UA-75479228-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 juillet 2017

28 juillet. Saint Samson (2/2), évêque de Dol-de-Bretagne, confesseur. vers 565.

Saint Samson rencontre Privatus, seigneur de la région de Dol,
sa femme atteinte de la lèpre et leur fille possédée.
Verrière de la cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

La veille du jour qu'ils devaient faire leur choix, Samson, passant selon sa coutume la nuit en prières, eut une admirable vision. Il lui sembla qu'au milieu d'une assemblée de personnes toutes vêtues de blanc et brillantes comme des astres, 3 prélats d'une majesté éclatante, revêtus d'ornements épiscopaux, le pressaient d'entrer dans l'église avec eux ; qu'il avait pris la liberté de leur demander respectueusement qui ils étaient., et qu'on lui avait répondu que l'un d'eux était Pierre, prince des Apôtres; l'autre, Jacques, frère du Seigneur, et le troisième, Jean, son bien-aimé disciple, envoyés de Dieu pour le sacrer évêque ; ce qu'ils firent ensuite avec les cérémonies ordinaires ; après quoi tout disparut.

Saint Dubrice, dans cette même nuit, fut averti par un Ange que Dieu avait choisi Samson pour être le troisième de ceux qu'on devait sacrer. Samson fut donc élu pour être le troisième et reçut l'imposition des mains avec les 2 autres ; mais une colombe blanche, lumineuse et visible à tous les assistants, parut encore sur sa tête lorsqu'on le fit asseoir sur le trône, et, se reposant tranquillement sur lui, elle ne s'envola point, quelque bruit et quelque mouvement que l'on fit jusqu'à la fin de la cérémonie. Pendant qu'il célébra le saint Sacrifice de la Messe, tous les assistants virent des flammes de feu sortir de sa bouche, de ses oreilles et de ses narines, et sa tête environnée de rayons comme le soleil ; et ce lui fut depuis une faveur assez ordinaire de voir des Anges à ses côtés, qui le servaient à l'autel.

L'emploi d'évêque auxiliaire ne suffisait pas au zèle immense de Samson, quoique ce fût déjà trop pour son humilité : Dieu le destinait à un ministère plus considérable. Quelques années après son sacre, une nuit de Pâques, un ange l'avertit qu'il devait traverser la mer et aller en France, dans l'Armorique, gouverner le troupeau que Dieu lui avait destiné. Avant de partir, Samson alla visiter sa mère, sa tante et ses autres parents ; de là, il alla d'abord évangéliser un pays au-delà de la Saverne, où régnait encore l'idolâtrie.

Un jour que Samson voyageait avec ses frères, il se trouva dans la nécessité de passer près d'un village dont les habitants célébraient, en présence du comte du pays, une fête païenne en l'honneur d'une ancienne idole qu'ils avaient conservée, et dont le culte consistait en jeux, en danses, en festins et en tontes sortes de dissolutions. C'est en ces occasions que la superstition est opiniâtre, parce que la sensualité la soutient ; et les fêtes où les sens trouvent leur satisfaction sont toujours les mieux gardées. Un jeune homme qui conduisait un char s'étant laissé tomber, mourut sur-le-champ de sa chute. Saint Samson s'étant fait apporter le corps, resta 2 heures en prières, et lui rendit la vie. La résurrection de ce jeune homme toucha tellement tous les assistants, qu'ils aidèrent eux-mêmes à renverser leur idole, et qu'ils renoncèrent pour jamais à leurs fêtes sensuelles.


Saint Samson exorcise la fille de Privatus et guérit sa femme.
Verrière de la cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

Le lecteur trouvera bon que nous l'avertissions, en passant, de ne pas se révolter contre un récit qui lui fait voir des idoles encore conservées et honorées parmi les Chrétiens dans le VIe siècle de l'Eglise ; attendu que dans notre Bretagne et au temps de nos pères, on en a vu subsister jusqu'au XVIIe siècle avec une espèce de culte. Témoigne la statue de Vénus, ou de quelque autre fausse divinité, qu'on voit près d'Auray, dans les jardins du château de Quinipili, appelée " Groueg-Houarn ", c'est-à-dire " Femme de fer ", à cause de la couleur de la pierre dont est faite cette figure, à laquelle les paysans ont rendu jusqu'au siècle de Louis XIV un culte scandaleux.

Saint Samson délivra d'autres villageois du voisinage d'un serpent très venimeux, dans la caverne duquel il voulut habiter, et bâtit un monastère auprès. Par le moyen de ce miracle et de plusieurs autres qui servirent de confirmation à ses discours, il sanctifia toutes ces contrées. Ses compagnons l'assistaient dans les fonctions apostoliques, chacun de son côté. Il employa quelques années à cette mission, où le fruit qu'il faisait le retint plus qu'il ne l'avait résolu. Mais enfin voulant passer dans l'Armorique, où il lui était commandé d'aller, il fit venir d'Hibernie son père Ammon, et l'établit abbé du monastère qu'il avait bâti auprès du lieu d'où il avait chassé le serpent, et qù l'écrivain de sa vie dit avoir vu le signe de la croix sculpté sur une pierre très dure par le Saint lui-même. Il voulut ainsi faire triompher le Sauveur du monde, et le faire révérer dans le lieu qui avait servi de base à une idole que la superstition de ces peuples y avait adorée.

Sa dernière résolution étant prise, il exhorta son père à consommer saintement le peu qui lui restait de vie, ses religieux à se souvenir des avis salutaires qu'il leur avait donnés, et les peuples à persévérer dans la pureté de la foi qu'il leur avait enseignée, sans retourner jamais à leurs superstitions. Après quoi, suivi d'un grand nombre de saints religieux qui ne voulurent point le quitter, de saint Magloire et de saint Malo, il s'embarqua et vint heureusement aborder à la partie la plus orientale de la côte septentrionale de la Bretagne armoricaine, à un petit port nommé alors Winiau, que forme l'embouchure d'une rivière appelée le Petit-Gouyon.

A son débarquement, il rencontra un seigneur de l'endroit, nommé Privatus, qui paraissait très-affligé ; il lui demanda le sujet de sa tristesse. Privatus lui répondit que sa femme était couverte de lèpre et que sa fille était possédée du démon ; que c'était là ce qui causait sa douleur. Saint Samson le suivit dans sa maison, et ayant vu ces pauvres désolés, il les guérit miraculeusement l'une et l'autre. Privatus, voulant reconnaitre une grâce si extraordinaire, offrit au saint évêque un lieu sur ses terres pour y établir sa demeure. Saint Samson accepta son offre et fit bâtir un monastère qui fut appelé Dol, qui vent dire douleur, à cause du pitoyable état où était cette famille à l'arrivée du Saint. D'autres prétendent que le pays portait le nom de Dol avant l'arrivée du Saint : ce mot Dol, en breton cambrien, signifie " terre basse et fertile ", ce qui convient très bien, dit-on, à cette contrée. On y a édifié une ville entière qui porte le même nom et qui a été quelque temps un siége épiscopal, comme nous le dirons dans la suite. Peu de temps après, saint Samson fit encore bâtir, à Landtmeur (Lanmeur), un couvent dont il fit son neveu, saint Magloire, le premier abbé.


Saint Samson présente au roi Childebert le
serpent venimeux qu'il est parvenu à enchaîner.
Verrière de la cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

Cependant, de furieux troubles s'élevèrent dans la Bretagne par l'ambition et la tyrannie de Canao, qui tua lui-même le roi Jonas, par surprise, un jour qu'il était à la chasse. Saint Samson, extrêmement irrité d'un meurtre si horrible, n'eut pas de peine à se laisser aller aux prières des principaux du pays, qui le conjurèrent de faire un voyage à Paris pour y demander du secours à Childebert, roi des Francs, en faveur de Judual, fils du défunt et légitime héritier de sa couronne. Le succès répondit à leur désir. Le saint évêque fit son voyage avec, toute sorte de bonheur, vers l'an 534. Un grand nombre de miracles que fit le Saint durant le chemin et à la cour, entre autres la mort d'un serpent très venimeux, et surtout la guérison d'un seigneur possédé du démon, lui valut un accueil très empressé auprès du roi Childebert.

Ce prince ne crut pas devoir rétablir si vite le jeune Judual dans les Etats de son père, à cause peut-être des difficultés de l'entreprise, et aussi parce que la reine Ultrogothe s'y opposait pour des motifs qu'il n'est pas opportun de décrire ici.

Mais, plein de vénération pour Samson dont il voyait les vertus et les miracles, il lui donna des terres sur la rivière de Risle, entre Brionne et Pont-Audemer, en Normandie. Notre Saint y bâtit le monastère de Pentalle (qui n'existe plus depuis longtemps), qu'il soumit, avec la permission de Childebert, à celui de Dol. Une fois, en allant à ce monastère, Samson passa par une maison de campagne de saint Germain, évêque de Paris, qui y était au temps des vendanges. Là il obtint une fontaine d'eau vive que saint Germain n'avait pas eu la pensée de demander à Dieu. Les deux Saints firent alors, dit-on, l'association de leurs monastères, à la condition qu'un des deux fournirait du vin à l'autre, qui n'en avait point, et que celui-ci, qui abondait en abeilles, donnerait à l'autre communauté du miel et de la cire.

Notre Saint obtint enfin que Judual rentrât en possession de ses Etats ; ce prince, en reconnaissance, fit des présents considérables au monastère de Dol ; à sa prière et à celle de Childebert, le pape Pélage Ier érigea ce monastère en évêché, tous les évêques de la Bretagne en ayant aussi témoigné le désir, et disant qu'ils recevraient volontiers ce saint prélat dans leur corps. Le pontife de Rome envoya un pallium à saint Samson, qui le reçut, pieds nus et prosterné devant l'autel. Depuis ce temps-là, les prélats qui lui ont succédé dans ce siège ont longtemps prétendu, contre les archevêques de Tours, au droit de métropolitain et à l'usage du pallium ; mais le pape Innocent III les déchut de leurs droits, en déclarant que saint Samson avait été simplement évêque de Dol, bien qu'il eût reçu la permission de se servir des ornements de cette dignité. Et c'est pour cela que ses successeurs conservaient encore la croix avant la suppression de ce siége, qu'ils la faisaient porter devant eux dans leur diocèse et qu'ils en timbraient leurs armes.
Cette histoire du pallium de saint Samson est racontée très diversement, très embrouillée, très contestée. N'ayant pu découvrir la vérité, nous avons laissé, à titre de document, ce passage du père Giry tel qu'il était.


Sarcophage de saint Samson. Déposé dans le jardin du
presbytère par l'abbé Pierre Chevrier, curé de Dol entre
1841 et 1866 ; c’est celui qui reçut le corps de saint Samson.

Mais revenons à notre illustre Saint : se voyant encore une fois engagé dans l'office de pasteur, il employa tous ses soins pour veiller sur le troupeau de Jésus-Christ qui lui était confié. Il visitait lui-même, une fois l'année, tout son diocèse, et, tous les ans, au premier jour de novembre, il assemblait son Synode provincial, où il travaillait avec un zèle incroyable au bon règlement de son évêché, à la réformation des moeurs du clergé et du peuple, au rétablissement et à l'ornement des églises et des hôpitaux, et mettait ses soins à remplir les cures d'ecclésiastiques qui fussent savants et vertueux.

Ce fut ce même zèle pour la maison de Dieu qui le fit transporter de nouveau à Paris, pour y assister au troisième Concile qui fut convoqué dans cette fameuse ville en 557 ; il y fit paraître sa profonde humilité car il ne voulut point souscrire entre les archevêques, comme il eût pu le prétendre ; il signa seulement l'avant-dernier de tous les évêques, en ces termes :
" Samson, pécheur, j'ai signé."

Cette même humilité lui fit refuser d'aller loger dans un appartement que le roi lui avait fait préparer dans son palais, ayant mieux aimé se retirer dans le monastère bâti par saint Germain, sous le nom de Saint-Vincent, et dont nous avons parlé ci-dessus. Notre Saint était, à cette époque, tout cassé par l'âge : il voyageait dans un chariot ; une des roues s'étant brisée, dans la Beauce, en un endroit où il n'y avait ni charron, ni aucun ouvrier, ni aucun bois, ceux qui l'accompagnaient furent consternés ; mais Samson fit le signe de la croix sur la roue qui fut aussitôt rétablie. Childebert, informé du miracle, voulut qu'on bâtit un monastère en ce lieu : notre saint l'appela Rotmou et le mit sous la dépendance de l'abbaye de Dol.

Cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

En s'en retournant à son évêché, il fit dans tout le chemin des miracles continuels ; entre autres il fit sortir du corps d'un homme une couleuvre qui y était entrée pendant son sommeil. Etant arrivé à la ville de Dol, il retira 2 agonisants des portes de la mort ; il délivra 8 démoniaques et obtint la fécondité à plusieurs femmes stériles ; enfin, il rendit la vue à une dame de qualité qui l'avait perdue en punition de ce que, au mépris de sa défense, elle était entrée dans son monastère. Tels furent les miracles de ce grand Saint, qui passa, depuis, le reste de ses jours, ou plutôt toute sa vieillesse, dans la même ferveur, les mêmes oraisons, les mêmes jeûnes, les mêmes veilles et les mêmes austérités qu'il avait pratiquées dans la plus grande vigueur de son âge, et avant qu'il fût élevé à la prélature.

