allait visiter ses travailleurs. Le bon Père conçut bien ce qu'il voulait dire, et envoya sur-le-champ vers les frères pour les avertir d'être sur leurs gardes. A peine eurent-ils reçu cet avis, qu'un pan de la muraille tomba et écrasa sous ses ruines un petit novice, enfant de race patricienne. Cet accident affligea infiniment ses confrères ; ils allèrent trouver lour saint Abbé, et lui exposèrent avec des soupirs le malheur de ce jeune homme. Il commanda qu'on lui apportàt le corps du défunt, mais il était si brisé qu'il fallut le porter dans un sac. Il lit une oraison pour lui avec une ferveur extraordinaire, et, à peine l'eût-il achevée, que le mort ressuscita et revint au même état dans lequel il était avant son accident.

Le Saint, pour triompher plus parfaitement de l'ennemi, lui ordonna de retourner au travail et de rétablir, avec les autres, la muraille sous laquelle il avait été écrasé.

Ainsi, tous les artifices du démon ne purent l'empêcher de bâtir cette maison, qui devait être la demeure de tant de Saints, et le chef de cet Ordre qui allait bientôt se propager dans tout le monde.

Cet esprit prophétique parut avec bien plus d'éclat dans la rencontre qu'il eut avec Totila, roi des Goths. Ce prince, qui ravageait toute l'Italie, ayant entendu dire que Benoît était un grand Prophète, à qui rien ne pouvait être caché, voulut s'en assurer par sa propre expérience ; il s'avança vers son monastère, et lui manda de venir en personne au-devant de lui. Avant d'en approcher, pour mieux éprouver le Saint, il fit vêtir un de ses écuyers comme un roi, le fit accompagner de ses gardes et des premiers officiers de sa cour, et lui commanda de marcher devant lui en cet équipage, afin de voir si Benoît s'y laisserait tromper. L'écuyer obéit, alla jusque dans l'enceinte du monastère et jusqu'au lieu où était le Saint ; mais ce grand homme ne s'émut point pour tout le tumulte de ces barbares, et, dès qu'il crut que l'écuyer le pouvait entendre, il s'écria :
" Quittez mon fils, quittez ces ornements royaux, ils ne vous appartiennent pas."
A ces paroles, cet écuyer, qui faisait auparavant le fier, et tous ceux de sa suite, se prosternèrent contre terre, et, n'osant approcher du Saint, ni lui parler, ils s'en retournèrent dire à Totila ce qu'ils avaient vu et entendu. Totila vint lui-même, et, ayant aperçu saint Benoît qui était assis sur une escabelle, il se jeta aussi par terre sans oser avancer plus près. Le Saint lui cria deux ou trois fois de se lever ; mais il fallut qu'il le vint relever lui-même. Ensuite, il lui parla avec plus de force et de liberté que jamais le prophète Nathan n'avait parlé à David, puisque, sans user de paraboles ni craindre de choquer un roi qui faisait trembler toute l'ltalie, il le reprit de ses méfaits, et lui prédit les dernières aventures de sa vie :
" Vous faites beaucoup de mal, vous en avez beaucoup fait ; il est temps que vous mettiez fin à vos iniquités ; vous entrerez dans Rome, vous passerez la mer, vous régnerez neuf ans, et au dixième vous mourrez."

A cet oracle, Totila fut frappé d'une nouvelle crainte : il se recommanda instamment aux pnières du Saint et se retira. Depuis ce temps-là, il ne fut pas si cruel qu'il l'avait été auparavant. Il prit Rome, passa en Sicile, et, au bout de 10 ans, par un juste jugement de Dieu, il perdit le royaume et la vie.


Saint Benoît recevant Totila roi des Goths et lui dévoilant son avenir.
Jean Bernard Chalette. XVIIe.

Saint Grégoire rapporte encore plusieurs autres prophéties faites par Benoît. Saint Sabin, évêque de Canossa, qui le visitait tous les an, lui disant que Rome périrait par la cruauté de Totila, il l'assura que non mais qu'elle périrait par des foudres, des tempêtes, des débordements d'eau et des tremblements de terre ; ce que l'événement a justifié.

Théoprobe, un des religieux de Benoît, personnage de grand mérite, entra un jour dans sa cellule, et le trouva pleurant amèrement. Il attendit longtemps sans voir la fin de ses larmes ; enfin il lui demanda quel sujet il avait de tant pleurer :
" Je pleure parce que Dieu vient de me faire connaître que ce monastère et toutes ses dépendances seront ruinés et détruits par les barbares, et à peine ai-je pu obtenir que les âmes fussent sauvées."

C'est ce que l'on a vu, depuis, dans l'irruption des Lombards : car l'abbaye du Mont-Cassin fut ruinée, mais personne ne tomba entre les mains de ces infidèles.

Un personnage de haute condition ayant envoyé au Saint, par son valet, deux flacons de vin, ce valet en cacha un en chemin, et se contenta de présenter l'autre. Le Saint le reçut fort humainement et avec action de grâces ; mais, comme le valet prenait congé, il l'avertit de ne pas boire du flacon qu'il avait caché, sans voir auparavant ce qu'il y avait dedans. Ce pauvre garçon fut fort étonné ; mais il le fut bien davantage, lorsque regardant son flacon dérobé, il en vit sortir un serpent. Ce miracle fit tant d'impression sur son esprit, qu'il demanda à devenir moine. Saint Grégoire l'appelle Exhilaratus noster, notre frère Exhilaratus.

Si le Saint voyait si clairement les choses futures et les choses éloignées, il lisait aussi très-distinctement ce qui était caché dans le secret du coeur. Témoin ce jeune religieux, fils d'un homme de condition, à qui saint Grégoire donne la qualité de défenseur : comme il tenait un soir le chandelier pendant que le Saint prenait sa réfection, il fut attaqué d'une pensée d'orgueil, et se dit en lui-même :
" Suis-je de naissance à servir cet homme, à lui tenir la chandelle et à demeurer debout comme un valet pendant qu'il est à table et qu'il mange ?"
Mais le Saint, pénétrant par l'esprit de Dieu ce qu'il roulait dans son imagination, lui dit :
" A quoi pensez-vous, mon frère ? Faites le signe de la croix sur votre coeur ; ne voyez-vous pas que c'est le prince des orgueilleux qui vous suggère ces belles idées de grandeur et qui vous tente ?"


Saint Benoît et le jeune moine orgueilleux.
Giovanni Antonio Bazzi. XVe.

Ses menaces n'étaient pas moins terribles que sa parole était efficace. Dans un couvent de filles de sa dépendance, il y avait deux religieuses d'origine riche, qui maltraitaient souvent de paroles le religieux qu'il leur avait destiné pour avoir soin de leur temporel. Comme il en fut averti, il leur manda de corriger leur langue, ou qu'autrement il les excommunierait ; ce qu'il dit néanmoins, non pas en fulminant effectivement l'anathème contre elles, mais seulement en les menaçant. Cependant elles ne se corrigèrent pas, et Dieu, voulant les punir de leur insolence, elles moururent toutes deux peu de jours après.

On les enterra dans l'église, et on fit, selon la coutume, des prières pour elles, sans avoir égard à cette excommunication, qui ne passa que pour comminatoire. Mais chose étrange, chaque fois que le diacre disait à l'ordinaire : " Que ceux qui sont excommuniés sortent d'ici ", leur nourrice, qui apportait souvent des oblations pour leur soulagement, les voyait se lever de leur tombeau et sortir de l'église. Ceci étant-arrivé plusieurs fois, elle se souvint de l'excommunication dont le saint Abbé les avait menacées, et lui donna avis de ce qui se passait. Alors il prit une offrande, la bénit, et ordonna de la présenter à Dieu pour elles ; et, depuis cette action, elles demeurèrent en repos dans leur sépulcre.