Mais enfin, Dieu, voulant récompenser ses mérites d'une couronne éternelle, lui envoya une maladie qui lui fit connaître que l'heure de son triomphe approchait. Alors, il fit appeler ses chanoines et ses religieux ; il les avertit de son trépas, leur présenta saint Magloire comme un autre Elisée, qu'il leur laissait avec l'esprit d'Elie, afin qu'ils en fissent l'élection pour son successeur, et, après avoir fait un discours des plus touchants et reçu de leurs mains les derniers Sacrements avec une dévotion qui tirait les larmes des yeux de tous les assistants, il leur donna sa bénédiction puis il rendit son esprit à son Dieu, le 28 juillet, l'an de Notre Seigneur 565.

Trois saints prélats honorèrent ses pompes funèbres : saint Brieuc, qui a donné son nom à sa ville et à son évêché; saint Gurval, évêque de Saint-Malo, et saint Ruélin, évêque de Tréguier. Les Anges voulurent aussi assister à ses obsèques : car, pendant qu'on faisait la cérémonie de son enterrement, il parut une lumière extraordinaire sur son tombeau, et l'on entendit un concert dont l'harmonie était si charmante, que chacun jugea bien qu'elle venait du Ciel. Les principaux disciples de Samson furent saint Magloire, son diacre et son successeur à Dol ; saint Budoc, successeur de saint Magloire ; saint Similien, abbé du monastère de Taurac ; saint Ethbin et saint Guénolé le Jeune, tous deux religieux du même monastère de Taurac ; le fameux saint Méen, fondateur de celui de Gaël ; outre le père, l'oncle, la mère, la tante, les frères, les cousins du Saint et plusieurs grands hommes en France, dans l'une et dans l'autre Bretagne, qui ont porté partout le nom et la gloire de Samson.
On le représente, tantôt avec une colombe planant sur sa tète, et quelquefois chassant devant lui un dragon.


Cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

CULTE ET RELIQUES

Le nom de Samson est le premier dans les litanies anglaises du VIIe siècle, entre les saints confesseurs de la nation. Sa fête est marquée à 9 leçons dans les anciens bréviaires de Dol, de Léon et de Saint-Brieuc, au 28 de juillet, et à 12 dans celui de l'abbaye de Saint-Méen. Sa mémoire est aussi célébrée dans les bréviaires de Nantes, de Quimper, de Rennes, de Tréguier, d'Orléans, et dans les martyrologes romains d'Usuard et autres.

L'église cathédrale, aujourd'hui paroisse de Dol, porte le nom de Saint-Samson, aussi bien que plusieurs églises paroissiales dans les autres diocèses. Son corps fut enlevé de celle de Dol, du temps des Normands, et porté à Paris, nous le roi Lothaire, par Salvator, évêque de l'ancien siège d'Aleth (situé sur la rive occidentale de la Rance en face de la ville de Saint-Malo), avec plusieurs autres corps saints, et depuis une partie fut rapportée eu Bretagne.


Chapelle et autel de Saint-Samson.
Cathédrale Saint-Samson de Dol-de-Bretagne.

L'Eglise de Dol possédait un fémur, un tibia, quelques fragments d'autres ossements et quelques vertèbres de son saint patron. Ces saintes reliques furent visitées et transférées dans une châsse neuve, le 24 décembre 1579, par l'évêque diocésain nommé Charles d'Epinal. À l'époque de la Révolution, elles étaient placées à côté du maître-autel de la cathédrale, dans un très beau et très grand reliquaire ; mais elles sont maintenant détruites. Quant au reste du corps de saint Samson, laissé à Paris, il fut partagé entre l'église de Saint-Barthélémy et la ville d'Orléans.

Dans cette dernière, on bâtit, en l'honneur du Saint évêque, une église qui a été occupée par les Jésuites jusqu'à leur destruction. Ils ne possédaient pas les reliques de saint Samoon : elles avaient été si bien cachées, du temps des ravages des protestants, dans le 16ième siècle, qu'en n'a jamais pu les retrouver. Peut-étre furent-elles l'objet de la fureur de ces impies.

Les ossements, conservés à Paris, étaient, en dernier lieu, dans l'église de Saint- Magloire ; ils se trouvent maintenant dans celle de Saint-Jacques-du-Haut-Pas. La châsse qui contenait ces reliques ayant été ouverte en 1547, le 19 janvier, on y trouva la quantité d'ossements exprimée dans le procès-verbal, avec cette inscription :
" C'est ici la plus grande partie du corps de saint Samson."


Eglise Saint-Jacques-du-Haut-Pas où est conservée
la majeure partie des reliques de saint Samson. Paris.

00:00 Publié dans S | Lien permanent | Commentaires (0)

jeudi, 27 juillet 2017

27 juillet. Les sept dormants d'Ephèse, frères, martyrs. 250.

- Les sept dormants d'Ephèse, frères, martyrs. 250.

Papes : Saint Fabien ; saint Damase. Empereurs romains : Dèce ; Théodose.

" La mort se relèvera en présentant sa victime, et, comme au sortir d'un long assoupissement, l'âme s'avancera pour rejoindre son corps."
Saint Ambroise.

Les sept saints dormants d'Ephèse. Icône grecque du Xe.

Les sept dormants étaient originaires d'Ephèse. L'empereur Dèce qui persécutait, les chrétiens, étant venu en cette ville  fit construire des temples dans l’enceinte de cette cité, afin que tous se réunissent à lui pour sacrifiée aux idoles. Or, il avait ordonné qu'on cherchât tous les chrétiens ; et quand ils avaient été pris, il les forçait à sacrifier où à mourir ; on éprouva donc généralement une si grande crainte des supplices que l’ami reniait son ami, le père son fils, et le fils son père. Alors se trouvaient dans cette ville sept chrétiens, qui furent saisis d'une grande douleur quand ils virent ce qui se passait.

C'étaient Maximien, Malchus, Marcien, Denys, Jean, Sérapion et Constantin. Comme ils étaient les premiers officiers du palais, et qu'ils méprisaient les sacrifices offerts aux idoles, ils restaient cachés dans leur maison, se livrant aux jeûnes et aux oraisons.

Accusés et traduits devant Dèce ; puis convaincus d'être chrétiens, on leur donna le temps de revenir à résipiscence et il  furent relâchés, jusqu'au retour de l’empereur. Mais dans cet intervalle, ils distribuèrent leur patrimoine entre les pauvres, et prirent la résolution de se retirer sur le mont Célion, où ils se décidèrent à rester cachés. Pendant longtemps, l’un d'eux se procurait ce qui leur était nécessaire, et chaque fois qu'il entrait dans la ville, il se déguisait en mendiant.

La grotte des sept dormants d'Ephèse aujourd'hui.
Ionie. Empire romain d'Orient. Actuelle Turquie.

Or, quand Dèce fut revenu dans Ephèse, il ordonna de les chercher pour les obliger à sacrifier. Malchus, qui les servait, revint effrayé trouver ses compagnons et leur faire part de la fureur de l’empereur. Ils furent saisis de crainte ; alors Malchus leur présenta les pains qu'il avait apportés, afin que, fortifiés parla nourriture, ils en devinssent plus braves pour le combat. Après leur repas du soir, ils s'assirent et s'entretinrent avec tristesse et larmes, et à l’instant, par la volonté de Dieu, ils s'endormirent.

Quand vint le matin, on les chercha et on ne put les trouver, Or, Dèce était désolé d'avoir perdu de pareils jeunes gens; on les accusa de s'être cachés jusqu'alors sur le mont Célion, et de persister dans leur résolution. On ajouta qu'ils avaient donné leurs biens aux pauvres. Dèce ordonna donc de faire comparaître leurs parents qu'il menaça de mort, s'il  ne déclaraient tout ce qui était venu à leur connaissance au sujet des absents. Leurs parents les accusèrent comme les autres et se plaignirent de ce qu'ils avaient distribué leurs richesses aux pauvres. Alors Dèce réfléchit à la conduite. qu'il tiendrait à leur égard, et par l’inspiration ; de Dieu, il fit boucher avec des pierres l’entrée de la caverne afin qu'y étant renfermés, ils y mourussent de faim et de misère. On exécuta ses ordres et deux chrétiens, Théodore et Rufin, écrivirent la relation de leur martyre qu'ils placèrent avec précaution entre les pierres.

Or, quand Dèce, et toute la génération qui existait alors eut disparu, cent soixante-douze ans après, la trentième année de l’empire de Théodose, se propagea l’hérésie de ceux qui niaient la résurrection des morts. Théodose, qui était un empereur très chrétien, fut rempli de tristesse devoir la foi indignement attaquée. Il se revêtit d'un cilice ; et s'étant retiré dans l’intérieur de son palais, il pleurait tous les jours Dieu, qui vit cela dans Sa miséricorde, voulut consoler ces affligés et affermir l’espérance de la résurrection des morts ; il ouvrit les trésors de sa tendresse et ressuscita les sept martyrs, comme il suit.


Martyre des sept dormants d'Ephèse. Vies de saints. XIVe.

Il inspira à un citoyen d'Ephèse l’idée de faire construire sur le mont Célion des étables pour les bergers. Les maçons ayant ouvert la grotte, les saints se levèrent et se saluèrent, dans la pensée qu'ils n'avaient dormi qu'une nuit ; puis se rappelant leur tristesse de la veille, ils demandèrent à Malchus, qui les approvisionnait, ce que Dèce avait décrété à leur égard. Il répondit :
" Comme je vous l’ai dit hier soir, on nous a cherchés pour nous contraindre à sacrifier aux idoles : voilà les pensées de l’empereur par rapport à nous."
Maximien répondit :
" Et Dieu sait que nous ne sacrifierons pas."

Après avoir encouragé ses compagnons, il dit à Malchus de descendre à-la ville pour acheter du pain, en lui recommandant d'en prendre plus qu'il n'avait fait la veille, et de leur communiquer à son retour les ordonnances de l’empereur. Malchus prit cinq sols, sortit de la caverne. En voyant les pierres il fut étonné ; mais comme il pensait à autre chose, l’idée des pierres fit peu d'impression sur lui. Alors qu'il arrivait, non sans une certaine appréhension, à la porte de la ville, il fut singulièrement surpris de la voir surmontée du signe de la croix ; de là il alla à une autre porte. Quand il vit le même signe, il fut très étonné de voir une croix au-dessus de toutes les portes, et de trouver la ville changée ; il se signa, et revint à la première porte en pensant qu'il rêvait.


Les sept dormants d'Ephèse. Legenda aurea.
J. de Voragine. R. de Monbaston. XIVe.

Enfin il se rassure, se cache le visage et pénètre dans la ville. Comme il entrait chez les marchands de pain, il entendit qu'on parlait de il fut stupéfait : " Qu'est ceci, pensait-il ? hier personne n'osait prononcer le nom de J.-C., et aujourd'hui ils se confessent tous chrétiens ? Je crois que ce n'est pas là la ville d'Ephèse : d'ailleurs elle est autrement bâtie ; c'est une autre ville, mais je ne sais laquelle."
Alors il prit des informations : on lui répondit que c'était Ephèse. Se croyant le jouet d'une erreur, il songea à venir retrouver ses compagnons. Cependant il entra chez ceux qui vendaient du pain, et ayant donné son argent, les marchands étonnés se disaient l’un à l’autre que ce jeune homme avait trouvé un vieux trésor.

Or, Malchus, en les voyant se parler en particulier, pensait qu'ils voulaient le mener à l’empereur, et, dans son effroi, il les pria de le laisser aller et de garder les pains et les pièces d'argent. Mais les boulangers le retinrent et lui dirent :
" D'où es-tu ? Puisque tu as trouvé des trésors des anciens empereurs ; indique-les-nous ; nous partagerons avec toi et nous te cacherons, car autrement tu ne peux t'en retirer."


Malchus ne savait quoi leur répondre, tant il avait peur. Alors les marchands, voyant qu'il se taisait, lui jetèrent une corde au cou, le traînèrent par les rues jusqu au milieu de la ville. C'était une rumeur générale qu'un jeune homme avai  trouvé des trésors. Tout le monde s'assemblait autour de lui, et le regardait avec admiration. Malchus voulait faire comprendre qu'il n'avait rien trouvé. Il examinait tout le monde et personne ne pouvait le connaître ; il regardait au milieu : de la foule pour distinguer quelqu'un de ses parents (il les croyait vraiment encore en vie), et ne trouvant personne, il restait comme un hébété au milieu du peuple de la ville.

La grotte des sept dormants d'Ephèse aujourd'hui.
Ionie. Empire romain d'Orient. Actuelle Turquie.

Le fait vint aux oreilles de saint Martin, évêque ; et du proconsul Antipater, nouvellement arrivé dans la ville Ils commandèrent aux citoyens de leur mener ce jeune homme avec précaution et d'apporter en même temps son argent. Pendant que les officiers le conduisaient à l’église, il pensait qu'on le menait à l’empereur. L'évêque donc et l’empereur  surpris de voir cet argent ; lui demandèrent où il avait trouvé un trésor, inconnu. Il répondit qu'il n'avait rien trouvé, mais qu'il avait en ces deniers dans la bourse de ses parents. On lui demanda alors de quelle ville il était. Il répondit :
" Je sais bien que je suis de cette ville, si tant est que cette ville soit Ephèse."
Le proconsul dit :
" Fais venir tes parents, afin qu'ils répondent pour toi."
Quand il eut cité leurs noms, personne ne les connaissant, on lui dit qu'il mentait pour pouvoir échapper, n'importe de quelle manière.
" Comment te croire, dit le proconsul ? tu prétends que cet argent vient de tes parents, et l’inscription a plus de 377 ans ; elle date des premiers temps de l’empereur Dèce, et ces pièces ne sont pas du tout pareilles à celles qui ont cours chez nous. Et comment tes parents vivaient-ils à cette époque, quand tu es si jeune ? Tu veux donc tromper les savants et les vieillards d'Ephèse ? Eh bien ! je vais te livrer à la rigueur des lois, jusqu'à ce, que tu fasses l’aveu de ta découverte." Alors Malchus se jeta à leurs pieds en disant :
" Pour Dieu, seigneurs, dites-moi ce que je vous demande, et je vous dirai ce qui est dans mon coeur. L'empereur Dèce, qui se trouvait dans cette ville, ou est-il à présent ?"
L'évêque lui répondit :
" Mon fils, il n'y a plus aujourd'hui ici-bas d'empereur qui s'appelle Dèce ; il y a longtemps qu'il l’était."
Mais Malchus dit :
" C'est pour cela, seigneur, que je suis bien étonné et que personne ne. me croit : or, suivez-moi, et je vous montrerai mes compagnons qui sont au mont Célion, et vous les croirez. Ce que je sais, c'est que nous avons fui quand Dèce s'est présenté ici ; et, hier soir, j'ai vu entrer Dèce dans cette ville, si tant est que ce soit Ephèse."
Alors l’évêque ayant réfléchi, dit au proconsul :
" C'est une vision que Dieu veut montrer par le ministère de ce jeune homme."

Ils le suivirent donc avec une grande multitude de citoyens. Malchus pénétra le premier dans le lieu où étaient, ses compagnons : l’évêque, qui entra après lui, trouva entre les pierres la relation scellée de deux sceaux d'argent. Il assembla le peuple, la lut, à l’admiration de tous ceux qui l’entendirent; et en voyant les saints de Dieu assis dans la caverne avec un visage qui avait la fraîcheur des roses, ils se prosternèrent en glorifiant Dieu. Aussitôt l’évêque et le proconsul envoyèrent prier l’empereur de venir de suite voir les miracles qui venaient de s'opérer.

Les sept dormants d'Ephèse. Vies de Saints.
R. de Monbaston. XIVe.

Aussitôt l’empereur quitta le sac qu'il portait, se leva et vint de Constantinople à Ephèse en rendant gloire à Dieu. On alla au-devant de lui et on l’accompagna à la grotte. Les saints n'eurent pas plutôt vu l’empereur que leur visage brilla,, comme le soleil ; ensuite l’empereur entra, se prosterna devant eux en glorifiant Dieu, se leva, les embrassa et pleura sur chacun d'eux en disant :
" Je vous vois, comme si je voyais le Seigneur ressuscitant Lazare."
Alors saint Maximien lui dit :
" Croyez-nous ; c'est pour vous que Dieu nous a ressuscités avant le jour de la grande résurrection, afin que vous croyiez indubitablement à la résurrection certaine des morts ; car nous sommes vraiment ressuscités et nous vivons : or, de même que l’enfant dans le sein de sa mère vit sans ressentir de lésion, de même, nous aussi , nous avons été vivants, reposant, dormant et n'éprouvant pas de sensations."


Quand il eut dit ces mots, les sept hommes inclinèrent la tête sur la terre, s'endormirent et rendirent l’esprit selon l’ordre de Dieu. Alors l’empereur se leva, se jeta sur eux avec larmes et les embrassa. Il ordonna ensuite de faire des cercueils d'or pour les renfermer ; mais cette nuit-là même, ils lui apparurent et lui dirent que jusqu'alors ils avaient reposé sur la terre et qu'ils étaient ressuscités de dessus la terre, qu'il les y fallait laisser, jusqu'à ce que le Seigneur le  ressuscitât la seconde fois.

L'empereur ordonna donc qu'on ornât ce lieu. de pierres dorées, et que tous les évêques qui confessaient la résurrection fussent absous. Qu'ils aient dormi 377 ans, comme on le dit, la chose peut être douteuse, puisqu'ils ressuscitèrent l’an du Seigneur 418. Or, Dèce régna seulement un an et trois mois, en l’an 252 ; ainsi, ils ne dormirent que cent quatre-vingt-seize ans.

Le dolmen dans lequel les sept Saints dormants d'Ephèse
sont vénérés à Plouaret-Vieux-Marché. Bretagne. Ve-VIe.

CULTE

Notons que le culte des sept saints dormants d'Ephèse pénétra très tôt et très rapidement en Occident dont la Bretagne ne fut pas la dernière et la moins fervente à l'embrasser.  Nos Saints sont notamment vénérés à Plouaret-Vieux-Marché, non loin de Lannion dès la fin du Ve siècle grâce à la venue en mission de moines grecs. Pour cette paroisse, on peut lire et télécharger la Guerz (chant psalmodique breton) que la piété populaire à dédié à nos Saints : http://www.vieux-marche.net/IMG/pdf/GUERZ-_20texte-2.pdf

00:50 Publié dans D | Lien permanent | Commentaires (0)

27 juillet. Saint Pantaléon, médecin, martyr à Nicomédie. 303.

- Saint Pantaléon, médecin, martyr à Nicomédie. 303.

Pape : Saint Marcelin. Empereur romain d'Orient : Dioclétien. Empereur romain d'Occident : Maximilien-Hercule.

" Ce qui donne le plus d'éclat à la toute-puissance du Verbe, c'est la puissance qu'il communique à ceux qui espèrent en lui."
Saint Bernard. Serm. LXXXIII sub Cant.

L'Orient célèbre aujourd'hui un de ses grands martyrs. Médecin des corps et conquérant des âmes, son nom qui indiquait la force du lion fut, au moment où il allait mourir, changé par le ciel en celui de Pantéléèmon ou tout miséricordieux : présage des biens que la gratuite libéralité du Seigneur se proposait de répandre par lui sur la terre. Les diverses translations et le partage de ses restes précieux dans notre Occident, y propagèrent son culte et sa renommée secourable, qui le fit ranger parmi les Saints auxiliateurs.

Saint Pantaléon vivait à Nicomédie. Son père était païen et sa mère chrétienne ; celle-ci mourut malheureusement bien trop tôt pour son enfant. Pantaléon, élevé dans la religion de Jésus-Christ, quoique non encore baptisé, subit l'influence de son père et finit par oublier les principes que sa mère lui avait inculqués dans son enfance.

Il s'attacha à l'étude de la médecine et y devint si célèbre, que l'empereur Maximien-Galère le choisit pour son médecin et voulut l'avoir à sa cour. Un prêtre chrétien, nommé Hermolaüs, résolut de ramener à la foi chrétienne un homme qui avait de si brillantes qualités ; il s'introduisit dans sa confiance et en vint à lui rappeler les vérités de la religion :
" A quoi, lui dit-il, vous serviront vos connaissances, si vous ignorez la science du salut ?"


Martyre de saint Pantaléon. Vies de saints.
Le maître de Fauvel. XIVe siècle.

Hermolaüs, voyant que ses paroles faisaient impression sur Pantaléon, le pressa davantage, et celui-ci lui déclara qu'il y penserait sérieusement. Ces heureuses dispositions s'affermirent par un miracle qu'il opéra en invoquant le nom de Jésus-Christ. Un jour qu'il se promenait dans la campagne, il rencontra un enfant mort, et, tout près de lui une vipère. Il ne douta point que l'enfant n'eût été la victime de ce reptile venimeux. Inspiré par la grâce, il s'adressa, plein de confiance, à Jésus-Christ, et dit :
" Enfant, lève-toi, au nom de Jésus-Christ !"
Puis, se tournant vers la vipère :
" Et toi, méchante bête, reçois le mal que tu as fait."
A l'instant l'enfant se relève vivant, et la vipère demeure inerte sur le sol. Pantaléon n'hésita plus à se faire baptiser.

Le martyre de saint Pantaléon. Verrière de la cathédrale de Chartres.

Le salut de son père fut sa première pensée, et il employa tout pour y réussir, la raison, le sentiment, la piété filiale et surtout la prière ; il acheva sa conquête par un miracle. Un jour, un aveugle vint le trouver et lui dit : " J'ai depuis longtemps employé sans effet tous les remèdes ; on m'a dit que vous êtes très habile médecin ; pourriez-vous me secourir ?
– Je vous guérirai, dit le médecin, si vous vous engagez à devenir chrétien."

L'aveugle promit avec joie et fut aussitôt guéri par l'invocation de Jésus-Christ. Son père, témoin de ce miracle, reçut le baptême avec l'aveugle guéri.

Pantaléon devint de plus en plus un apôtre de la foi ; à la mort de son père il vendit tous ses biens, les employa en bonnes oeuvres et ne se réserva que le produit de l'exercice de sa profession. Des médecins jaloux le dénoncèrent comme chrétien à l'empereur. Pantaléon fut condamné à divers supplices pendant plusieurs jours, dont celui d'être plongé dans une chaudière de plomb fondu, et fut enfin décapité.


Le martyre de saint Pantaléon. Legenda aurea.
Bx J. de Voragine. R. de Monbaston. XIVe siècle.

Saint Hermolaüs, qui avait converti saint Pantaléon à la foi, et les saints ermites Hermippe et Hermocrate, frères, furent martyrisés par le même arrêt de Maximien-Galère.

Saint Charlemagne obtint une partie notable des reliques de notre saint - lesquelles étaient jusqu'alors conservées à Constantinople, et les fit mettre au trésor de l'abbaye de Saint-Denis. Le crâne de saint Pantaléon fut envoyé à Lyon et de là une partie dans l'église Saint-Etienne du village corrézien de Saint-Pantaléon-de-Lapleau.


Reliquaire contenant des fragments de crâne de saint Pantaléon.
Eglise Saint-Etienne de Saint-Pantaléon-de-Lapleau. Corrèze.

Saint Pantaléon, honoré comme le principal patron des médecins après saint Luc, a bénéficié très vite d'un culte dans tous le monde chrétien. En France, un grand nombre de lieux de cultes lui furent rapidement dédiés ; la plus fameuse étant probablement celle de Troyes, caractéristique de l'école champenoise d'archotecture, de statuaire et de peinture.

Gueberschwihr, en Alsace, peut s'ennorgueuillir de
sa splendide église romane Saint-Pantaléon.

PRIERE

" Qu'y a-t-il de plus fort que le lion, déplus doux que le miel (Jud., XIV, 18.) ? Plus grand que Samson, vous avez dans votre personne même, ô Martyr, posé et résolu l'énigme : du fort est sortie la douceur (Ibid. 14.). Ô lion qui marchiez si intrépidement à la suite du Lion de Juda,vous sûtes aussi imiter sa mansuétude ineffable ; et, comme il mérita d'être appelé  l’Agneau à jamais, ainsi voulut-il que sa miséricorde resplendît dans le nom éternel par lequel, transformant votre nom de la terre, il vous appelait au festin des cieux. Pour l'honneur de celui qui en fit votre titre de gloire, justifiez-le toujours plus. Soyez propice à ceux qui vous implorent, aux malheureux qu'une triste consomption rapproche chaque jour des portes du tombeau, aux médecins qui comme vous se dépensent dans les soins donnés à leurs frères : aidez-les à soulager la souffrance physique, à guérir les corps ; montrez-leur à panser mieux encore les plaies morales, à conduire l'âme au salut."

00:40 Publié dans P | Lien permanent | Commentaires (10)

27 juillet. Saint Aréthas et les saints martyrs d'Arabie, au pays des Homérites. 524 (?).

- Saint Aréthas et les saints martyrs d'Arabie, au pays des Homérites. 524.

Pape : Jean Ier. Roi du Yémen : Dunaan.

" Viens, allons mourir pour le Christ !"


Saint Aréthas.

Ils habitaient le Yémen, c'est-à-dire le sud-ouest de l'Arabie ou " Arabie heureuse " (jadis le pays de la reine de Saba ; ce nom " classique " d'Homérites que leur donne le martyrologe vient de l'arabe " Himyar ").

La région était depuis peu sous la mouvance éthiopienne, et chrétienne çà et là par des groupes venus d'Afrique ; mais le Judaïsme dominait depuis la fin du Ve siècle.

Un prince, juif de religion, Dhû Nowas (ou Dunaan), entreprit, au début de l'hiver 522-523, de secouer le " joug " des Noirs éthiopiens. Il prit la ville de Safar, massacra la colonie abyssine chrétienne, et transforma l'église en " ceux d'en-face ".
Puis ce fut le tour de Nedjrân (ou Nagran, ou Najran). Il proposa une capitulation, car le siège traînait un peu. On l'accepta.