Une chose presque semblable arriva à un novice qui aimait extrêmement ses parents étant sorti pour leur rendre visite, sans avoir pris la bénédiction du saint Abbé, il mourut le jour même où il arriva chez eux. On l'enterra ; mais comme si la terre eût eu quelque horreur de le contenir, elle le rejeta jusqu'à 3 fois. Ses parents, extrêmement confus et troublés, eurent recours au bienheureux Patriarche, le suppliant, avec larmes, de donner sa bénédiction au défunt. Il en eut pitié, et leur donna, de sa propre main, une " hostie consacrée " (c'est ainsi que le rapporte saint Grégoire), avec ordre de la mettre sur l'estomac du mort. Ce remède fut tout-puissant, et la terre le reçut depuis en paix.

Cette pratique d'enfermer le corps de Notre-Seigneur avec les morts a, depuis, été abolie au troisième Concile de Carthage, et en celui de Toul.

Nous ne voulons pas oublier ce que saint Grégoire assure avoir appris de quelques anciens, qui avaient été disciples de ce grand serviteur de Dieu : un pauvre malheureux, mais homme de bien, le vint trouver et lui exposa qu'il était dans une grande peine, parce qu'il devait une somme considérable, et qu'il n'avait pas de quoi la payer. Le Saint lui dit qu'il n'avait pas alors cette somme, mais qu'il revînt 2 jours après, et que Dieu pourvoirait à son besoin.

Il revint, et le Saint, ayant fait sa prière, trouva sur le coffre du monastère l'argent qu'il lui fallait, et quelque chose de plus, sans que personne l'y eût mis ; il ne s'en réserva rien, mais fit donner le tout à ce pauvre, tant pour payer sa dette que pour aider ensuite à sa subsistance.

Sa charité ne parut pas moins en une autre occasion : c'était un temps de famine et de cherté extrême ; un sous-diacre, nommé Agapet, vint au monastère et demanda instamment de l'huile : il n'y en avait plus que fort peu dans le fond d'une bouteille de verre. Le Saint dit au cellérier de la lui donner, étant bien persuadé que ce qu'on donnait sur la terre, on se le réservait dans le Ciel. Mais le cellérier, craignant que la communauté n'en souffrît, négligea son commandement, et ne voulut pas même en faire partage avec celui qui en demandait. Cette désobéissance ayant été rapportée au serviteur de Dieu, il entra dans une sainte colère ; et afin qu'il n'y eût rien dans son couvent contre l'obéissance, il fit jeter la bouteille par la fenêtre. Il y avait au bas un précipice et des rochers ; néanmoins, l'huile ne se répandit point, et la bouteille n'en reçut aucun dommage. Le Saint l'envoya retirer, et la donna saine et entière au sous-diacre. Ce miracle fut suivi d'un second : après qu'il eut fait une sévère réprimande en plein chapitre à cet officier superbe et désobéissant, un muid qui était vide parut aussitôt plein d'une huile excellente, ce qui remplit toute la communauté d'admiration, et fit bien voir que " celui qui fait l'aumône prête à usure à Dieu tout puissant ".


Saint Benoît ressuscitant le fils du paysan. Louis de Sylvestre. XVIIIe.

Le serviteur de Dieu ne fit pas un moindre miracle en faveur d'un autre paysan : cet homme ayant perdu son fils, apporte le corps du défunt au Mont-Cassin, afin de lui en demander le résurrection. Ce n'était pas la première qu'il eût obtenue de Dieu ; néanmoins, touché d'un sentiment profond d'humilité, il dit, les larmes aux yeux, aux religieux avec lesquels il venait de travailler aux champs :
" Retirons-nous, je vous prie, mes frères, retirons-nous ; ces actions que l'on nous demande appartiennent aux Apôtres, et non pas à de faibles créatures comme nous."
Mais le paysan, sans avoir égard à ses excuses, ni à la tristesse qu'il témoignait de ce qu'on lui demandait un prodige de cette importance, le presse vivement, et jure, avec fermeté, qu'il ne le quittera point qu'il n'ait ressuscité son fils ; Benoît est enfin contraint de se rendre. Il se couche donc premièrement sur le mort ; puis, s'étant retiré, il lève les mains au ciel, et dit :
" Seigneur, n'ayez point égard à mes péchés, mais regardez la foi de cet homme, qui demande que vous ressuscitiez son fils, et rendez à ce corps l'âme et la vie que vous lui avez ôtés."
Ces paroles furent suivies du miracle : le mort commence à remuer, et le Saint, l'ayant pris par la main, le rend sain et sauf à son père.