Dès qu'il fut entré, il oublia ses engagements et massacra tout Chrétien qui refusait l'apostasie. L'évêque défunt fut exhumé et mis au feu. On aménagea une immense fosse ardente où l'on jeta tout le clergé avec les vierges sacrées, holocauste de 427 victimes.
L'église flamba. Il y eut au total plus de 4.000 morts. Et 340 guerriers, de la tribu des Harith-ibn-Kaab, avec leur émir que nous appelons Aréthas, s'étaient enfermés dans la ville : ils avaient conseillé aux assiégés une attitude vigoureuse et énergique, mais en vain. Ils eurent le déplaisir d'être immolés sans avoir pourfendu de mécréants. Aréthas fut décapité. Une femme fut étendue à terre : on égorgea sur elle ses deux filles en sorte que leur sang lui coulât dans la bouche, puis on la tua.

L'épisode émouvant, recueilli par Baronius au 24 octobre, de l'enfant qui se jette au feu pour rejoindre sa mère, est un enjolivement hagiographique *. Voici les faits, d'après le document le plus sûr, une lettre de Siméon, évêque de Beit Archam :

" Un petit garçon trottinait pendu à la main de sa mère qu'on menait au supplice. Il aperçut le roi assis en magnifique apparat. Aussitôt il quitte sa mère, court au prince, embrasse ses genoux.
Dhû Nowas (Dunaan), touché, l'embrasse :
" Que préfères-tu, mon petit, aller avec maman, ou rester avec moi ?
- Par Notre-Seigneur, aller avec maman. Elle m'a dit : " Viens, allons mourir pour le Christ ". Laisse-moi retourner avec elle. Elle m'a dit que le roi des Juifs tuait ceux qui obéissaient au Christ.
- Comment as-tu connu le Christ ?
- Chaque jour je le vois quand j'accompagne maman à l'église.
- Qui aimes-tu mieux, maman ou moi ?
- Par Notre-Seigneur, j'aime mieux maman.
- Et qui aimes-tu mieux, moi ou le Christ ?
- J'aime mieux le Christ !
- Alors pourquoi es-tu venu embrasser mes genoux ?
- Je croyais que tu étais le roi Chrétien qui était à l'église, mais je vois que tu es juif.
- Je te donnerai des noix, des amandes, des figues !
- Non, par le Christ, jamais je ne mangerai des choses juives. Laisse-moi retourner avec maman.
- Reste ici, tu seras mon fils.
- Non, tu sens mauvais, et maman sent bon."

Martyre de saint Aréthas.

Alors le roi s'adressant à son entourage :
" Voyez-vous cela comme le Christ a séduit jusqu'à leurs gamins !"
Un noble intervint :
" Arrive, je te mène à la reine, tu seras son petit garçon.
- Toi, répliqua le petit, je te battrai ! Maman, qui me conduit à l'église, vaut mieux que ta reine."

Comme on le retenait, il mordit le roi à la jambe :
" Lâche-moi, Juif ! Laisse-moi retourner avec maman et mourir avec elle !"
On l'éloigna de force ; il résistait, trépignait, appelait sa mère :
" Maman, maman, prends-moi et conduis-moi à l'église !"
Sa mère lui cria :
" Souviens-toi que tu es gardé par le Christ, ne pleure pas. Attends-moi chez lui dans l'église. Je t'y rejoindrai."

Là-dessus, elle fut décapitée. L'énergique garçonnet, nommé Baïsar, survécut. Il fit plus tard partie d'une ambassade envoyée à Constantinople. Il n'aimait pas qu'on le questionnât sur son héroïsme puéril.

Ces vaillants Chrétiens, victimes du fanatisme juif et des suspicions politiques autorisées par leurs rapports avec l'Éthiopie et Byzance, furent vengés par le roi d'Axoum, Ellesbaas (fêté le 27 octobre). Une expédition partie d'Abyssinie défit Dhû Nowas (Dunaan) et mit fin à la domination juive au profit de l'Éthiopie (et de Byzance). Plus tard, les Homérites, las d'un joug étranger, se révoltèrent de nouveau à la voix d'un chef, Chrétien cette fois, Abraham. Puis l'empereur Justinien essaya de soumettre leur pays à son influence ; enfin le roi des Perses, Chosroès, établit son autorité, en attendant l'invasion musulmane.

Les Syriens Jacobites (monophysites) ont fêté nos héros le 31 décembre (P. O., t. 10, p. 31, 36, 49). Le synaxaire de Constantinople porte Aréthas le 24 octobre, et le calendrier de marbre trouvé à Naples (du IXe siècle) note Aréthas au 1er et au 24 octobre. Usuard (875) a mis le 1er octobre Aréthas, « mort martyr à Rome, avec 504 autres ". Une hymne attribuée à Sévère d'Antioche fait d'Aréthas un " Docteur ".

Rq : Bibl. - La meilleure source est une lettre de Siméon, évêque de Beit Archam.
Voir aussi :
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/martyrs/martyrs0004.htm...

00:15 Publié dans A | Lien permanent | Commentaires (0)

mercredi, 26 juillet 2017

26 juillet. Sainte Anne et saint Joachim, parents de Notre Dame la très sainte Vierge Marie. Ier siècle.

- Sainte Anne et saint Joachim, parents de Notre Dame la très sainte Vierge Marie. Ier siècle.

Pape : Saint Anaclet. Empereur romain : Domitien.

" Ô couple trois fois heureux de saint Joahim et de sainte Anne ! Vous avez à notre reconnaissance un droit imprescriptible : grâce à vous, nous avons pu offrir à notre Dieu le don le plus sensible à son coeur, une mère vierge, la seule mère digne du Créateur."
Saint Jean Damascène. Orat. I de nat. B. M. V.


Saint Joachim et sainte Anne à la Porte dorée. Nicolas d'Ypres. XVIe.

Joignant le sang des rois à celui des pontifes, Anne apparaît glorieuse plus encore de son incomparable descendance au milieu des filles d'Eve. La plus noble de toutes celles qui conçurent jamais en vertu du Croissez et multipliez des premiers jours (Gen. I, 28.), à elle s'arrête, comme parvenue à son sommet, comme au seuil de Dieu, la loi de génération de toute chair ; car de son fruit Dieu même doit sortir, fils uniquement ici-bas de la Vierge bénie, petit-fils à la fois d'Anne et de Joachim.

Avant d'être favorisés de la bénédiction la plus haute qu'union humaine dût recevoir, les deux saints aïeuls du Verbe fait chair connurent l'angoisse qui purifie l'âme. Des traditions dont l'expression, mélangée de détails de moindre valeur, remonte pourtant aux origines du christianisme, nous montrent les illustres époux soumis à l'épreuve d'une stérilité prolongée, en butte à cause d'elle aux dédains de leur peuple, Joachim repoussé du temple allant cacher sa tristesse au désert, et Anne demeurée seule pleurant son veuvage et son humiliation. Quel exquis sentiment dans ce récit, comparable aux plus beaux que nous  aient gardes les saints Livres (dans le proto-évangile de Jacques) !

" C'était le jour d'une grande fête du Seigneur. Maigre sa tristesse extrême, Anne déposa ses vêtements de deuil, et elle orna sa tête, et elle se revêtit de sa robe nuptiale. Et vers la neuvième heure, elle descendit au jardin pour s'y promener ; et voyant un laurier, elle s'assit à son ombre et répandit sa prière en présence du Seigneur Dieu, disant :
" Dieu de mes pères, bénissez-moi et exaucez mes supplications, comme vous avez béni Sara et lui avez donné un fils !"

Et levant les yeux au ciel, elle vit sur le laurier un nid de passereau, et gémissant elle dit :
" Hélas ! Quel sein m'a portée, pour être ainsi malédiction en Israël ? A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux oiseaux du ciel ; car les oiseaux sont bénis de vous, Seigneur.
A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux animaux de la terre ; car eux aussi sont féconds devant vous.
A qui me comparer ? Je ne puis me comparer aux eaux ; car elles ne sont point stériles en votre présence, et les fleuves et les océans poissonneux vous louent dans leurs soulèvements ou leur cours paisible.
A qui me comparer ? Je ne puis me comparer  à la terre même; car la terre elle aussi porte ses fruits en son temps, et elle vous bénit, Seigneur."


Or voici qu'un Ange du Seigneur survint, lui disant :
" Anne, Dieu a exaucé ta prière ; tu concevras et enfanteras, et ton fruit sera célébré dans toute terre habitée."
Et le temps venu, Anne mit au monde une fille, et  elle  dit :
" Mon âme  est magnifiée à cette heure."

Et elle nomma l'enfant Marie ; et lui donnant le sein, elle entonna ce cantique au Seigneur :
" Je chanterai la louange du Seigneur mon Dieu ; car il m'a visitée, il a éloigné de moi l'opprobre, il m'a donné un fruit de justice. Qui annoncera aux fils de Ruben qu'Anne est devenue féconde ? Ecoutez, écoutez, douze tribus : voici qu'Anne allaite !"

Sainte Anne avec Notre Dame allant au Temple. J. Stella. XVIIe.

La fête de Joachim, que l'Eglise a placée au Dimanche dans l'Octave de l'Assomption de sa bienheureuse fille, nous permettra de compléter bientôt l'exposé si suave d'épreuves et de joies qui furent aussi les siennes. Averti par le ciel de quitter le désert, il avait rencontré son épouse sous la porte Dorée donnant accès au temple du côté de l'Orient. Non loin, près de la piscine Probatique, où les agneaux destinés à l'autel lavaient leur blanche toison avant d'être offerts au Seigneur, s'élève aujourd'hui la basilique restaurée de Sainte-Anne, appelée primitivement Sainte-Marie de la Nativité. C'est là que, dans la sérénité du paradis, germa sur la tige de Jessé le béni rejeton salué du Prophète a et qui devait porter la divine fleur éclose au sein du Père avant tous les temps. Séphoris, patrie d'Anne, Nazareth, où vécut Marie, disputent, il est vrai, à la Ville sainte l'honneur que réclament ici pour Jérusalem d'antiques et constantes traditions. Mais nos hommages à coup sûr ne sauraient s'égarer, quand ils s'adressent en ce jour à la bienheureuse Anne, vraie terre incontestée des prodiges dont le souvenir renouvelle l'allégresse des cieux, la fureur de Satan, le triomphe du monde.

Anne, point de départ du salut, horizon qu'observaient les Prophètes, région du ciel la première empourprée des feux de l'aurore ; sol béni, dont la fertilité  si pure  donna dès lors à croire aux Anges qu'Eden nous était rendu ! Mais dans l'auréole d'incomparable paix qui l'entoure, saluons en elle aussi la terre de victoire éclipsant tous les champs de  bataille fameux : sanctuaire de l'Immaculée Conception, là fut repris par notre race humiliée le grand combat (Apoc. XII, 7-9.) commencé près du trône de  Dieu par les célestes phalanges ; là le dragon chassé des deux vit broyer sa tête, et Michel surpassé en gloire remit joyeux à la douce souveraine qui, dès son éveil à l'existence, se déclarait ainsi, le commandement des armées du Seigneur.

Quelle bouche humaine, si le charbon  ardent ne l’a touchée (Isai. VI, 6-7.), pourra dire l'admiratif étonnement des angéliques principautés, lorsque la  sereine complaisance de la  Trinité sainte, passant des brûlants Séraphins jusqu'aux  derniers  rangs des neuf chœurs, inclina leurs regards de feu à la contemplation de la sainteté subitement éclose au sein d'Anne ? Le Psalmiste avait dit de la Cité glorieuse dont les fondations se cachent en celle qui auparavant fut stérile: Ses fondements sont posés sur les saintes montagnes (Psalm. LXXXVI, 1.) ; et les célestes hiérarchies couronnant les pentes des collines éternelles découvrent là des hauteurs inconnues qu'elles n'atteignirent jamais, des sommets avoisinant la divinité de si presque déjà elle s'apprête à y poser son trône. Comme Moïse à la vue du buisson ardent sur Horeb, elles sont saisies d'une frayeur sainte, en reconnaissant au désert de notre monde de néant la montagne de Dieu, et comprennent que l'affliction d'Israël va cesser (Ex. III, 1-10.). Quoique sous le nuage qui la couvre encore, Marie, au sein d'Anne, est en effet déjà cette montagne bénie dont la base, le point de départ de grâce, dépasse le faîte des monts où les plus hautes saintetés créées trouvent leur consommation dans la gloire et l'amour.

Reliquaire de la cathédrale d'Apt. Y sont conservées
les précieuses reliques de sainte Anne. Provence.

Oh ! Combien donc justement Anne, par son nom, signifie grâce, elle qui, neuf mois durant, resta le lieu des complaisances souveraines du Très-Haut, de l'extase des très purs esprits, de l'espoir de toute chair ! Sans doute ce fut Marie, la fille et non la mère, dont l'odeur si suave attira dès lors si puissamment les cieux vers nos humbles régions. Mais c'est le propre du parfum d'imprégner de lui premièrement le vase qui le garde, et, lors même qu'il en est sorti, d'y laisser sa senteur. La coutume n'est-elle pas du reste que ce vase lui aussi soit avec mille soins préparé d'avance, qu'on le choisisse d'autant plus pure, d'autant plus noble matière, qu'on le relève d'autant plus riches ornements que plus exquise et plus rare est l'essence qu'on se propose d'y laisser séjourner ?

Ainsi Madeleine renfermait-elle son nard précieux dans l'albâtre (Marc, XIV, 3.). Ne croyons pas que l'Esprit-Saint, qui préside à la composition des parfums du ciel, ait pu avoir de tout cela moins souci que les hommes. Or le rôle de la bienheureuse Anne fut loin de se borner, comme fait le vase pour le parfum, à contenir passivement le trésor du monde. C'est de sa chair que prit un corps celle en qui Dieu prit chair à son tour ; c'est de son lait qu'elle fut nourrie ; c'est de sa bouche que, tout inondée qu'elle fût directement de la divine lumière, elle reçut les premières et pratiques notions de la vie. Anne eut dans l'éducation de son illustre fille la part de toute mère ; non seulement, quand Marie dut quitter ses genoux, elle dirigea ses premiers pas ; elle fut en toute vérité la coopératrice de l'Esprit-Saint dans la formation de cette âme et la préparation de ses incomparables destinées : jusqu'au jour où, l'œuvre parvenue à tout le développement qui relevait de sa maternité, sans retarder d'une heure, sans retour sur elle-même, elle offrit l'enfant de sa tendresse à celui qui la lui avait donnée.

" Sic fingit tabernaculum Deo."
" Ainsi elle crée un tabernacle à Dieu."
C'était la devise que portaient, autour de l'image de sainte Anne instruisant Marie, les jetons de l'ancienne corporation des ébénistes et des menuisiers, qui, regardant la confection des tabernacles de nos églises où Dieu daigne habiter comme son œuvre la plus haute, avait pris sainte Anne pour patronne et modèle auguste. Heureux âge que celui où ce que l'on aime à nommer la naïve simplicité de nos pères, atteignait si avant dans l'intelligence pratique des mystères que la stupide infatuation de leurs fils se fait gloire d'ignorer ! Les travaux du fuseau, de tissage, de couture, de broderie, les soins d'administration domestique, apanage de la femme forte exaltée au livre des Proverbes (Prov. XXXI, 10-31.), rangèrent naturellement aussi dans ces temps les mères de famille, les maîtresses de maison, les ouvrières du vêtement, sous la protection directe de la sainte épouse de Joachim. Plus d'une fois, celles que le ciel faisait passer par l'épreuve douloureuse qui, sous le nid du passereau, avait dicté sa prière touchante, expérimentèrent la puissance d'intercession de l'heureuse mère de Marie pour attirer sur d'autres qu'elle-même la bénédiction du Seigneur Dieu.

Pardon de Sainte-Anne-la-Palud. XVIIIe siècle.

L'Orient précéda l'Occident dans le culte public de l'aïeule du Messie. Vers le milieu du VIe siècle, Constantinople lui dédiait une église. Le Typicon de saint Sabbas ramène sa mémoire liturgique trois fois dans l'année : le 9 septembre, en la compagnie de Joachim son époux, au lendemain de la Nativité  de leur illustre fille ; le 9 décembre, où les Grecs, qui retardent d'un jour sur les Latins la solennité de la Conception immaculée de Notre-Dame, célèbrent cette fête sous un titre qui rappelle plus directement la part d'Anne au mystère ; enfin le 25 juillet, qui, n'étant point occupé chez eux par la mémoire de saint Jacques le Majeur anticipée au 3o avril, est appelé Dormition ou mort précieuse de sainte Anne, mère de la très sainte Mère de Dieu : ce sont les expressions mêmes que le Martyrologe romain devait adopter par la suite.

Si Rome, toujours plus réservée, n'autorisa que beaucoup plus tard l'introduction dans les Eglises latines d'une fête liturgique de sainte Anne, elle n'avait point attendu cependant pour diriger de ce côté, en l'encourageant, la piété des fidèles. Dès le temps de saint Léon III (795-816.) ,et parle commandement exprès de l'illustre Pontife, on représentait l'histoire d'Anne et de Joachim sur les ornements sacrés destinés aux plus nobles basiliques de la Ville éternelle (Lib. pontif. in Leon.  III.). L'Ordre des Carmes, si dévot à sainte Anne, contribua  puissamment, par son heureuse transmigration dans nos contrées, ai développement croissant d'un culte appelé d'ailleurs comme naturellement par les progrès de la dévotion des peuples à la Mère de Dieu. Cette étroite relation des deux cultes est en effet rappelée dans les termes de la concession par laquelle, en 1381, Urbain VI donnait satisfaction aux vœux des fidèles d'Angleterre et autorisait pour ce royaume la fête de la bienheureuse Anne (Labb. Concil. XI, p. II, col. 2050.). Déjà au siècle précédent, l'Eglise d'Apt en Provence était en possession de cette solennité : priorité s'expliquant chez elle par l'honneur insigne qui lui échut pour ainsi dire avec la foi, lorsque au premier âge du christianisme elle reçut en dépôt le très saint corps de l'aïeule du Messie.

Saint Joachim et Notre Dame. J. Stella. XVIIe.

Depuis que le Seigneur remonté aux cieux a voulu  que, comme lui, Notre-Dame y fût couronnée sans plus tarder dans la totalité de son être virginal, n'est-il pas vrai de dire que les  reliques de la Mère de Marie doivent être doublement chères au monde : et comme toutes autres, en raison de la sainteté de celle dont ils sont les restes augustes ; et plus qu'aucunes autres, par ce côté qui nous les montre en voisinage plus immédiat qu'aucune avec le mystère de la divine Incarnation ? Dans son abondance, l'Eglise d'Apt crut pouvoir se montrer prodigue ; si bien qu'il nous serait impossible d'énumérer les sanctuaires qui, soit de cette source incomparable, soit d'ailleurs pour de plus ou moins notables portions, se trouvent aujourd'hui  enrichis  d'une part de ces restes précieux. Nous ne pouvons omettre de nommer cependant, parmi ces lieux privilégiés, l'insigne basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs ; dans une apparition à sainte Brigitte de Suède (Revelationes S. Birgittae, Lib. VI, cap. 104.), Anne voulut confirmer elle-même l'authenticité du bras que l'église où repose le Docteur des nations, conserve d'elle comme un des plus nobles joyaux de son opulent trésor.

Ce fut seulement en 1584, que Grégoire XIII ordonna la célébration de la fête du 26 juillet dans le monde entier, sous le rit double. C'était Léon XIII qui devait, de nos jours (1879), l'élever en même temps que celle de saint Joachim à la dignité des solennités de seconde Classe. Mais auparavant, en 1622, Grégoire XV, guéri d'une grave maladie par sainte Anne, avait déjà mis sa fête au nombre des fêtes de précepte entraînant l'abstention des œuvres serviles.

Anne recevait enfin ici-bas les hommages dus au rang qu'elle occupe au ciel ; elle ne tardait pas à reconnaître par des bienfaits nouveaux la louange plus solennelle qui lui venait delà terre. Dans les années 1623, 1624, 1625, au village de Keranna près Auray en Bretagne, elle se manifestait à Yves Nicolazic, et lui faisait trouver au champ du Bocenno, qu'il tenait à ferme, l'antique statue dont la découverte allait, après mille ans d'interruption et de ruines, amener les peuples au lieu où l'avaient jadis honorée les habitants de la vieille Armorique. Les grâces sans nombre obtenues en ce lieu, devaient en effet porter leur renommée bien au delà des frontières d'une province à laquelle sa foi, digne des anciens âges, venait de mériter la faveur de l'aïeule du Messie ; Sainte-Anne d'Auray allait compter bientôt parmi les principaux pèlerinages du monde chrétien.

CULTE

Le culte de sainte Anne a subi diverses alternatives. Son corps fut transporté dans les Gaules, au premier siècle de l'ère chrétienne, et enfoui dans un souterrain de l'église d'Apt, en Provence, à l'époque des persécutions. A la fin du VIIIe siècle, il fut miraculeusement découvert et devint l'objet d'un pèlerinage. Mais c'est surtout au XVIIe siècle que le culte de sainte Anne acquit la popularité dont il jouit. De tous les sanctuaires de sainte Anne, le plus célèbre est celui d'Auray, en Bretagne ; son origine est due à la miraculeuse découverte d'une vieille statue de la grande Sainte, accompagnée des circonstances les plus extraordinaires et suivies de prodiges sans nombre. Sainte-Anne d'Auray est encore aujourd'hui l'objet d'un pèlerinage national.


Statue de saint Joachim et de sainte Anne à la Porte dorée.
Troyes. Champagne. XVIIe.

En Espagne elle avait été, dit-on, introduite par le Carmel qui lui a maintenu sa fidélité. On trouve un bel exemple de la dévotion espagnole dans Anne d'Autriche, qui, non contente de porter son nom, se plut à propager le culte de sa sainte patronne et à enrichir ses sanctuaires français d'Apt et d'Auray, après la naissance quasi miraculeuse de Louis XIV.

Mais la sainte avait décidé d'établir elle-même son culte en France et d'en faire en quelque sorte sa terre d'élection. Déjà la Provence l'honorait à Apt et se vantait de " posséder son corps ". (Il est vrai qu'on ne sait trop comment il y serait venu. Peut-être à la suite des croisades ? Ce fut une occasion pour beaucoup d'églises d'Occident de s'enrichir de reliques. Apt possède un tissu précieux de fabrication arabe rapporté par un de ses évêques qui fit justement partie de la Ière croisade.)

Le 25 juillet au soir, Nicolazic revenait d'Auray quand il rencontra la belle dame. Ils s'acheminèrent ensemble vers le hameau, elle, tenant toujours son flambeau, lui, récitant son chapelet. A l'approche de la ferme, la dame disparut. Nicolazic, troublé, entra dans sa grange et s'étendit sur la paille, mais ne put dormir. Vers les 11 heures, un bruit confus, comme de gens en marche, le fit sortir; mais rien, tout le village reposait. La peur le gagna, il rentra, reprit la récitation de son chapelet, quand soudain la belle dame lui apparut plus resplendissante que jamais, et, cette fois, lui dit :

" Yves Nicolazic, ne craignez rien je suis Anne, mère de Marie. Dites à votre recteur qu'il y avait ici autrefois, même avant qu'il y eût aucun village, une chapelle dédiée en mon nom. C'était la première de tout le pays ; il y a 924 ans et 6 mois qu'elle a été ruinée ; je désire qu'elle soit rebâtie au plus tôt et que vous en preniez soin. Dieu veut que j'y sois honorée."


Le bienheureux Yves Nicolazic.
 
Puis elle disparut. Nicolazic s'endormit tout heureux, mais il n'était pas au bout de ses peines : comme de bien entendu, le recteur ne voulut rien entendre et le traita de rêveur. Aidé de sa " bonne maîtresse " et encouragé par elle, il parvint néanmoins à surmonter toutes les difficultés.

Dans la nuit du 7 mars 1625, la sainte lui apparut et lui dit :
" Yves Nicolazic, appelez vos voisins, comme on vous a conseillé ; menez-les avec vous au lieu où ce flambeau vous conduira, vous trouverez l'image qui vous mettra à couvert du monde, lequel connaîtra enfin la vérité de ce que je vous ai promis."


Maison d'Yves Nicolazic. Sainte-Anne-d'Auray. Bretagne.

Précédé de la lumière, accompagné de 4 laboureurs, il arriva dans le champ du Bocenno, où était jadis la chapelle, et découvrit la vénérable statue de bois. Peu à peu les obstacles s'aplanirent, une chapelle fut bâtie, qu'a remplacée, au XIXe siècle, une magnifique basilique.

Malheureusement, la statue a été brûlée sous la Révolution par les bêtes féroces révolutionnaires et l'actuelle n'en est qu'une réplique.

Le culte de sainte Anne a pris, à partir du XVIIe siècle, une grande extension en Bretagne, qui est devenue en quelque sorte son royaume. On ne peut s'empêcher de marquer la corrélation qui existe entre l'extension de ce culte et le renouveau de la foi en Bretagne, à cette époque, à la suite des missions du père Maunoir et de saint Louis-Marie Grignon de Montfort.

Nul doute que la sainte ne donna son appui à l'action des saints missionnaires et qu'elle ne fit de la Bretagne la terre Chrétienne qu'elle est restée. Sur le sol breton, 208 églises ou chapelles lui sont dédiées, au premier rang desquelles il faut citer Sainte-Anne-la-Palud, au bord de la baie de Douarnenez. Ce pèlerinage, vieux de près de 1.500 ans, rassemble, le dernier dimanche d'août, des foules de 60 à 80.000 personnes.


Pardon de Sainte-Anne-la-Palud. début du XXe siècle.
 
C'est un des Pardons les plus pittoresques de la Bretagne. Sa vieille statue, comme celles d'Apt et de Sainte-Anne-d'Auray, a reçu les honneurs du couronnement.
 

Pardon de Sainte-Anne-la-Palud. début du XXe siècle.
 
En 1914, le pape saint Pie X a donné sainte Anne pour patronne à la Bretagne avec concession aux " 5 diocèses romains en Bretagne " de l'office composé jadis par dom Guéranger pour le diocèse de Vannes. De nombreux liens unissaient le restaurateur de Solesmes à sainte Anne : il avait notamment fait profession à Rome le jour de sa fête ; c'est peut-être la raison qui détermina ses fils à fonder une abbaye sous le patronage de la sainte, presque à l'ombre de la basilique de Sainte-Anne-d'Auray. De Bretagne, par les marins et les missionnaires, le culte de la bonne grand'mère du Sauveur a rayonné autour du monde et jusqu'à Ceylan. Le Canada français a voué à sainte Anne de Beaupré le même culte que l'Armorique à sainte Anne d'Auray.