A ce propos, saint Grégoire remarque que quelquefois il faisait ces merveilles par autorité, comme dans la délivrance du paysan, et d'autres fois par prières et par larmes, comme dans la guérison que nous venons de rapporter.

Nous ne pouvons point reprendre ici ce qui se passa dans son dernier entretien avec sa chère soeur sainte Scholastique, ni comment il vit son âme s'envoler au Ciel en forme de colombe, puisque nous en avons suffisamment parlé dans la vie de cette Sainte.


Saint Benoît et sainte Scolastique.
Legenda aurea. Bx J. de Voragine. Mâcon. XVe.

Mais nous ne pouvons nous dispenser d'écrire ce qui lui arriva le jour du décès de saint Germain, évêque de Capone. Ce jour-là, un saint diacre, nommé Servant, abbé d'un ancien monastère d'Italie, l'était venu voir, pour s'entretenir avec lui, selon sa coutume, des affaires de l'éternité. La nuit ayant interrompu leur entretien, Servant se retira dans une chambre au-dessous de celle du Saint, qui était au haut d'une tour, et les disciples de l'un et de l'autre logèrent à côté. Benoît veillait en oraison, se tenant debout à sa fenêtre pour mieux contempler les merveilles du ciel.

Au milieu de sa prière, il vit tout à coup une lumière admirable, qui chassa toutes les ténèbres de la nuit, et qui fit un jour incomparablement plus beau que ne sont ceux que fait le soleil en plein été dans un temps parfaitement serein ; et, au même instant, tout le monde lui fut représenté comme reccueilli dans un seul rayon de soleil.

Cette merveille remplissait déjà tout son esprit, il en survint une autre qui augmenta son admiration ; il vit l'âme de ce saint évêque de Capone, que des anges élevaient au ciel dans un globe ou une sphère de feu. Il voulut faire part à l'abbé Servant d'une vision si oharmante, et qui ne devait pas peu contribuer à l'honneur du saint défunt. Pour cela, il l'appela trois fois par son nom ; mais lorsqu'il monta, la lumière commençait à se dissiper : il n'en put voir que les restes. Il en marqua, néanmoins, le jour et l'heure, et on sut bientôt, par un messager envoyé exprès, que c'était justement le moment où saint Germain était décédé.


Extase de saint Benoît. Jean Restout. Eglise Saint-Gilles-Saint-Leu.
Bourg-la-Reine. Île-de-France. XVIIe.

Les réflexions admirables que fait saint Grégoire sur cette vision, et les termes dans lesquels il l'explique, ont fait croire à quelques auteurs, que selon ce grand docteur, et selon la vérité, saint Benoît, en cet instant, vit clairement l'essence divine, et en elle, toutes les créatures ; de même que plusieurs théologiens, après saint Thomas, croient que Moïse l'a vue sur la montagne du Sinaï, et saint Paul dans son ravissement. C'est véritablement un privilége incomparable, et qui n'a point son pareil entre tous les privilèges d'ici-bas. Cependant, nous ne voulons pas plus l'assurer que le disputer à cet homme céleste, qui était destiné pour être le grand Patriarche d'un peuple parfaitement fidèle : nous voulons dire des religieux d'Occident.