6b505e96fbc49b265dd1abc7f3f7ad8a.jpg
Basilique Sainte-Anne de Beaupré. Québec.

Près de Québec, Sainte-Anne-de-Beaupré est connue mondialement pour son sanctuaire, la Basilique Sainte-Anne de Beaupré. Ce lieu de pèlerinage attire plus d'un million de visiteurs chaque année.

En 1658, Etienne Lessard, dont l'épouse était d'origine bretonne, un des premiers colons, concède certaines terres en vue de la construction de la première chapelle de bois dédiée à Sainte-Anne, particulièrement vénérée en Nouvelle-France.

Construite trop près du fleuve, la chapelle est endommagée par les marées et reconstruite en 1661 un peu plus à l'est, au pied de la côte, à l'emplacement actuel de l'ancien cimetière.

En 1676, on l'a remplace par une église de pierre. Agrandie à plusieurs reprises, elle accueille des milliers de pèlerins pendant près de deux siècles.

Elle est démolie en 1872 et remplacée par la première basilique en 1878. Elle sera détruite par un incendie le 29 mars 1922.

L'actuelle basilique de style roman date de 1926. Elle compte parmi ses trésors des vases sacrés du XVIIIe siècles gravés par divers artistes, et une importante collection d'ex-voto. La chapelle nord, construite en 1878, contient plusieurs œuvres récupérées lors de la démolition de l'ancienne église, en particulier le clocher, qui a été reconstruit en 1788.

Statue processionnelle de sainte Anne et Notre Dame. Sainte Anne
et Notre Dame sont couronnées. Sainte-Anne-d'Auray. Bretagne.

CANTIQUE

Quel vrai Breton - c'est-à-dire chrétien - peut-il ignorer le " Sainte Anne, Ô bonne Mère... " !?

" Sainte Anne, Ô Bonne Mère,
Toi que nous implorons,
Entends notre prière,
Et bénis tes bretons.  (Refrain).

Pour montrer à la terre
Que nous croyons au Ciel,
Notre Bretagne est fière
D'entourer ton autel.

Quand l'erreur se déchaîne
Pour vaincre notre foi,
Puissante souveraine,
Nous espérons en toi.

Protège le Saint Père,
Pilote doux et fort,
Sur la nef de Pierre,
Qu'il doit conduire au port.

Fais que la Sainte Eglise
Répande en liberté
Sur la terre soumise
L'auguste vérité.

Si la lourde souffrance
Vient l'écraser parfois,
Apprends à notre France
A bien porter sa croix.

Bénis nos missionnaires
Dans tous pays lointains
Où, pour sauver leurs frères,
Ils sèment le bon grain.

Soutiens dans la tourmente
Les pauvres matelots ;
Sauve la barque errante
De la fureur des flots.

Conserve à la Bretagne
Ses valeureux soldats ;
Ton cœur les accompagne
Au milieu des combats.

Que le pauvre village
Et les riches cités
Sous ton doux patronage
Soient toujours abrités.

Ta fille immaculée,
Reine au divin séjour,
A notre âme troublée
Sourit avec amour.

Dis-lui notre misère
Afin que sa bonté
Fléchisse la colère
De Jésus irrité.

Ô Sainte Anne, Ô Marie,
Nos vœux montent vers vous.
Sauvez notre patrie :
Priez, priez pour nous."

Fontaine de sainte Anne à Sainte-Anne-d'Auray. Bretagne.

PRIERE

" Plus heureuse que l'épouse d'Elcana, qui vous avait  figurée par ses épreuves et son nom même (I Reg. I.), Ô  Anne, vous chantez maintenant les magnificences du Seigneur (Ibid. II.). Où est la synagogue altière qui vous imposait ses mépris ? Les descendants de la stérile sont aujourd'hui sans nombre ; et nous tous, les frères de Jésus, les enfants comme lui de Marie votre fille, c'est dans la joie qu'amenés par notre Mère, nous vous présentons avec elle nos vœux en ce jour. Quelle fête plus touchante au foyer que celle de l'aïeule, quand autour d'elle, comme  aujourd'hui, viennent se ranger ses petits-fils dans la déférence et l'amour ! Pour tant d'infortunés qui n'eussent jamais connu ces solennités suaves, ces fêtes de famille, de jour en jour, hélas, plus rares, où la bénédiction du paradis terrestre semble revivre en sa fraîcheur, quelle douce compensation réservait la miséricordieuse prévoyance de notre Dieu !

Il a voulu, ce Dieu très haut, tenir à nous de si près qu'il fût un de nous dans la chair ; Il a connu ainsi que nous les relations, les dépendances mutuelles résultant comme une loi de notre nature, ces liens d'Adam dans lesquels il avait projeté de nous prendre (Ose. XI, 4.) et où il se prit le premier. Car, en élevant la nature au-dessus d'elle-même, il ne l'avait pas supprimée ; il faisait seulement  que la grâce, s'emparant d'elle, l'introduisît jusqu'aux cieux : en sorte qu'alliées dans le temps par leur commun auteur,nature et grâce demeurassent pour sa gloire unies dans l'éternité. Frères donc par la grâce de celui qui reste à jamais votre petit-fils par nature, nous devons à cette disposition pleine d'amour de la divine Sagesse de n'être point, sous votre toit, des étrangers en ce jour ; vraie fête du cœur pour Jésus et Marie, cette solennité de famille est aussi la nôtre.

Donc, Ô Mère, souriez à nos chants, bénissez nos vœux. Aujourd'hui et toujours, soyez propice aux supplications qui montent vers vous de ce séjour d'épreuves. Dans leurs désirs selon Dieu, dans leurs douloureuses confidences, exaucez les épouses et les mères. Maintenez, où il en est temps encore, les traditions du foyer chrétien. Mais déjà, que de familles où le souffle de ce siècle a passé, réduisant à néant le sérieux de la vie, débilitant la foi, ne semant qu'impuissance, lassitude, frivolité, sinon pis, à la place des fécondes et vraies joies de nos pères ! Oh ! Comme le Sage, s'il revenait parmi nous, dirait haut toujours :
" Qui trouvera la femme forte ?" (Prov. XXXI, 10.).

Elle seule, en effet, par son ascendant, peut encore conjurer ces maux, mais à la condition de ne point oublier où réside sa puissance ; à savoir dans les plus humbles soins du ménage exercés par elle-même, le dévouement qui se dépense obscurément, veilles de nuit, prévoyance de chaque heure, travaux de la laine et du lin, jeu du fuseau : toutes ces fortes choses (Ibid., 13-18.) qui lui assurent confiance et louange de la part de l'époux (Ibid., 11-28.), autorité sur tous (Ibid., 15.), abondance au foyer (Ibid., 11.), bénédiction du pauvre assisté par ses mains (Ibid., 20.), estime de l'étranger (Ibid., 24, 31.), respect de ses fils (Ibid., 28.), et pour elle-même, dans la crainte du Seigneur (Ibid., 30.), noblesse et dignité (Ibid., 22-23.), beauté autant que force (Ibid., 25.), sagesse, douceur et contentement (Prov. XXXI, 26, 27.), sérénité du dernier jour (Ibid., 25.).

Basilique Sainte-Anne-d'Auray. Bretagne.

Bienheureuse Anne, secourez la société qui  se meurt parle défaut de ces vertus qui furent vôtres. Vos maternelles bontés, dont les effusions sont devenues plus fréquentes, ont accru la confiance de l'Eglise ; daignez répondre aux espérances qu'elle met en vous. Bénissez spécialement votre Bretagne fidèle ; ayez pitié de la France malheureuse, que vous avez aimée si tôt en lui confiant votre saint corps, que vous avez choisie plus tard de préférence comme le lieu toujours cher d'où vous vouliez vous manifester au monde, que naguère encore vous avez comblée en lui remettant le sanctuaire qui rappelle dans Jérusalem votre gloire et vos ineffables joies.

Ô vous donc qui, comme le Christ, aimez les Francs, qui dans la Gaule déchue daignez toujours voir le royaume de Marie, continuez-nous cet amour, tradition de famille pour nous si précieuse. Que votre initiative bénie vous fasse connaître par le monde à ceux de nos frères qui vous ignoreraient encore. Pour nous qui dès longtemps avons connu votre puissance, éprouvé vos bontés, laissez-nous toujours chercher en vous, Ô Mère, repos, sécurité, force en toute épreuve ; à qui s'appuie sur vous, rien n'est à craindre  ici-bas : ce que votre bras porte est bien porté."

00:15 Publié dans A | Lien permanent | Commentaires (2)

mardi, 25 juillet 2017

25 juillet. Saint Christophe ou Christophore, martyr en Lycie. 254.

- Saint Christophe ou Christophore, martyr en Lycie. 254.

Pape : Saint Lucius Ier (254 +) ; saint Etienne Ier. Empereurs romains : Valérien ; Gallien.

" Te novimus, Chritophore, christiferum ; simul junxit ensis martyrem Christo Deo."
" Nous savions, Ô Christophe, que tu portais le Christ dans ton coeur ; et l'épée qui a tranché tes jours n' fait que t'unir plus étroitement à ton Dieu."
Acta sanctorum.


Dirck Bouts. Brabant. XVe.

C'est une chose indubitable qu'il y a eu dans l'Église un saint Christophe, qui, selon la signification de son nom, a porté Notre Seigneur Jésus-Christ dans son coeur par le pur amour qu'il a eu pour lui : dans sa bouche par la prédication de son Evangile, et dans ses membres par la participation de ses souffrances. Les très nombreuses églises et chapelles dédiées sous son nom, les fêtes établies en son honneur, les mémoiresqu'en font tous les bréviaires et les martyrologes, et ses images exposées publiquement dans un nombre de cathédrales, en sont une preuve convaincante.

Mais, pour les circonstances de son histoire, elles ne sont pas tout à fait certaines : soit parce que l'antiquité n'a pas eu le soin de les écrire exactement, soit parce que la malice des hérétiques, pour en obscurcir la vérité, y a inséré des choses trop extraordinaires et qui sont tout à fait hors de créance.


Heures à l'usage de Langres. XVe.

Il est donc à propos, dans cette vie, de faire un sage discernement de la vérité et du mensonge, et de dire tellement ce qui peut faire tort à la gloire de ce très glorieux Martyr, qu'on en dise rien que de bien établi et qui soit appuyé sur de suffisant témoignages. Le cardinal Baronius, qui a examiné ses Actes, n'en trouve point de plus assurés que ceux qui sont compris dans l'Hymne très ancienne du Bréviaire des Mozarabes, dressé par saint Isidore, auquel il faut ajouter ce que nous en apprenons de la préface de saint Ambroise, pour la messe de saint Christophe, rapportée par Surius.

Cette Hymne, O beate mundi auctor, du Bréviaire mozarabe fait allusion, dans ses seize strophes, à tous les points de la légende de saint Christophe telle qu'elle est rapportée par le bienheureux Jacques de Voragine dans sa Légende dorée. Nous la rapportons ici car elle a de grandes vertus apologétiques, même si, insistons encore, elle n'est pas très exactement recevable et avérée en tous points.


Domenico Ghirlandaio. XVe.

Christophe, avant son baptême, se nommait Reprobus, Réprouvé, mais dans la suite il fut appelé Christophorus, Christophe, comme si on disait : qui porte le Christ, parce qu'il porta le Christ en quatre manières :
- sur ses épaules, pour le faire passer ;
- dans son corps, par la macération ;
- dans son coeur, par la dévotion ;
- sur les lèvres, par la confession et la prédication.

Christophe était Chananéen ; il était de haute stature et d'un port majestueux. Il avait le visage beau et agréable, les cheveux éclatants et manifestait tant de grâce dans ce qu'il faisait et disait qu'il se rendait très agréable à tous ceux qu'il rencontrait.

Il avait embrassé la carrière des armes et combattit sous le jeune empereur Gordien. C'est sous le règne de l'empereur Philippe qu'il se convertit au Christianisme.


Heures à l'usage de Paris. XVe.

D'après ce qu'on lit en ses actes, un jour qu'il se trouvait auprès d'un roi des Chananéens, et il il lui vint à l’esprit de chercher quel était le plus grand prince du monde, et de demeurer près de lui. Il se présenta chez un roi très puissant qui avait partout la réputation de n'avoir point d'égal en grandeur. Ce roi en le voyant l’accueillit avec bonté et le fit rester à sa cour.

Or, un jour, un jongleur chantait en présence du roi une chanson où revenait souvent le nom du diable ; le roi, qui était chrétien, chaque fois qu'il entendait prononcer le nom de quelque diable, faisait de suite le signe de croix sur sa figure. Christophe, qui remarqua cela, était fort étonné de cette action, et de ce que signifiait un pareil acte. Il interrogea le roi à ce sujet et celui-ci ne voulant pas le lui découvrir, Christophe ajouta :
" Si vous ne me le dites, je ne resterai pas plus longtemps avec vous."
C'est pourquoi le roi fut contraint de lui dire :
" Je me munis de ce signe, quelque diable que j'entende nommer, dans la crainte qu'il ne prenne pouvoir sur moi et ne me nuise."
Christophe lui répondit :
" Si vous craignez que le diable ne vous nuise, il est évidemment plus grand et plus puissant que vous ; la preuve en est que vous en avez une terrible frayeur. Je suis donc bien déçu dans mon attente ; je pensais avoir trouvé le plus grand et le plus puissant seigneur du monde ; mais maintenant je vous fais mes adieux, car je veux chercher le diable lui-même, afin de le prendre pour mon maître et devenir son serviteur."


Dirck Bouts. Brabant. XVe.

Il quitta ce roi et se mit en devoir de chercher le diable. Or, comme il marchait au milieu d'un désert, il vit une grande multitude de soldats, dont l’un, à l’aspect féroce et terrible, vint vers lui et lui demanda où il allait. Christophe lui répondit :
" Je vais chercher le seigneur diable, afin de le prendre pour maître et seigneur."
Celui-ci lui dit :
" Je suis celui que tu cherches."
Christophe tout réjoui s'engagea pour être son serviteur à toujours et le prit pour son seigneur.

Or, comme ils marchaient ensemble, ils rencontrèrent une croix élevée sur un chemin public. Aussitôt que le diable eut aperçu cette croix, il fut effrayé, prit la fuite et, quittant le chemin, il conduisit Christophe à travers un terrain à l’écart et raboteux, ensuite il le ramena sur la route. Christophe émerveillé de voir cela lui demanda pourquoi il avait manifesté tant de crainte, lorsqu'il quitta la voie ordinaire, pour faire un détour, et le ramener ensuite dans le chemin : Le diable ne voulant absolument pas lui en donner le motif, Christophe dit :
" Si vous ne me l’indiquez, je vous quitte à l’instant."
Le diable fut forcé de lui dire :
" Un homme qui s'appelle Christ fut attaché à la croix ; dès que je vois l’image de sa croix, j'entre dans une grande peur, et m’enfuis effrayé."
Christophe lui dit :
" Donc ce Christ est plus grand et plus puissant que toi, puisque tu as une si brande frayeur en voyant l’image de sa croix ? J'ai donc travaillé en vain, et n'ai pas encore trouvé le plus grand prince du monde. Adieu maintenant, je veux te quitter et chercher ce Christ."


Scènes de la légende de saint Christophe.
Vies de saints. R. de Montbaston. XIVe.

Il chercha longtemps quelqu'un qui lui donnât des renseignements sur le Christ ; enfin il rencontra un ermite qui lui prêcha Notre Seigneur Jésus-Christ et qui l’instruisit soigneusement de la foi.

L'ermite dit à Christophe :
" Ce roi que tu désires servir réclame cette soumission : c'est qu'il te faudra jeûner souvent."
Christophe lui répondit :
" Qu'il me demande autre chose, parce qu'il m’est absolument impossible de faire cela.
- Il te faudra encore, reprend l’ermite, lui adresser des prières.
- Je ne sais ce que c'est, répondit Christophe, et je ne puis me soumettre à cette exigence. - Connais-tu tel fleuve où bien des passants sont en péril de perdre la vie ?
- Oui, dit Christophe.
- Comme tu as une haute stature et que tu es fort robuste, si tu restais auprès de ce fleuve, et si tu passais tous ceux qui surviennent, tu ferais quelque chose de très agréable au roi Jésus-Christ que tu désires servir, et j'espère qu'il se manifesterait à toi en ce lieu.
- Oui, je puis bien remplir cet office, et je promets que je m’en acquitterai pour lui."
Il alla donc au fleuve dont il était question, et s'y construisit un petit logement. Il portait à la main au lieu de bâton une perche avec laquelle il se maintenait dans l’eau ; et il passait sans relâche tous les voyageurs.


Saint Christophe. Francesco di Giorgio Martini.
Eglise Saint-Augustin. Sienne. Etats pontificaux. XVe.

Bien des jours s'étaient écoulés, quand, une fois qu'il se reposait dans sa petite maison, il entendit la voix d'un petit enfant qui l’appelait en disant :
" Christophe, viens dehors et passe-moi."
Christophe se leva de suite, mais ne trouva personne. Rentré chez soi, il entendit la même voix qui l’appelait. Il courut de,lors de nouveau et ne trouva personne. Une troisième fois il fut appelé comme auparavant, sortit et trouva sur la rive du fleuve un enfant qui le pria instamment de le passer.

Christophe leva donc l’enfant sur ses épaules, prit son bâton et entra dans le fleuve pour le traverser. Et voici que l’eau du fleuve se gonflait peu à peu, l’enfant lui pesait comme une masse de plomb ; il avançait, et l’eau gonflait toujours, l’enfant écrasait de plus en plus les épaules de Christophe d'un poids intolérable, de sorte que celui-ci se trouvait dans de grandes angoisses et, craignait de périr.


Saint Jérôme, saint Christophe, saint Louis de Toulouse.
Giovanni Bellini. XVIe.

Il échappa à grand peine. Quand il eut franchi la rivière, il déposa l’enfant sur la rive et lui dit :
" Enfant, tu m’as exposé à un grand danger, et tu m’as tant pesé que si j'avais eu le monde entier sur moi, je ne sais si j'aurais eu plus lourda porter."
L'enfant lui répondit :
" Ne t'en étonne pas, Christophe, tu n'as pas eu seulement tout le monde sur toi, mais tu as porté sur les épaules celui qui a créé le monde : car je suis le Christ ton roi, auquel tu as en cela rendu service ; et pour te prouver que je dis est la vérité, quand tu seras repassé, enfonce ton bâton en terre vis-à-vis ta petite maison, et le matin tu verras qu'il a fleuri et porté des fruits."
A l’instant il disparut. En arrivant, Christophe ficha. donc son bâton en terre, et quand il se leva le matin, il trouva que sa perche avait poussé des feuilles, et des dattes comme un palmier.


Adam Elsheimer. XVIe.

Il vint ensuite à Samos, ville de Lycie, où il ne comprit pas la langue que parlaient les habitants, et il pria le Seigneur de lui en donner l’intelligence. Tandis qu'il restait en prières, les juges le prirent pour un insensé, et le laissèrent. Saint Christophe, ayant obtenu ce qu'il demandait, se couvrit le visage, vint à l’endroit où combattaient les Chrétiens, sous la persécution de Dèce, et il les affermissait au milieu de leurs tourments.

Alors un des juges le frappa au visage, et Christophe se découvrant la figure :
" Si je n'étais Chrétien, dit-il, je me vengerais aussitôt de cette injure."
Puis il ficha son bâton, en terre en priant le Seigneur de le faire reverdir pour convertir le peuple. Or, comme cela se fit à l’instant, huit mille hommes devinrent croyants.


Scènes de la légende de saint Christophe.
Vies de saints. Jeanne de Montbaston. XIVe.

Le roi envoya alors deux cents soldats avec ordre d'amener Christophe par devant lui ; mais l’avant trouvé en oraison ils craignirent de lui signifier cet ordre; le roi envoya encore un pareil nombre d'hommes, qui, eux aussi, se mirent à prier avec Christophe.
Il se leva et leur dit :
" Qui cherchez-vous ?"
Quand ils eurent vu son visage ; ils dirent :
" Le roi nous a envoyés pour te garrotter et t'amener à lui."
Christophe leur dit :
" Si je voulais, vous ne pourriez. me conduire ni garrotté, ni libre."
Ils lui dirent :
" Alors si tu ne veux pas, va librement partout : ou bon te semblera, et nous dirons au roi que nous ne t'avons pas trouvé.
- Non, il n'en sera pas ainsi, dit-il ; j'irai avec vous."


Panneau central d'un tryptique. Taddeo Gaddi. XIVe.

Alors il les convertit à la foi, se fit lier par eux les mains derrière le dos, et conduire au roi en cet état. A sa vue, le tyran fut effrayé et tomba à l’instant de son siège. Relevé ensuite par ses serviteurs, il lui demanda son nom et sa patrie. Christophe lui répondit :
" Avant mon baptême, je m’appelais Réprouvé, mais aujourd'hui je me nomme Christophe."
Le roi lui dit :
" Tu t'es donné un sot nom, en prenant celui du Christ crucifié, qui ne s'est fait aucun bien, et qui ne pourra t'en faire. Maintenant donc, méchant Chananéen, pourquoi ne sacrifies-tu pas à nos dieux ?"
Christophe lui dit :
" C'est à bon droit que tu t'appelles Dagnus [Damné ou danger ? Ou bien encore dague, poignard ?], parce que tu es la mort du monde, l’associé du diable ; et tes dieux sont l’ouvrage de la main des hommes."
Le roi lui dit :
" Tu as été élevé au milieu des bêtes féroces ; tu ne peux donc proférer que paroles sauvages et choses inconnues des hommes. Or, maintenant, si tu veux sacrifier, tu obtiendras de moi de grands honneurs, sinon, tu périras dans les supplices."
Et comme le saint ne voulut pas sacrifier, Dagnus le fit mettre en prison ; quant aux soldats qui avaient été envoyés à Christophe, il les fit décapiter pour le nom de Notre Seigneur Jésus-Christ.


Heures à l'usage de Rome. XIIIe.

Ensuite il fit renfermer avec Christophe dans la prison deux filles très belles, dont l’une s'appelait Nicée et l’autre Aquilinie, leur promettant de grandes récompenses, si elles induisaient Christophe à pécher avec elles. A cette vue, Christophe se mit tout de suite en prière. Mais comme ces filles le tourmentaient par leurs caresses : et leurs embrassements, il se leva et leur dit :
" Que prétendez-vous et pour quel motif avez-vous été introduites ici ?"
Alors elles furent effrayées de l’éclat de son visage et dirent :
" Ayez pitié de nous, saint homme, afin que nous puissions croire au Dieu que vous prêchez."
Le roi, informé de cela, se fit amener ces femmes et leur dit :
" Vous avez donc aussi été séduites. Je jure par les dieux que si vous ne sacrifiez, vous périrez de malemort."
Elles répondirent :
" Si tu veux que nous sacrifiions, commande qu'on nettoie les places et que tout le monde s'assemble au temple."

Quand cela fut fait, et qu'elles furent entrées dans le temple, elles dénouèrent leurs ceintures, les mirent au cou des idoles qu'elles firent tomber et qu'elles brisèrent ; puis elles dirent aux assistants :
" Allez appeler des médecins pour guérir vos dieux."
Alors par l’ordre du roi, Aquilinie est pendue ; puis on attacha à ses pieds une pierre énorme qui disloqua tous ses membres. Quand elle eut rendu son âme au Seigneur, Nicée, sa soeur, fut jetée dans le feu ; mais comme elle en sortit saine et sauve, elle fut tout aussitôt après décapitée.


Konrad Witz. XVe.
 
Après quoi Christophe est amené en présence du roi qui le fait fouetter avec des verges de fer ; un casque de fer rougi au feu est mis sur sa tête ; le roi fait préparer un banc en fer où il ordonne de lier Christophe et sous lequel il fait allumer du feu qu'on alimente avec de la poix. Mais le banc fond comme la cire, et le saint reste sain et sauf. Ensuite le roi le fait lier à un poteau et commande à quatre cents soldats de le percer de flèches : mais toutes les flèches restaient suspendues en l’air, et aucune ne put le toucher. Or, le roi, pensant qu'il avait été tué par les archers, se mit à l’insulter ; tout à coup une flèche se détache de l’air, vient retourner sur le roi qu'elle frappe à l’œil et qu'elle aveugle.

Jan Van Eyck. Flandres. XVe.

Saint Christophe lui dit :
" C'est demain que je dois consommer mon sacrifice ; tu feras donc, tyran, de la boue avec mon sang ; tu t'en frotteras l’oeil et tu seras guéri."
Par ordre du roi ou le mène au lieu où il devait être décapité ; et quand il eut fait sa prière, on lui trancha la tête. Le roi prit un peu de son sang, et le mettant sur son oeil, il dit :
" Au nom de Dieu et de saint Christophe." Et il fut guéri à l’instant.

Alors le roi crut, et porta un édit par lequel quiconque blasphémerait Dieu et saint Christophe serait aussitôt puni par le glaive.


Vitrail originaire de l'Est de la France. XVe.

Saint Ambroise de Milan parle ainsi de ce martyr dans sa préface :
" Vous avez élevé, Seigneur, saint Christophe, à un tel degré. de vertu, et vous avez, donné une telle grâce à sa parole, que par lui vous avez arraché à l'erreur de la gentilité pour les amener à la croyance chrétienne, quarante-huit mille hommes.

Nicée et Aquilinie qui depuis longtemps se livraient publiquement à la prostitution, il les porta, à prendre des habitudes de chasteté, et leur enseigna à recevoir la couronne. Bien que lié sur un banc de fer, au milieu d'un bûcher ardent, il ne redouta pas d'être brûlé par ce feu, et pendant une journée entière, il ne put être percé par les flèches de toute une soldatesque.


L'assemblée des Martyrs. Grandes heures d'Anne de Bretagne.
Jean Bourdichon. XVIe.