Le temps auquel il composa sa Règle (que l'on trouvera très complète ici : http://www.abbaye-saint-benoit.ch/benoit/page3.html) n'est pas entièrement certain. Quoiqu'il en soit, on ne peut rien ajouter aux éloges que les Pères et les auteurs, qui ont vécu depuis, lui ont donnés. Saint Grégoire le Grand dit que la vie de saint Benoit étant toute sainte, il ne se peut faire que sa Règle n'ait aussi été toute sainte, parce que ce grand homme n'a point prescrit d'autres lois que celles qu'il donnait déjà par ses exemples ; il ajoute que cette Règle doit être mise au rang de ses miracles, et qu'elle est surtout admirable par la sagesse et la discrétion qu'elle garde en toutes ses ordonnances. Divers conciles, tenus en France et en Allemagne, en ont aussi parlé avec beaucoup d'honneur ; et, pour tout dire, on l'appelait par excellence la Sainte Règle. Un autre saint Benoît, fondateur de l'abbaye d'Aniane, et depuis abbé d'Inden, près d'Aix-la-Chapelle, fit voir, par un excellent livre appelé la Concorde des Règles, qu'elle était entièrement conforme à celle des saints Pères qui avaient précédé notre Saint ; et, depuis cette concorde, elle fut imposée progressivement comme Règle de tout l'Ordre monastique en Europe, les monastères qui étaient plus anciens que saint Benoît y étant soumis. L'imposition ne sera pas toujours pacifique. Nous ajoutons seulement que cette Règle s'étendit beaucoup dès le vivant du saint Patriarche ; car on pense qu'il la porta lui-même à Rome, et qu'elle y trouva un grand nombre de disciples : il est constant qu'il l'envoya en Sicile par saint Placide, en France par saint Maur, et en Sardaigne par saint Raynère.


Saint Benoît présentant la Règle.
Comment. in Benedicti Regulam. XIVe.

Il est temps d'en venir à son bienheureux décès. Dieu lui eu avait révélé le temps plusieurs mois auparavant, et il l'avait déclaré à sert disciple, saint Maur, avant de le faire partir pour la France. Six jours avant ce terme, ayant fait ouvrir le sépulcre où dormait sa soeur, sainte Scholastique, il fut saisi d'une fièvre qui le tourmenta extrêmement ; elle ne l'empêcha pas, néanmoins, de se préparer à ce dernier passage avec toute l'ardeur et la piété que l'on peut imaginer dans un homme qui ne respirait plus que pour le ciel.

Au sixième jour, quelque faible qu'il fût, il se fit porter à l'oratoire consacré à saint Jean-Baptiste : là, soutenu sur les bras de ses disciples, il reçut le corps et le sang de son Sauveur ; puis, se plaçant au bord de la fosse, mais au pied de l'autel, et les bras étendus vers le ciel, il mourut debout on prononçant une dernière prière. Ce fut le samedi saint, 21 mars, l'an de Notre-Seigneur 543 : il était âgé de 62 ou 63 ans.


Mort de saint Benoît. Verrière de l'église Saint-Benoît de
Saint-Benoît-des-Ondes. Pays malouin. Bretagne. des Ondes.

Au moment où le saint Patriarche décéda, un religieux, qui était dans le même monaslère, et saint Maur, qui était à Font-Ronge, près d'Auxerre, en France, virent comme une grande rue, couverte de tapis précieux et bordée d'une infinité de flambeaux, qui s'étendait jusque dans le ciel, et un homme vénérable et tout éclatant qui leur dit :
" C'est ici la voie par laquelle Benoît, le bien-aimé de Dieu, eut monté dans le ciel."
Ainsi accomplit-il la promesse qu'il avait faite, de faire savoir à ses disciples absents le bienheureux moment où il irait jouir de la gloire.

Benoît était d'une taille élevée et bien proportionnée, et dans son extérieur il avait une gravité mêlée de tant de douceur, qu'il obligeait tous ceux qui le regardaient à l'aimer et à le respecter. Son abstinence fut prodigieuse ; les Carêmes, il ne mangeait que deux fois la semaine et se contentait alors de pain et d'eau. Il aimait extrêmement la solitude, et quoique son Ordre s'étendît de tous côtés, à peine trouve-t-on qu'il soit sorti deux fois du Mont-Cassin. C'est qu'il trouvait ses délices à faire oraison et à s'entretenir seul à seul avec son Dieu.