Il y a plus, une de ces flèches crève l’oeil d'un des bourreaux, et le sang du bienheureux martyr mêlé à la terre lui rend la vue et en enlevant l’aveuglement du corps, éclaire son esprit car il obtint sa grâce auprès de vous et il vous a prié avec supplication d'éloigner les maladies et les infirmités."

Ces derniers mots nous expliquent ainsi le motif pour lequel saint Christophe est représenté avec des proportions gigantesques principalement aux portails des églises. On se croyait à l’abri des maladies et des infirmités dès lors qu'on avait vu la statue du saint, de là ces vers :

" Christophore sancte, virtutes saut tibi tantae,
Qui te mane vident, nocturno tempore rident.
Christophore sancte, speciem qui eumque tuetur,
Ista nempe die non morte mala morietur.
Christophorum videas, postea tutus eas."

On plaçait le 25 juillet, dans plusieurs lieux, sous le commun auspice de saint Christophe et de saint Jacques, la bénédiction des fruits du pommier.


Psautier & Heures. Beaune. XIIIe.

RELIQUES

Une grande partie des reliques de saint Christophe sont en Espagne. L'église de Tolède en possède quelques ossements, que Tamayo dit avoir été apportés dès l'année 258, c'est-à-dire quatre ans après son décès. Celle de Valence en a davantage, mais elle les a eu de Tolède, lorsque cette ville fut ruiné par les bêtes féroces de l'Islam en 828. On en montre un bras à Compostelle et une mâchoire à Astorga. Tous ces membres sont d'une grandeur extraordinaire.

Nous avons à Paris une paroisse qui porte son nom et qui est fort ancienne, une des premières de la cité.

Les Bénédictins, qui ont possédé des établiseements considérables dans l'ancien diocèse de Toul, paraissent y avoir apporté quelques reliques de notre Saint, dont quelques-unes subsistent encore. L'eglise de Sénone possède un fragment important d'un os du deuxième bras de saint Christophe, provenant de l'ancienne abbaye du lieu. L'église de Moyen-Moutier, dans la même vallée, possède l'extrémité articulaire d'un grand os, probablement l'humérus. L'église de Lay-Saint-Christophe, au diocèse de Nancy, possède un fragment d'os.


Tommaso del Mazza. XVe.

00:20 Publié dans C | Lien permanent | Commentaires (1)

25 juillet. Saint Jacques le Majeur, Apôtre, surnommé " Enfant du tonnerre ". Ier siècle.

- Saint Jacques le Majeur, Apôtre, surnommé " Enfant du tonnerre ". Ier siècle.
 
Pape : Saint Lin. Empereur romain : Néron.
 
" Les Apôtres, ces hommes qui, professant la vraie religion, enseignait que tout est gouverné par la providence de Dieu, montrèrent qu'eux-mêmes ne songeaient pas au lendemain."
Saint Jérôme.
 

Saint Jacques. Legenda aurea. J. de Voragine. R. de Montbaston. XIVe.

C'était l'un des douze Apôtres, le frère de saint Jean l'Évangéliste, le fils de Zébédée qui était patron d'une barque de pêche sur le lac de Génésareth. On l'appelle " le Majeur " pour le distinguer du " frère " du Seigneur.

Les synoptiques (Matth., 4 ; Marc., 1 ; Luc., 5.) nous ont conté la vocation de Jacques. Jésus les appelle, comme ils étaient occupés, lui et Jean, à réparer leurs filets : ils laissent dans la barque le patron, leur père, avec les gars qu'il louait, et suivent le jeune Maître.

Jacques fait partie des Douze : chez Marc, il vient le second après Pierre ; dans Matthieu, Luc et les Actes, il est le troisième. Il paraît dans quelques circonstances mémorables : la guérison de la belle-mère de Pierre ; la résurrection de la fille de Jaïre ; la Transfiguration.


Le Sauveur appela Jacques et Jean " Boanergès ", " fils du tonnerre ", car ils avaient voulu faire descendre le feu du ciel sur une cité inhospitalière, à la manière d'Elie, ce dont le Seigneur les réprimanda. Tandis qu'ils montaient à Jérusalem, ils firent demander à Jésus par leur mère Salomé deux places d'honneur dans le futur royaume. Le Maître répondit :
" Vous ne savez pas ce que vous demandez. Pouvez-vous boire le calice que je dois boire ?
- Nous le pouvons.
- Mon calice, vous le boirez ; quant aux places d'honneur cela dépend de mon père."
Ils ne manquaient pas d'assurance : ils tenaient à être avertis sur le signe de l'avènement de Jésus et de la fin du monde. Toujours est-il qu'au moment de l'agonie du Sauveur, ils somnolaient au jardin sous les oliviers argentés par la lune radieuse.
 
La retraite au Cénacle mûrit la sagesse et la force de Jacques. Animé par l'Esprit-Saint, il vint avec Pierre à Jérusalem pour fêter la Pâque. Hérode Agrippa Ier le fit arrêter et exécuter : (Act., 12, 2) ; il fut le premier Apôtre à verser son sang pour montrer au Seigneur le sérieux de sa fidélité. Une tradition recueillie par Clément d'Alexandrie rapporte que le garde de Jacques fut gagné par la fermeté de son témoignage.

Il demanda son pardon à l'apôtre, qui l'embrassa : " La paix soit avec toi ".
 

Martyre de saint Jacques. Legenda aurea.
Bx J. de Voragine. J. de Vignay. XIVe.

Tous deux eurent la tête tranchée. Puisque ce fut pour Pâques, notre date du 25 juillet convient évidemment assez mal à cette commémoration : les Grecs l'ont mise le 30 avril. Le martyrologe hiéronymien note : " A Jérusalem, la Passion de saint Jacques, apôtre, frère de Jean l'Evangéliste ".

Notre martyrologe s'inspire pour saint Jacques d'Adon (860) qui avait accueilli la nouvelle récente (830) d'une découverte des reliques du saint en Galice.

Sur cette question de saint Jacques en Espagne, il faut voir l'excellent article de L. Duchesne dans " Annales du Midi " (t.12, 1.900, p. 145-179), bien résumé dans Analecta bollandiana (t. 19, 1900, p. 353).

L'apostolat de saint Jacques en Espagne apparaît vers la fin du VIIe siècle dans un catalogue apostolique, traduction latine d'un texte byzantin qui ne représente pas une tradition espagnole.

Saint Julien de Tolède (686) écarte son assertion sur la mission espagnole de saint Jacques. Il est très remarquable que ni Prudence, ni Orose, ni Idace, ni Martin de Braga, ni Isidore, ni Braulio, ni Taio, ni Jean de Biclar, ni Julien, ni Hildefonse ne mentionnent, dans leurs écrits authentiques, cette mission d'un intérêt pourtant capital pour les Eglises du pays. Même silence chez Grégoire de Tours et Fortunat. En 416, le pape de Rome Innocent Ier exclut l'apostolat de saint Jacques dans la péninsule ibérique.
 
Mais le tombeau en Galice ? Avant 830, on situait la tombe de l'apôtre en Judée, à Césarée de Palestine, voire en Marmanique, entre le Nil et la Cyrénaïque. Vers 830, on découvrit sur le territoire d'Amaea (dioc. d'Iria Flavia - El Padron, en Galice) un sépulcre des temps romains. On le proclama de saint Jacques. L'autorité ecclésiastique intervint : il y avait des indices graves, à son avis. Ils ne nous ont pas été transmis. Vers 850 se rédigea un récit de translation de Jérusalem en Galice. Le corps aurait été rapporté par sept saints des environs de Grenade, disciples de Jacques.
 

Santiago Matamoro.

Ce récit suppose la prédication de Jacques en Espagne. A la fin du IXe siècle, on écrivit une lettre d'un pape Léon, contemporain de Jacques, laquelle utilise le catalogue apostolique. Vers la fin du XIe siècle, on remania l'épître léonine, on écarta les sept saints, on produisit deux disciples assesseurs.

Le fragment du catalogue fut remplacé. L'Historia Compostellana, finie en 1139, consacra ce remaniement. L'" hispanité " de saint Jacques conserve de chauds défenseurs outre-Pyrénées.

Au Xe siècle, le tombeau de saint Jacques commença à attirer les étrangers. Au XIIe siècle, les pèlerins obstruaient les routes. Ce sont probablement les grands abbés de Cluny qui ont organisé, dès le XIe siècle, ces processions de fidèles vers la Galice. C'était un moyen de ravitailler la catholique Espagne dans sa croisade perpétuelle contre le Maure. De ces pieux visiteurs, beaucoup lavaient leurs péchés dans le sang des mécréants.

43a90194c764885fda4f3dcbe609cfb4.jpg
Cathédrale Saint-Jacques. Compostelle. Espagne.

Saint Jacques, d'abord représenté en apôtre tenant l'Evangile, fut bientôt figuré comme un pèlerin, avec panetière timbrée d'une coquille, un bâton en main. Mais on racontait qu'il avait paru dans une bataille, mis en fuite les Maures à Clavijo en 834 : on le montra donc chevalier " Santiago matamoro ", " tueur de Maures ".
 
 
 
PRIERE
 
" Patron des Espagnes, n'oubliez pas l'illustre peuple qui vous dut à la fois sa noblesse dans les cieux et sa prospérité de ce monde ; protégez-le contre l'amoindrissement des vérités qui firent de lui en ses beaux jours le sel de la terre; qu'il pense à la terrible sentence portant que, si le sel s'affadit, il n'est plus bon qu'à être foulé aux pieds (Matth. V, 13.). Mais en même temps souvenez-vous, Ô Apôtre, du culte spécial dont vous honore l'Eglise entière. Aujourd'hui encore, ne garde-t-elle pas sous la protection immédiate du Pontife romain et votre corps sacré si heureusement retrouvé dans nos temps (Litterae Leonis XIII diei I. Novemb. 1884, ad archiep. Compostell.), et le vœu d'aller en pèlerin vénérer ces restes précieux ?

Que sont devenus les siècles où, si grande que se manifestât votre force d'expansion au dehors, elle était dépassée par la merveilleuse puissance d'attirer tout à vous, que vous avait communiquée le Seigneur (Johan. XII, 32.) ? Qui donc, sinon Celui qui compte les astres du firmament (Psalm. CXLVI, 4.), pourrait nombrer les Saints, les pénitents, les rois, les guerriers, les inconnus de tout ordre, multitude infinie, renouvelée  sans cesse, gravitant autour de vos reliques saintes comme sous l'empire de ces immuables lois qui règlent au-dessus de nos têtes les mouvements des cieux ; armée alors sans cesse en marche vers ce champ de l’étoile d'où s'exerçait votre rayonnement sur le monde ? Et n'était-ce donc pas le sens de la vision mystérieuse prêtée, dans nos antiques légendes, au grand empereur par qui l'Europe chrétienne était fondée, lorsqu'au soir d'une journée de labeur, des bords de la mer de Frise, il contemplait la longue zone étoilée qui, partageant le ciel, semblait passer entre les Gaules, l'Allemagne et l'Italie, pour de là, traversant Gascogne, pays Basque et Navarre, gagner les terres de la lointaine Galice ? On raconte que vous-même apparûtes alors à Charles, et lui dîtes :
" Ce chemin d'étoiles marque la route qui s'offre à toi pour délivrer ma tombe, et que suivront après toi tous les peuples." (Pseudo Turpin. De vita Car. Magn.).

Et Charlemagne, passant les monts, donna le  signal pour la chrétienté de cette marche en  avant sur  les terres  Sarrasines qu'on appela la Croisade ; ébranlement immense, qui fut le salut aussi bien que la gloire des races latines, en rejetant la peste musulmane sur le foyer où elle avait pris naissance.
 

Santiago Matamoro.
 
Mais quand nous venons à considérer que deux tombeaux furent, aux deux points extrêmes, les pôles voulus par Dieu de ce mouvement absolument incomparable dans l'histoire des nations : l'un qui fut celui où Dieu même se coucha dans la mort, et l'autre, Ô fils de Zébédée, qui garde vos cendres ; comment ne point nous écrier, dans la stupéfaction du Psalmiste : Vos amis sont honorés jusqu'à l'excès, Ô Dieu (Ps. CXXXVIII, 17.) ! Et du Fils de l'homme à son humble Apôtre, quelles recherches de l'amitié n'agréant d'honneurs que ceux qu'elle partage, jusque dans l'établissement de ces Ordres hospitaliers et militaires qui, de part et d'autre, devenus la terreur du Croissant, n'eurent d'autre but à l'origine que de recueillir et de protéger les pèlerins dans leur route vers l'un ou l'autre des saints tombeaux ! Puisse l'impulsion d'en haut, dont le retour aux grands pèlerinages catholiques est un des signes les plus heureux de nos temps, ramener aussi vers Compostelle les fils de vos clients d'autrefois ! Pour nous du moins, avec notre saint Louis balbutiant encore de ses lèvres mourantes en face de Tunis la Collecte de votre fête, nous redirons en finissant :
" Soyez, Seigneur, pour votre peuple, sanctificateur et gardien ; fortifié du secours de votre Apôtre Jacques, qu'il vous plaise dans ses mœurs et vous serve d'un cœur tranquille."

00:15 Publié dans J | Lien permanent | Commentaires (1)