Son corps fut inhumé dans la chapelle Saint-Jean-Baptiste, que lui-même avait fait bâtir et qu'il s'était destinée pour sépulture ; Notre Seigneur ne l'y a pas moins honoré après sa mort par des miracles qu'il l'avait fait pendant sa vie.


Mise au tombeau de saint Benoît.
Missel à l'usage de l'abbaye d'Anchin. XVIe.

De toutes les vertus, il n'y en avait point dont saint Benoît inculquât plus fortement la pratique que l'humilité ; il en a marqué douze degré dans sa règle :
1. s"exciter à une vive componction de coeur, craindre Dieu et ses jugements, marcher sans cesse humilié dans la divine présence ;
2. renoncer entièrement à sa volonté propre ;
3. obéir promptement et sans réserve ;
4. supporter patiemment les souffrances et les injures ;
5. découvrir humblement ses plus secrètes pensées à son supérieur ou à son directeur ;
6. être content et se réjouir dans les humiliations ; se plaire à exercer les plus bas ministères, à porter des habits pauvres, etc. ; à aimer la simplicité et la pauvreté : se regarder comme un mauvais serviteur dans tout ce qui est ordonné ;
7. s'estimer le plus misérable, le dernier des hommes, le plus grand de tous les pêcheurs ;
8. éviter la singularité dans les paroles et dans les actions ;
9. aimer et observer le silence ;
10. se garder d'une vaine joie et d'un rire immodéré ;
11. ne point parler d'une voix haute, et observer les règles de la modestie dans toutes ses paroles ;
12. être humble dans toutes les actions extérieures.


Saint Benoît est le patron du Mont-Cassin et de l'abbaye bénédictine de Seligenstadt en Hesse-Darmstadt.

On invoque saint Benoît contre les maléfices, les inflammations, les érésipèles, le poison et la gravelle.
L'efficacité de la dévotion à saint Benoît, relativement à la maladie de la pierre, est fondée sur le guérison de saint Henri II, empereur d'Allemagne, qui était atteint de cette redoutable maladie.

RELIQUES
Voir surtout Les reliques de saint Benoît par dom François Chamard, qui établi définitivement, après des siècles de disputes, l'authenticité des reliques " françaises " : http://www.abbaye-saint-benoit.ch/benoit/reliques/relique...


Translation des reliques de saint Benoît.
Bréviaire à l'usage de Langres. XVe.

Le monastère du Mont-Cassin ayant été ruiné par les Lombards en 583, les reliques de saint Benoît, enseveleis sous les décombres, y demeurèrent longtemps inconnues. Saint Aigulphe, religieux de l'abbaye de Fleury, appelée depuis Saint Benoît-sur-Loire, ayant été envoyé au Mont-Cassin vers l'an 660 par son abbé, saint Mommole, eut le bonheur de les trouver dans les ruines et de les apporter en France dans son monastère. Cette translation eut lieu un 11 juillet, on en célébra la mémoire dans tout les monastère de France.

De plus, le 4 décembre, avait lieu une autre solennité, appelée de l'Illation, en mémoire d'une seconde translation que l'on fit des mêmes reliques, lorsqu'ayant été transférées à Orléans par crainte des attaques des Normands, elles furent rapportées enfin à l'abbaye de Fleury.

L'abbaye de Saint-Pierre de Solesmes reçut un fragment du crâne de notre Saint à l'époque de son édification par dom Prosper Guéranger.

LA CROIX ET LA MEDAILLE DE SAINT BENOÎT


La Croix de saint Benoît.

 


La face et l'avers de la médaile de saint Benoît.

De la croix de saint Benoît est tirée la médaille de saint Benoît, originaire d'Allemagne, semble-t-il. Les bénédictins reçurent l'approbation de ce sacramental par un bref du pape Benoît XIV, le 12 mars 1742. La médaille fut pourvue de bénédictions et d'indulgences. A travers les siècles, on atteste que l'utilisation de la croix de saint Benoît, avec un grand esprit de piété est particulièrement efficace.

Saint Benoît est représenté habituellement la croix brandie comme une arme de défense sur une des faces de la médaille dans une main et dans l'autre un livre, la sainte Règle.

Sur l'autre face figurent en abrégé les inscriptions suivantes :

- C S P B : Crux Sancti Patris Benedicti : Croix du saint Père Benoît.

Sur l'arbre de la croix, on lit de gauche à droite :

- N D S M D : Non Draco Sit Mihi Dux : Le dragon ne doit pas être mon guide.

De haut en bas :

- C S S M L : Crux Sacra Sit Mihi Lux : La croix doit être ma lumière.

Une inscription plus longue entoure la croix. Elle commençait autrefois par le nom de Jésus IHS.
Elle a été remplacée par le mot PAX.

L'inscription se poursuit vers la droite par les lettres :

- V R S N S M V : Vade Retro Satana, Numquam Suade mihi Vana : Arrière Satan, ne me tente jamais par la vanité.

- S M Q L I V B : Sunt Mala Quae Libas, Ipse Venenum Bibas : Ce que tu offres, ce n'est que du mal, ravale ton poison.

On lira l'essai de dom Prosper Guéranger sur la médaille de Saint-Benoît.

On se passera de l'avertissement relativiste, pour ne pas dire simplement idiot, du " copiste " du site si riche pourtant de l'abbaye Saint-Benoît de Port-Valais sur lequel il se trouve heureusement reproduit et disponible, et où nous puisons bien des éléments et renseignements.
Le " copiste " écrit en effet :

" Cette savoureuse édition de Dom Guéranger est naturellement à relire dans notre contexte du XXIe siècle. Pour ce faire, on peut conseiller, le petit livre de l’abbé Philippe Beitia, La médaille de saint Benoît [...] Ce dernier auteur cite d’ailleurs abondamment Dom Guéranger."
 
Passons sur le qualificatif " savoureuse ", qui évoque une distance quasi-amusée du " copiste " pour l'essai de dom Prosper Guéranger, pour insister sur le fait que s'il faut tenir compte de " notre contexte du XXIe siècle ", c'est pour prendre à la lettre et avec une fermeté plus puissante encore qu'au XIXe ce qu'écrit dom Guéranger dans cet essai, compte tenu de l'état des sociétés aujourd'hui.

Le prince de ce monde régnant aujourd'hui presque partout sur la surface de la terre, il convient donc de s'en prémunir plus que jamais. On s'y aidera en portant la médaille de saint Benoît, bénie par un vrai prêtre, et l'on observera rigoureusement ce que dom Guéranger rappelle et expose dans son essai.

Outre le fait qu'il soit une insulte grossière à saint Benoît et à dom Guéranger, on se passera bien évidement du " petit livre de l’abbé Philippe Beitia " conseillé par le " copiste " ; résumé incomplet, édulcoré, moderne, libéral et bien peu catholique de l'essai du restaurateur de l'Ordre en France.

A ces réserves d'importance près, on consultera donc l'essai de dom Prosper Guéranger : http://www.abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/medaille.htm

Enfin, nous recommandons à Notre Dame, la communauté de cette abbaye, ainsi que celle de Saint-Pierre de Solesmes (héritière directe du grand commentateur de la liturgie catholique que fut son fondateur, et, hélas, prévaricatrice en n'ayant pas hésité à adopter le saccage liturgique, avec les sacrements invalides et donc inopérant des fantaisie monstrueuses et hérétiques de Montini...), afin que, par la toute puissance de Notre Père des cieux, chacun de ses membres s'ouvre à la vraie foi pleine et entière, dans la fidélité au magistère de la sainte Eglise catholique, dans la fidélité à saint Benoît et à dom Prosper Guéranger.

00:15 Publié dans B | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire